AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Absinthe Shanazar... Mraw!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Absinthe Shanazar... Mraw!   Mer 15 Déc 2010 - 2:37


    ❦ Généralités ❦


    Nom : Shanazar
    Prénom : Absinthe
    Âge : 20
    Race : Hybride
    Profession : Coursier Tout Terrain
    Sexualité : Tu veux tester? ♡
    Don : Feline attitude, ou comment avoir des facilités pour escalader, ou encore retomber sur ses pattes.

    ❦ Description❦


    Physique :
    "Le noir est, dans notre beau pays, la couleur de la jeunesse"
    J. Giraudoux.

    Me décrire? Euh! Ouais... Si ça peut vous faire plaisir....

    Bon, allons-y. Ma tignasse sombre dont les mèches rebelles me donnent quelques difficultés. J'ai trouvé une sorte de juste milieu entre la crinière sauvage et la coupe militaire. Assez longue pour couvrir mes oreilles vaguement effilées et presque mobiles par les froides journées d'hivers mais suffisamment courte pour ne pas me donner trop chaud sur la nuque en été, c'est malgré tout une chevelure à fort caractère que j'ai affaire. D'ailleurs, j'ai depuis quelques temps abandonné toute prétention à les coiffer. Un coup de peigne, et les voilà à nouveau fringants, prêt à prendre les boucles qui leurs plaisent, à brandir insolemment les épis comme un étendard d'indépendance. D'un fier noir de jais dont les reflets cuivrés dansent au soleil mais deviennent couleurs de nuit en hiver ou dans la pénombre, c'est une chevelure foisonnante dont les cheveux fins glissent entre les doigts et coulent comme de l'eau.

    Il paraît que mes yeux se remarquent... Oui, bon, j'avoue qu'ils sont d'une couleur très particulière. Absinthe, son nom n'est pas volé. Une couleur sauvage qui enivre et fait peut-être tourner la tête à qui en abuse, qui sait? Je suppose que cette couleur peu répandue donne un semblant d'intensité à mon regard. En tout cas, on le remarque : c'est la première chose sur laquelle on me fait des retours... À tel point que j'en suis davantage étonné lorsqu'on me complimente sur autre chose. Ce semblant de forme en amande, je suppose que ça fait ressortir mon côté félin.

    Un autre élément que l'on m'a dit marquant, ma bouche. Oui, non, je sais : que dire sur une bouche? Bah non, c'est vach't important, figurez vous! On peut faire passer tellement de choses grâce à elle. D'autant que c'est cela qui nous permet de manger, de parler, de gouter diverses saveurs... Pulpeuse, je pense pouvoir dire qu'elle l'est. Ferme, aussi, je n'ai pas de ces lèvres tombantes qu'affiche certains. Des dents blanches se cachent derrière, et deux canines bien marquées - un reste de mon hybridation, n'est-ce pas - donne un petit caractère à mon sourire et mes diverses expressions. Que ce soit un côté charmeur ou au contraire grondant lorsque je suis en rogne, elles font malgré tout leur petit effet en général. Rien de mieux pour croquer la vie à pleine dent!

    Hormis cela, je ne sais pas vraiment quoi dire en ce qui concerne mon visage, je crois qu'on a fait le tour. Oui, je peux aussi mentionner un nez relativement droit, développer le sujet... Mais cela vous intéresse-t-il? Non. C'est bien ce qui me semblait. Passons donc à la suite. Après avoir fait relativement en détail, on peut toujours parler de ma physionomie d'une manière plus générale... Oui, vous avez remarqué vous aussi? C'est d'une logique implacable de commencer par un détail pour finir par le global. Boarf, tant que ça marche... D'une peau ni particulièrement pâle ni basanée, j'ai gagné grâce au sport un corps plutôt bien bâti. Bon, je reconnais, je ne suis pas le plus baraqué. Mais, sans prétendre vouloir le titre de musclor-man (ce qui m'embêterait plus qu'autre chose, je trouve les corps body-buildés passablement inutiles et sans aucune esthétique...), je ne suis pas non plus un gringalet. En fait, j'ai une morphologie de base plutôt du genre... Sèche. Très sèche. Résultat, bien que je sois plutôt musclé, j'ai malgré tout une silhouette relativement fine. Disons que je parais dynamique et qu'un gars moyen réfléchira un peu avant de me coller une patate dans la face. Par contre, je ne suis pas assez imposant pour impressionner cash celui qui veut vraiment son quota de viande rouge. Ce qui serait à ses risques et périls. Vif, j'ai quelques réflexes non négligeables et qui me permettent de réagir efficacement lorsque les circonstances l'exigent. Parfois il faut savoir coller une prune. Et d'après les retours qu'on m'en a fait, j'ai une droite qui fait plutôt mal. Et je ne vous dis pas les dégâts collatéraux, étant donné que j'ai des ongles plutôt développés (Félin powa, je vous dis!) qui m'aident à grimper plus facilement... Niark!

    Sinon, dans la liste des détails useless, je ne suis pas du genre poilu-gorille. Je ne subis pas une pilosité exacerbée, et hormis un léger chemin du bonheur comme on dit, je n'ai pas grand chose à montrer en matière de toison masculine. Tant mieux, ça tient moins chaud! Quant au visage, oui, je dois me raser, je ne suis donc pas totalement imberbe. Mais même là, c'est assez tranquille. Je n'ai pas une barbe qu'il faille débroussailler toutes les trois heures. Bref je n'ai vraiment pas à me plaindre de ce côté là.

    En ce qui concerne mes goûts vestimentaires... Je m'adapte. Comment dire... Je vais me contenter d'un t-shirt et d'un bon jeans la plupart du temps, c'est plus pratique pour mon taf. Je trouve qu'il n'y rien de plus agréable que ces bons fut bien usés jusqu'à la trame. Je me suis fait à eux et vice versa, c'est si confortable qu'on dirait une seconde peau, aussi amochés que moi par la vie et pourtant toujours bien en place. Après, blouson de cuir, d'aviateur et autres, voir vestes en jeans, je suis preneur d'à peu près tout, tant que ça me plait. Pourquoi faire compliqué? Au niveau des grolles, là aussi ça dépend. J'aime associer l'utile à l'agréable, mais les pompes universelles n'existent pas encore. Je peux donc garder sans remord mes bonnes grosses Doc noires sans remord : on verra si on jour ils révolutionnent le monde des semelles.

    Je crois que c'est tout bon. Ah, pour ceux qui cherchent la petite bête et le détail qui tue : je mesure un mètre 78 de haut, je ne connais pas mon poids (désolé pour ce manque de rigueur), et je ne porte pas de tatouage. Pas que j'aime pas, mais j'en ai pas encore trouvé qui me branche assez pour que je me pose la question. Bref, j'suis pas contre, pas pour non plus.. M'en fous, quoi. Enfin, pour clore ce petit laïus en ce qui concerne mon apparence, sachez que je dégage naturellement une odeur de Santal (du moins d'après ce qu'on m'a dit.). Oui, je sais, c'était le détail qui tue, sans lequel vous n'auriez pas pu dormir serein... Mais bon, comme ça, c'est dit.


    Morale :
    "Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain."
    Horace


    Freeeedooooom!

    Bah quoi, ça suffit pas? Vous avez pourtant tout résumé, là dedans... Je ne suis pas un hybride panthère pour rien. J'aime avoir ma liberté de mouvement, respirer peinard. Et je pense que l'éducation qu'on m'a donné n'a pas aidé... Bon, bah puisque vous y tenez, on va essayer d'ordonner tout ça...

    Trois mots pour me résumer en taillant dans la masse à la bourrin : grande gueule, indépendant, et débrouillard. J'suis pas vraiment ce genre de type à pleurnicher dans les bras de mon père à chaque bobo où quand on m'embête à la cour de récrée. C'est pas dans ma nature, ni dans mon éducation, encore moins dans mes objectifs! Libre je suis, libre je reste. Mais wow wow wow! Calmos! J'vous vois déjà me mettre des étiquettes, marquer en rouge "asocial bourru", ou je ne sais quoi encore. Hey, non! Tenir à sa liberté ne signifie pas vouloir rejeter le monde entier. J'aime les gens, leur compagnie, leurs conversations... J'aime être avec eux, boire un verre avec des potes, comme tout le monde. La nuance, c'est que je choisis quand, comment. Genre, je ne vais pas les suivre si je ne suis pas d'humeur, juste pour être dans la bande. Si je me pointe voir la meute, y a deux motifs possible : ou j'ai envie de voir leurs bobines, ou ils ont besoin d'un coup de patte. Que ce soit pour sortir les griffes ou bien aider à un déménagement (sans parler des autres corvées qu'ils veulent me faire faire), je suis présent. Toujours, quand c'est justifié.

    D'une manière générale, je suis fiable, comme type. Avec moi, pas d'lézard, tu sais où tu en es, si je t'aime bien ou pas, ce que je pense de toi et comment. Parfois avec plus ou moins de tact, mokay. J'avoue. Dépend des situations. Je ne vais pas me fouler si c'est juste pour un psychodrame... Que je fuis, en général. Les gens pigent pas, leur histoires larmoyantes où ils me racontent leur vie, j'm'en fous. Chouiner, c'est pour ceux qui ont déjà abandonnés. Les larves. Les loosers. Je suis serviable et je veux bien aider mon prochain, hein. Mais qu'il me montre sa détermination. Aide toi, le ciel t'aidera comme on dit! Et bah moi, c'est pareil. Montre moi que t'as la niak, mon gars, et j'suis prêt à te filer un sérieux coup de pouce. Complais-toi dans la mouise, et je te laisse planté là puisque tu t'y sens à ta place. Normal.

    Bon, une fois en société, ou avec mes potes, je suppose que je suis comme tout le monde. J'aime pas qu'on touche à mon entourage, et il m'est déjà arrivé plus d'une fois de montrer les crocs pour un truc du genre. On ne va pas dire que c'est usuel... Même si c'est le cas. Pas que je côtoie que de l'underground, même si mon taf me fait bouger aux quatre coins de la ville, mais les gens sont tous pareil : un mot de trop, et ça dérape. Dans ce cas là, une bonne claque à l'un, une grosse chambrée à l'autre, et c'est fini. J'aime pas le bruit inutile, je suis sensible des oreilles. Oh, elles ne sont pas aussi développées que d'autres hybrides de mon genre, mais j'ai quand même une ouïe pas trop dégueu... Pratique quand on veut entendre ce que l'autre marmonne dans sa barbe. Bref, j'suis du style à me mouiller pour les autres, et pas qu'un peu. À condition que ça ne soit pas eux qui déraillent, sinon je les recadre. Ouais, non, je me mêle pas vraiment des affaires des autres, ce sont plutôt eux qui m'y invitent. Parce que j'ai une droite assez efficace, certains me prennent pour le standard "personne maltraitée", ou encore leur psy (allez savoir pourquoi...). Hey, minute bobonne, c'est pas mon taf! Ami ou amant, même tarif : je vous soutiens et je castagne pour vous, tant que c'est de l'autre côté qu'ils pètent une durit. En gros, la sympathie n'empiète pas sur l'objectivité.. 'Fin, pas trop.

    Plutôt sarcastique et acide dans mon genre, je suis quand même capable de mettre ça de côté et devenir plus attentif à l'autre. Normal. Mais bon, ça reste assez restreint. Disons qu'en dehors des moments solo avec mon compagnon du moment (non, je ne me fixe pas, j'aime trop la liberté pour m'enchainer!), je ne suis pas vraiment bisounours. C'est pas vraiment la spécialité de la maison, faut me prendre comme je suis, c'est tout. Tout comme moi je fais avec ceux que je croise, d'ailleurs. "Aime tout le monde, mais ne te fie à personne." Le point de vue est un peu extrême à mon goût, mais y a du vrai la dedans. Il faut être prêt à prendre les gens tels qu'ils sont, sans préjugés, rester ouvert d'esprit. Mais pas non plus donner le bon dieu sans confession à n'importe qui. Par que ce soit forcément un escroc, le type que tu vas croiser, mais entre les dépressifs chronique qui te plombent les pattes et le gars qui veut que tu lui dise comment vivre... Ouais, non, ce genre de comportement me hérisse le poil.

    Bref, voilà, je ne sais pas quoi dire de plus sur mon caractère... Si, j'peux vous parler de ce que j'aime, si vous n'avez que ça à faire, au pire. Yep? Bah allez, go! Doooonc, que dire sur le sujet... Le sport et la musique ont une grande importance dans ma vie. Notamment le roller et le rock. Je traine pas mal dans la rue, comme vous le savez peut être déjà... Forcément, j'y entends différent sons qui me parlent, mais aucun ne me fait vibrer comme le rock'n roll. Tout type de rock, tant que l'âme y est... Ça bouge, ça vit, et surtout il ne se range pas gentiment comme de petits enfants sages. D'ailleurs, je joue moi même, avec de la guitare électrique. Ouais, c'est banal, bah tant pis! J'ai aussi une éléctro-acoustique, qui date de mes débuts... Dont je ne me suis pas me séparé, c'est ma première compagne, la seule qui me soit fidèle et que je ne peux quitter. Enfin, toutes les deux. J'ai un petit groupe avec quelques potes, mais 'faut être lucide, on ne fera jamais rien avec. C'est juste pour animer les soirées, et ça nous va comme ça. Sinon, j'avais dis quoi? Ah! Le roller, ouais. Bah ça, heureusement que j'aime, c'est mon outils de travail en même temps.. Étant coursier, faut savoir se déplacer, et vite. J'aime l'idée de ne dépendre que de moi même pour ça, et non pas d'une machine ou autre. Mes rollers, c'est pas du n'importe quoi. Roller tout terrain, vous connaissez? Ce sont des modèles spéciaux, avec seulement deux roues. Il existe différents modèles, bien sûr, mais ceux pour lesquels j'ai craqué me permettent de garder mes pompes même en les chaussant. Un peu comme le patin à roulette : on met son panard, et on fixe direct dessus. L'avantage : une polyvalence à toute épreuve. Je peux aussi bien filer dans les rues monté sur roulette (et avec ces engins là, je vous assure qu'on peut avoir une belle vitesse!), ou les enlever quand il faut grimper pour des raccourcis. Bah ouais, forcément, j'en connais pas mal maintenant.. Enfin bref, voilà, quoi.

    Des questions? Non? Alors on arrête le sujet!



    Histoire :
    "Soyez autodidactes, n'attendez pas que la vie vous donne des leçons."
    Stanislaw Jerzy Lec


    - Bon, on va faire simple. Pas de bobo, tu prends tes cliques et tes claques, et on se casse chacun de son côté. Mokay?

    En guise de réponse, un regard haineux, et un poing mal assuré qui veut s'écraser sur le nez de son vis-à-vis. Loupé, pauv' tache. D'un geste expert, le grand brun s'écarte, chope le poignet, le tord sans scrupule alors qu'il le ramène sur le dos de son propriétaire. Pas de pitié pour les enquiquineurs. Plié en deux, l'autre se débat, gémit. Son long cou se tord dans tous les sens alors qu'il essaye de se dégager. Ce type y laissera des plumes, à vouloir se prendre pour un dur, pas de doute là-dessus.

    Absinthe, en bon coursier, n'avait pas posé de question sur la nature du colis, ni même haussé un sourcil quand on lui avait dit l'adresse. Pourtant, le quartier ouest n'était pas réputé comme le plus fréquentable. Pas grave, il se faisait à tous les milieux et n'était que de passage. Par contre, il ne s'attendait pas forcément à ce qu'on veuille lui piquer la marchandise. Han, pauv' gars. Belle tentative mais... Non. Un colis, c'est un colis, faut le livrer sinon on n'est pas payé. Normal, c'est le business.... Malgré son jeune âge, l'adolescent avait une haute conscience de la réalité du monde du travail. Et une sacrée conscience professionnelle. Son but : avoir une réputation inattaquable sur la question. Ça aide toujours pour faire tourner les affaires.

    Autour des deux belligérants, pas de réaction. Les quelques passants observaient la situations sans grand intérêt pour la plupart, même si certains avaient fait quelques paris sur l'issue de la confrontation. Un grand piaf versus un gros matou... Mouais, bon. Fallait s'y attendre. Les dents longues ont encore le dessus par rapport aux plumeaux sur patte. Calme, un sourire vaguement carnassier aux lèvres, l'hybride félin attendit que son adversaire se résigne tout à fait avant de le lâcher. Puis, avec un grognement dédaigneux, il s'en alla livrer le paquet qu'on lui avait confié. Jouer les nounous, mouais, bof. Alors droite, gauche! Droite, gauche! Souplement, le fauve s'éloigne sur ses roues avec aisance, sans un regard pour celui qu'il laisse dehors. Le temps est doux et une brise légère se lève. C'est l'automne. Il n'aimait pas vraiment cette saison, elle annonçait les l'hiver, et donc des complication pour son job. Même si celui-ci devenait plus lucratif les jours de météo difficiles...

    Une fois la livraison effectuée, le paiement versé et les clopes achetées, retour at home. Absinthe vivait encore chez ses parents. À 18 ans, il pourra enfin partir et avoir son appartement, mais pour l'heure... Il devait se contenter de rester au foyer familial. L'ambiance y était particulière, c'était un peu du "je t'aime moi non plus" en permanence. Ses pères incapables de se supporter en permanence, ne pouvaient pas pour autant envisager de se séparer. Seul le printemps trouve le moyen de les amadouer, du moins un temps. C'est donc dans un chassé croisé de ces deux univers cohabitant un même appartement que l'hybride à grandi, développant lui même un caractère assez solitaire et ouvert à la fois. La compagnie d'autrui ne l'incommode pas, et ne l'a jamais gênée. Du moins, pas tant qu'il la choisit et au moment où il le choisit.

    La scolarité avait révélée ce trait de caractère assez tôt : les autres enfants ne comprenaient pas pourquoi ce petit gars là se réfugiait souvent à l'écart, si possible dans un arbre ou en hauteur. Ni pourquoi il grondait parfois à leur approche alors que le lendemain il riait avec eux. Fidèle au modèle que ses pères lui offraient, le jeune garçon intervenait généralement si on perturbait la sérénité de son territoire : la castagne entre lui et d'autres aspirants leader (alors que lui même n'en était pas un et n'en avait aucunement l'envie) devint monnaie courante et ne passa pas avec le temps. Tu commandes si tu veux, tant que tu files droit. Ils pouvaient être chefs s'ils le désiraient, mais faire chier le monde, certainement pas. C'est comme ça qu'il se forgea son caractère bien trempé et un peu acide. Parfois impulsif, souvent susceptible et sarcastique, il trouva finalement des amis compréhensifs, qui l'accompagnent encore à présent. Une bande de bras cassés hétéroclites qui avaient, et ont toujours, le mérite de lui laisser sa liberté de mouvement tout en gardant un œil tranquille dessus. Histoire de répondre présent quand il revient vers eux.

    Un petit faune bouc teigneux et complexé par sa taille, une grande gigue d'hybride girafe pragmatique et un autre type ours généralement joyeusement bourru composent le noyau dur de ce groupe d'ami. Solidaires mais pas fusionnels, unis mais indépendants. Le jeune Shanazar est l'électron libre du groupe mais tous y trouvent leur compte. C'est ensemble qu'ils firent les quatre cents coup, fumèrent leur première clope, burent leur première bouteille. Une vrai bande de rôdeurs qui aime toujours se poser sur un bout de marche ou de trottoir pour discuter de tout et de rien en attendant l'heure du couvre feu. Où même simplement de fumer une clope en silence, ça marche aussi. La raison pour laquelle Absinthe est le plus indépendant du groupe, un peu comme un greffon permanent bien qu'il soit là depuis le début, est qu'il fut le premier à travailler. Motif : il voulait avoir assez de thune pour se casser dès que possible. Avoir son propre territoire, son antre personnelle. Ce qui au départ n'était qu'un petit boulot pour se payer une limonade en aidant le voisin devint un job à plein temps, autant que le permettait les cours en tout cas. Finit de juste ramener les courses du bout de la rue, il était maintenant assez connu dans le secteur et avait sa clientèle. Le bouche à oreille, rien de tel pour se faire un nom si on bosse bien. Son numéro était toujours affiché dans un certain nombre d'échoppes, et l'affaire tournait bien. Tant mieux, tant qu'il pouvait payer son indépendance, ça lui suffisait. Il ne demandait pas plus.

    Dix-huit ans : la délivrance. La semaine de son anniversaire fut aussi celle de son déménagement. Travaillant comme coursier depuis sa grosse quinzaine, il avait amassé un petit pécule lui permettant, avec une petite aide de ses parents, de se prendre son propre logement. Qu'il avait repéré, négocié, réservé à l'avance. La meute avait filé un coup de main aussi. Dans l'optique d'en faire le QG en attendant que l'un d'entre eux ait également son appartement... Ab', lui, s'en fichait. Tant que lui, on le laissait tranquille s'il le voulait, la porte leur était ouverte... Eux, c'était pas pareil. C'était son clan. Sa famille. Ses frères. Son appart', il n'était pas bien grand, mais c'était le sien. Rare étaient ceux qui en connaissaient l'adresse, juste les amis proches. D'ailleurs, ceux-ci savaient que s'ils ramenaient des importuns, ce serait pour trouver une porte fermée et qui le restera. Après tout, cela restait son appart', pas un hôtel ou le pub du quartier. Parfois, pourtant, il acceptait que quelques un de leurs nouveaux amis découvrent l'endroit, que les pièces se remplissent. C'était comme tout, en somme, ça dépendait de son humeur.

    À maintenant vingt ans, on ne peut pas dire qu'il ait beaucoup changé. Coursier un jour, coursier toujours! Cette vie de mouvement et de liberté lui va comme un gant et il ne compte certainement pas en prendre une autre. De temps en temps, il remonte voir ses vieux. Souvent, il accueille sa meute. C'est un gars un peu moins solitaire maintenant, carrément souriant dans ses bons jours. Épanoui à sa manière. Indépendant ? Plus que jamais! Côté cœur, personne ne peut se targuer d'avoir vraiment mis le grappin dessus. Plutôt qu'un tableau stable, c'est une jolie banderole un peu foldingue d'histoires d'une nuit qui défile longuement. Avec, reconnaissons-le, quelques habitués dans le tas. Non, il ne joue avec personne, c'est même plutôt le contraire. Pour éviter les prises de tête qu'il a en horreur, l'hybride prend soin de mettre les choses au clair. Comme quand un gus vient marcher sur ses plates bandes. Si ça c'est pigé, tout va bien on peut continuer. Et puis, à force de trainer partout, il en connait, du monde, mine de rien. Tous savent qu'il ne s'enchaine à personne et en tirent leur parti. Même si c'est temporaire, pourquoi pas? Inutile de cracher dessus, il est largement assez canon pour que plus d'un veuille froisser ses draps avec... Que voulez vous, les badass ténébreux ont la cote en ce moment...

    Absinthe gère sa vie comme ses relations : sans rien en attendre. Aide toi, le ciel t'aidera. Avec sa forte volonté, il avance en solitaire sur la route qu'il s'est tracé et refuse d'en dévier. Mais ça, je crois que vous l'avez déjà capté. Bref, nous en avons fini avec ce court synopsis de sa vie de chat sauvage. Rien de terrible, dramatique ou larmoyant. Juste un gars bien dans ses rollers et dans sa peau. De toute façon, il n'aurait pas supporté qu'on pleurniche sur son compte, si cela avait été le cas. À bon entendeur, salut!


    ❦ Vous❦


    Pseudo : Cha =3
    Âge : La la laaa ~
    Comment avez-vous découvert le forum ? Top-site ET bouche à oreille ET partenariat avec deux fofo où je suis. Je ne sait plus lequel des trois en premier, alors je mets la totale.




Dernière édition par Absinthe Shanazar le Lun 20 Déc 2010 - 12:50, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Absinthe Shanazar... Mraw!   Ven 17 Déc 2010 - 22:14

Je me permets un double poste juste pour uper et prévenir que la fiche est terminée =)

(au fait, pas de code ni topic signature de réglement, c'est normal où je dois changer de lunette?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saol
♦ PNJ ♦

avatar

Date d'inscription : 29/06/2009

Nombre de messages : 41
Muffins Muffins : 23

MessageSujet: Re: Absinthe Shanazar... Mraw!   Lun 27 Déc 2010 - 0:51

Avant tout, je te présente mes plus plates excuses pour ne pas avoir validé ta fiche avant, mais entre procrastination, préparation de Noël, révisions et tout le tintouin... J'ai pas trop d'excuses mais voilà >.<

Donc ta fiche est validée, tout est bon =) Le seul truc qui me chiffone un peu, c'est quand tu parles d'hybride... Je veux dire, tu utilises la première personne et donc un point de vue interne - ce qui me va tout à fait. Mais du coup je suis pas sûre que tu saches que les hybrides ne savent pas qu'ils sont hybrides... Je sais pas si je suis claire mais vu que tu parles pour Absinthe et qu'il parle d'hybride... J'ai eu un petit doute =D

Donc si tu as compris, c'est tout bon !
(Et encore désolé)


Qui suis-je ?
I'm everybody. Every single thing in the world. I'm the World. But actually, I'm nothing...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Absinthe Shanazar... Mraw!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Absinthe Shanazar... Mraw!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ashelia D. Nargan, l'absinthe de l'homme [Terminée]
» D'absinthe et de chanvre [Aarnis]
» Absinthe, sabre et magie noire [PV Lakhsry] [Terminé]
» J'ai rendez-vous c'est bientôt l'heure. Je n'ai rien, même pas de fleur. Alors je viens comme je suis, comme on naît de la dernière pluie ~ Absinthe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Fiches d'Identités :: Hybrides-
Sauter vers: