AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Lun 14 Mar 2011 - 0:00

Les néons éclairaient la salle, envoyant des éclairs de lumière multicolores sur la piste de danse déjà bondée de monde.
La soirée avait commencée depuis une heure à peine, la boîte avait été prise d'assaut dès l'ouverture des portes. De nombreux hommes dansaient langoureusement, repérant déjà les partenaires qui partageraient leur lit pour la nuit. Certains restaient assis, sirotant tranquillement une quelconque boisson, regardant de temps en temps autour d'eux .

Au bar, les commandes pleuvaient de chaque côté, et les deux barmans derrière le comptoir essayaient de servir le plus vite possible.
Des cris, des sifflements et des remarques pour le moins déplacées accompagnaient leurs gestes, puisqu'ils assuraient le spectacle en jonglant avec des verres et des shakers, pour préparer les cocktails.
L'un des deux était plus populaire que l'autre, t à vrai dire il s'en serait bien passé.

* Bon sang j'en ai déjà marre...ils peuvent pas me lâcher???*

Ethan Lawford avait un air impassible sur ses traits délicats. Il se devait de rester professionnel et il savait que s'il faisait le moindre sourire, le comptoir se changerait en ring de boxe pour savoir à qui le dit sourire serait adressé.
Ethan détestait quand le patron organisait ce genre de soirée où les consommations ne coûtaient que la moitié de leur prix jusqu'à minuit. Çà rameutait les trois quarts de la population d'Animalia Kingdom, et donc des rencontres qui ne font pas forcément plaisir.
Ainsi, Ethan avait eu le "plaisir" de rencontrer son ex petit-ami, et quelques coups d'un soir qui ne se feraient pas prier pour recommencer.
D'autant plus que la tenue choisie par le patron ne pouvait qu'empirer la situation.
Depuis quand un jean en cuir moulant avec une chemise cintrée rouge sang ouverte jusqu'au milieu du torse était une tenue réglementaire??

Oui, ce soir-là, Ethan maudissait sur dix générations son patron.
Encore une commande d'un Bloody Mary. En se retenant de soupirer, Le jeune brun prépara la commande. Prendre un verre, mettre des glaçons, ajouter une rondelle de citron vert en décoration; mettre dans le shaker du jus de citron et de la tomate.
Dans des gestes précis qui ne mettaient aucun doute quant à l'expérience du brun, Ethan secoua le shaker et jongla avec. Des cris retentirent alors, ainsi que des acclamations et des remarques. Mais le brun resta hermétique au tapage, concentré dans sa tâche. Une fois bien mélangé, le cocktail fut versé dans le verre et remis au client.
Un "bonne soirée" de courtoisie s'en suivit avant qu'une autre commande ne lui soit donnée.

Une routine s'installa alors au bar, jusqu'à que finalement lassés, quelques hommes partirent à la recherche d'une autre distraction.
Ethan et son collègue purent enfin souffler.

- Arf! C'est pas trop tôt hein?? je suis lessivé!! lui dit son coéquipier, s'étirant lentement.

Ethan le regarda rapidement, avant d'acquiescer et de regarder la piste de danse, perdu dans ses pensées.

La soirée ne finissait pas avant plusieurs heures, mais cela n'affectait pas Ethan. Peut-être ne finirait-il pas la nuit seul ce soir, s'il trouvait un homme assez bien pour lui.
Après tout cela faisait quelques jours qu'il s'ennuyait, ne voyant personne, même le fauve de jade qui lui servait de meilleur ami.
Tiens d'ailleurs que devenait-il?? il ne lui était pas interdit de donner de ses nouvelles! Il espérait au moins le voir ce soir...

Ethan soupira, se remit les cheveux en place et décida de profiter de la pause dans son service pour aller se mêler à la foule. Ce soir, il allait s'amuser aussi!

Il fit un signe à son collègue, et se dirigea vers la piste de danse. Sa frange retombait sur ses yeux pyrites, lui donnant un air séducteur et mystérieux.
Des regards convergèrent vers sa personne, lubriques.
Alors Ethan dansa. Son corps se déhanchait subtilement et doucement, dans le rythme sauvage et suave de la musique, fermant les yeux et appréciant l'instant. Ses yeux s'ouvrirent, fendirent la foule par curiosité, lui faisant remarquer la soudaine tension qui planait autour de lui. SOn regard continua de dériver et soudain, le brun aux yeux argentés vit ce qu'il voulait voir.
Oui, ce soir risquait d'être amusant pour Ethan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Lun 14 Mar 2011 - 5:50

~ I know you want me
You know I want cha ~ 


Accoudé au bout du bar, un homme observe. Une longue queue noire qui se balance élégamment au rythme de la musique trop forte, une bière à la patte, une sourire carnassier alors qu'il observe un splendide canidé en silence... C'est un prédateur, pas de doute. Mais, une fois n'est pas coutume, il n'est pas en chasse. Finit les courses effrénées à travers toute la ville pour gagner son steak. Et il n'est pas d'humeur non plus à traquer des partenaires pour faire mumuse cette nuit. Non, là, c'est en veilleur qu'il se pose. De loin, ses yeux verts observent tranquillement un des barman qui fait sensation auprès de la gente masculine. Ce qui, d'ailleurs, ne semble pas lui plaire pour autant. Et bah alors, trésor? T'en a marre d'être un sex symbol? Sourit, honey. Le client est roi. Absinthe, s'amuser de l'épuisement visible de cette pauvre âme persécutée par la convoitise libidineuse de ces individus? Noooooon, jamais... Pensez vous! Il n'oserait pas! Alors il sirote sa mousseuse et observe tranquillement le loup faire son show. Brave Ethan. Courage! Une ou deux fois, des clients un peu plus gras attirent son regard désapprobateur. Ethan peut certes se défendre, mais cogner au taf, on fait pas. Lui par contre, le chat de gouttière, il peut. Au pire, je me chargerais de déchets plus tard... On touche pas son poteau, du moins pas ici. Dehors, il se démerde. Absinthe, c'est pas une nounou, non plus.

L'autre barman aussi, il le connait. Sympa, mais qui a un peut trop tendance à flipper dès qu'il hérisse vaguement le poil. Pas contre lui, hein, mais envers les loosers qui parasitent son espace vital. Ab' aussi a son petit succès : le modèle bad guy ténébreux est à la mode, cette année. Surtout lors des soirées "spécial célibataire", comme ce soir. Bande de larves, pouvez pas penser avec autre chose que le grain de riz caché dans vot' slibard? Ouais, la panthère n'aime pas les lourds qui le font chier. Un coup d'œil vers Ethan, et on rectifie la chose : il n'aime pas les lourds qui LES font chier. Mas alors qu'il s'apprête à tailler et débroussailler les environs du loup pour le laisser respirer un autre air que celui, trop alcoolisé, des clients avides, le débit de nullités collées à son ami se calme. Cool, pas besoin de sortir la tondeuse. Et même... Nooooon, il ne ferait pas ça? Et bah si, il le fait! voilà l'employé qui sort du comptoir et se pavane sur la piste de danse, ondule, se déhanche, et s'offre encore plus à tous les pervers davantage contrôlés par leurs hormones que par leur petite cervelle, si tant est qu'ils en aient. Là mon grand, tu te fous dans la merde tout seul. Tu t'y plais? Je t'y laisse!

Il l'y laisse, OK. Mais bon, il n'est pas totalement fou : pourquoi gâcher un truc offert par la maison? Alors, ouais, il mate. Et sans vergogne en plus! Il l'aime bien, son loup. Un peu con des fois, mais qui ne l'est pas? Et moi le premier... Waiwai, le gars typique à râler quand on le drague, mais en même temps qui n'hésite pas à se pavaner sur la piste de danse. Ce qu'il fait très bien, accordons lui cela. Bah bien, continue de t'amuser pendant le taf. Elle est belle, la conscience professionnelle. Le matou ironise, profite, mais soyez sûr aussi qu'il rappellera à l'ordre le premier qui fera trop chier son monde. On touche pas son lupus quand il est sans défense. Et face à des clients, le pauvre chéri ne peut rien faire, faute de se faire virer. Ceci dit, j'pourrais toujours l'embaucher... Mouarf, c'te bonne blague! Bref, il ne se passe rien de palpitant du côté du fauve. Juste un joli spectacle qu'il savoure à son aise en attendant de la pause clope qu'il s'accordera probablement dans peu de temps.

À l'attitude de sa proie qui vient de changer, il se sait repéré. Ah, déjà? Bah, tant pis pour l'approche discrète, n'est-ce pas? Ça ne fera qu'une demi heure qu'il profite de l'anonymat. Pff, t'es mesquin, Ab'. T'as fait exprès de rester discret, non? Ouais, bon. Sourire aux lèvres, le brun rend son regard à Ethan et lève sa Maudite. Qui n'est jamais que sa troisième. Quand on aime et qu'on assume, on ne compte pas. Santé, mon gars.


[hrp : me suis relue rapidos, navrée s'il reste des fautes. Et dis moi si je dois développer davantage^-^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Dim 20 Mar 2011 - 0:58

La bière levée à sa santé puis le goulot à la bouche, voilà le bonjour ou plutôt bonsoir du fauve.
Ethan ne dis rien, mais se déhanche avec moins de vigueur. Un mois et demi sans nouvelles, et le seul geste dont il a droit c'est un rapide salut?? Bon sang!!
Ethan souffle, un peu énervé et décide d'ignorer le bel individu encore accoudé au bar. Il continue à danser sans regarder personne, totalement immergé dans une transe où lui seul domine le rythme. La fin du morceau résonne et Ethan ouvre les yeux sur le fauve qui lui est plongé dans sa bière. Incompréhension, tristesse, déception et colère...

*Et ça se dit meilleur ami...*

La musique change de rythme, et le brun retourne à son travail de barman temporaire, bien décidé à faire comme si de rien était. Les clients ont l'air d'avoir à nouveau soif, et si le patron apprend pour ses cinq minutes de détente au boulot, ce sera de l'argent en moins sur sa paye, voir des heures supplémentaires non indemnisées.

Son collègue est déjà débordé par la foule et au regard suppliant qu'il lui lance, le loup accélère.
Il se tourne vers les clients et reprends sa routine: prendre les commandes et assurer le spectacle. Le shaker reprend du service et virevolte en l'air, sous les mains expertes des deux barmans totalement concentrés sur leur tâche. La foule les acclame à nouveau, et les commandes et remarques pleuvent.
Ethan sent les regards pervers sur son corps et inconsciemment, il se demande si un regard vert brillant en fait partie. Dans ses yeux argentés vifs passe une petite lueur d'espoir, mais la concentration revient.

La soirée passe donc, et Ethan refuse toujours de lever son regard vers le comptoir, de peur de ne plus voir son ami. L'autre a pris une pause clope et Ethan donnerait un quart de sa paye pour pouvoir aller en fumer une. Ses cheveux forment un rideau sur son visage, creusé par le stress et la fatigue. Ses bras sont en feu. Faut dire aussi que jouer au jongleur une partie de la nuit c'est pas de la rigolade. Il a aussi un petit mal de tête, mais il fait avec.

Perdu dans ses pensées, il n'aperçoit pas la forme devant lui qui lui adresse la parole. Ce n'est que quand une main moite lui fait relever la tête, ses yeux pyrites surpris et effrayés qui observent la personne qui ose le toucher, lui qui déteste les contacts physiques forcés; qu'il revient à lui. Les personnes qui ne le savaient pas ont une joue qui leur a cuit toute une soirée pour témoigner.
La surprise passée, un air impassible, il observe l'homme qui a osé poser ses sales pattes sur son corps. Blond, yeux bleus lagons, air de macho de première et franchement, ne sentant pas la rose. Sur sa face se dessine un sourire de mec qui se la pète, tout ce qu'Ethan abhorre.

- C'est pour quoi? Demande t-il avant de dégager son visage.

L'homme sourit encore plus.

- J'tai demandé un Whisky pur avec glaçons beau gosse.

- Hn. Tout de suite.

Le lupin se retourne et prend la bouteille, verse le contenu dans un verre, ajoute les glaçons et pose la boisson sur le comptoir devant l'homme.

- Voilà. Bonne soirée.

Un peu sec le ton, mais de quel droit s'est -il permis de le toucher? Alors qu'il se tourne vers un autre client, le blond lui attrape le bras.

- Hé dis donc beau brun, t'avais l'air moins sauvage t'a l'heure sur la piste de danse. Tu remuais bien ton joli p'tit cul ! Si tu veux tu peux continuer ta super sexy danse rien que pour moi, en privé...

Les sous-entendus glissés dans la phrase montrent bien l'état du blond.

* p'tin je vais le tuer! Comment il ose me parler devant les clients?? allez reste calme Ethan...*

- Je crois pas non.. Vous pouvez me lâcher s'il vous plaît?

Ethan essaie de se dégager, mais le blond resserre son emprise.

- Non? Je connais pas ce mot... alors tu va me suivre bien gentiment et te laisser faire..

Il cherche vraiment à se faire tuer... La colère monte en lui, et ses yeux argentés se durcissent, aussi tranchants que l'acier. Son poing libre se serre et commence à trembler.

- J'ai pourtant été clair. J'ai dis non, c'est non. Je dois finir mon travail et j'ai autre chose à faire que passer la soirée avec vous. Alors maintenant lâchez-moi, S'IL VOUS PLAIT!

L'homme le tire vers lui, lui faisant cogner le menton sur le comptoir, puis lui tient la tête contre le marbre froid.
Un peu sonné, la peur s'insinue dans son sang, l'adrénaline monte et Ethan sent des sueurs froides lui parcourir l'échine. L'homme lui sert fortement le bras, il aura des bleus demain.

- J'ai dis que je n'acceptais aucun refus compris petit brun? Alors sois mignon et suis-moi si tu veux pas que pire arrive.

Ethan ferme les yeux. Dans une situation comme celle-là comment réagir? Obéir ou réagir et perdre son boulot?
Le brun rouvre les yeux brusquement, attrape le bras du blond et le tord. Il se relève et lâche l'homme qui hurle de douleur. Le blond furieux arme son poing et s'apprête à taper. Ethan ferme alors les yeux, attendant le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Dim 20 Mar 2011 - 2:18

Han, on a beau saluer, le loup semble gronder. Pourquoi donc? Après un instant de réflexion, une idée germe dans son esprit : serait-il agacé que les dernières nouvelles qu'il ai donné datent un peu? Ouais, mais bon, si c'est ça, y a de l'abus... Le loup non plus n'en a pas donné. Lui en vouloir pour ça, ce serait l'hôpital qui se fout de la charité. C'est bien les toutous, ça. Aucune notion d'indépendance, faut qu'on soit agrippés l'un à l'autre h24 ou alors se justifier. Sans bouger son derch', il continue de siroter sa bibine. Bah ouais, trésor, les chats sont comme ça. Peu de gens sont fait pour l'indépendance, c'est le privilège des puissants. Son regard acidulé admire le déhanché lascif de son ami le temps de finir la bouteille, puis sans un mot il se dirige vers la sortie : pause clope. Et puis, trop de monde tue le monde, surtout quand des pervers te pompent l'air et matent sans scrupule un gars trop bien pour eux. Ouais, qu'il les allume cash, le félin le laissera sans rien dire. Qu'il se débrouille !

Une fois dehors, l'air frais lui fait du bien, c'est comme un second souffle, une pause nécessaire. Clope au bec, le brun check rapidos son portable, histoire de. Pas de nouvelle, bonne nouvelle. J'suis sûr qu'ils sont en train de gouter des bouteilles sans moi... Chacals! L'espace d'un instant, l'idée de rejoindre tout son monde à l'Arche l'effleure et le tente. Il jongle avec et pèse chaque possibilité. Ouais mais, truc con : ce couillon là qui attire exprès tous les mâles pseudo alpha en manque de testostérone... À force de jouer les chauds lapins, il risquait d'en trouver un qui veuille l'attraper, non? Ils s'est foutu dedans tout seul! Qu'il se démerde! La panthère fait un, deux, trois pas en direction du QG de la bande... Et s'arrête. Et merde! Avec un juron sifflé entre les crocs, le voilà qui fait demi tour. Le doute qui s'est immiscé en lui est suffisamment chiant pour qu'il revienne en arrière. Fuck ! Fucking loup qui lui donne un sale pressentiment! Finissant à la va vite sa clope qu'il jette dans le caniveau, il s'engouffre à nouveau dans l'antre du bruit et de la boisson.

La foule l'agresse, le tintamarre musical aussi. Partout, des saletés de lumières à rendre épileptique un aveugle, et des tas compactes de gens. C'est à se demander s'ils ont fusionnés, pour se coller ainsi. Rapide coup d'œil vers son lupus pour voir s'il va bien... Mais trop de monde, impossible de voir quoi que ce soit. Shit ! De toute façon, il reste dix minutes, c'tout. Pas question de jouer les nounous. Agacé par tout, par son retour, par ce qu'il estime être de la faiblesse sans pour autant vouloir partir comme ça sans s'être assuré que tout baigne pour Ethan, il débroussaille son chemin dans la jungle humaine et étouffe un grondement agacé alors qu'un type fait mine de l'aborder. Va jouer dans l'mixer, Don Juan! La foule le gène, l'étouffe, et il croirait presque qu'elle fait tout pour le ralentir et lui pomper l'air. Ça y est, il est en vue de son pote et.. NOM DE DIEU Y EN A UN QUI VA MORFLER! Kissé c'type qui touche à son poteau? Qui l'plaque sur le comptoir? Nan mais j'rêve, cet abruti s'est vraiment foutu dans la merde!. Vite, il arrive au niveau de l'autre butor d'opérette qui s'apprête à cogner. Le regard qu'a tout juste le temps de voir l'autre barman est assez parlant pour que celui-ci appréhende l'instant fatidique.

CRUNCH !! C'est le bruit que fait le nez du décoloré lorsqu'il nez s'écrase comme une tomate trop mûre sur le comptoir, la tête du gars poussée violemment par une main furieuse. Oups, désolé. C'est parti tout seul. Impitoyable, le visage fermé et avec un grondement qu'il ne prend même plus la peine de dissimuler, le fauve le tire ensuite par les cheveux alors sa victime qui hurle de douleur, et avec un dégout évident le propulse à terre. Du haut de son mètre soixante dix-huit, il le domine sans pitié, prêt à sortir les griffes pour de bon au moindre soupçon d'agressivité de l'autre loque. Tu bouges un truc, j'te marave. Soumets toi, ça ira plus vite. Autre chose à foutre que toucher ta tronche de cake. Ouais, il est en rogne. À cause de c'gars qui touche son pote. À cause de ce dit pote qui se fout dans la merde sans réfléchir. Et qui en prendra aussi pour son grade, plus tard. Surtout que maintenant, il va se sentir obligé de rester jusqu'à la fin du service de celui-ci, pour être sûr qu'aucun pécore ne vienne lui chercher des crosses.


- Bon, casanova, j'vais être clair. Ou tu files droit, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dent.
- Espèce de petit.. !!

Furieux, le puant se redresse et semble vouloir lui coller un pain dans la tronche. Son rictus rageux et ses yeux pleins de haine parlent avant même qu'il ne dise quoi que ce soit. Hautain, impassible, le brun l'observe. Pitoyable. Comme si un déchet pareil pouvait me faire quoi que ce soit. Autour d'eux, une foule curieuse observe la scène. C'est un nouveau divertissement, offert par la maison. Bande de charognards. À cet instant, Absinthe ressent autant de dédain pour le public que pour son adversaire. Que d'ailleurs il serait impoli de faire patienter, puisque celui-ci passe à l'offensive. Un crochet, un autre... Tss, il ne connait que ça, comme attaque? La panthère esquive avec aisance. Il ne craint pas les foudres du patron, et est coutumier des combats de rue. Depuis son adolescence, il a participé à pas mal d'entrer eux, alors ce n'est pas un pervers aviné qui allait lui apprendre la vie à ce sujet. Deux claques bien fortes sur les tempes déstabilisent le blondinet. Puis, on descend avec un uppercut sur la gorge et un autre dans l'estomac, histoire de lui couper le souffle. Un coup de pied écrasant vient lui mettre la rotule gauche en piteux état et le décoloré pose un genoux à terre en se tenant le ventre. Pragmatique, le coursier finit par lui attraper à nouveau la tignasse et lui tire sans ménagement la tête en arrière afin de couper court à toute éventualité de riposte. Puis, d'une voix forte afin d'être sûr qu'il sera entendu malgré la musique assourdissante, la sentence tombe.

- La prochaine fois que j'te vois dans le secteur, tu morfles. Maintenant, dégage. Et t'avise plus de faire chier mon pote.

Écœuré le prédateur relâche sa proie et lance un regard peu avenant à la foule qui se presse autour d'eux, les mettant chacun au défi de se mesurer à lui. Là, il est d'humeur à les prendre tous en combat singulier s'ils le désirent. Ce qui, apparemment, n'est pas le cas puisque personne ne se bouscule au portillon.

- Des volontaires pour kidnapper le beau prince? Non ? Alors de l'air! Laissez le bosser peinard.

Puis, se tournant ver son lupin aguicheur avec un soupir exaspéré.

- Ça va toi? Tsh, tu pouvais pas éviter d'allumer tous les mâles en rut? Nan mais sérieux... Allez, sers moi une bière, j'reste dans l'secteur un moment.

Et qu'on ne dise pas qu'il n'a pas le sens de l'amitié!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Mer 4 Mai 2011 - 21:57

- Ça va toi? Tsh, tu pouvais pas éviter d'allumer tous les mâles en rut? Nan mais sérieux... Allez, sers moi une bière, j'reste dans l'secteur un moment.

Se remettant de ses émotions,le lupin tourne sa tête vers la voix et croise des yeux verts fluorescents.

- Ab..Absinthe?

Le choc à été rude. Autant il a l'habitude de voir des pervers collé à ses basques, autant se faire agresser sur son lieu de travail devant des clients l'a fortement perturbé.
Ethan restant Ethan, il se recompose un visage froid, arrange les plis de sa chemise tout en se rappelant que son soi-disant meilleur ami à "oublié" de l'appeler.

- Que fais-tu là? et puis je n'ai pas besoin de ton aide! rentre chez toi!

La pilule ne veut pas passer, et le lupin est du genre rancunier. Pourtant il devrait remercier la panthère, car sans lui il aurait eu le visage déformé à vie. Mais c'est plus fort que lui, il faut qu'Absinthe comprenne qu'il l'a inquiété et surement pour rien.
Il se remet alors à shaker, ignorant la présence et la demande de boisson du félin, jetant un regard menaçant à l'autre barman resté figé.
Au moment de secouer, sa nuque l'élance et dans une grimace de douleur, il abaisse sa tête.

- Hey Ethan!! tout va bien?


L'autre barman s'inquiète, posant sa main sur son bras. Vite repoussée de manière brusque.

- Oui ça va! lâche-moi!

Mots regrettés dans l'instant en voyant le regard blessé de son ami. *ce n'est pas ma faute si je n'aime pas qu'on me touche..à part...*
Son regard dérive droit devant. Oui, lui seul à réussi à briser la carapace que le loup s'est forgé après le divorce de ses parents. Mais il a trop de fierté pour un jour le remercier.
L'horloge au mur sonne minuit, plus qu'une heure avant la fin de ce maudit service. Sa soirée à été gâchée par un sale pervers. Lui qui voulait renouer avec le fauve, se retrouve à lui faire la tête. *on dirait que j'ai cinq ans...*. Il soupire de sa bêtise et finalement sert la bière tant attendue par le fauve de jade.
Il lui tend la boisson, et embarrassé, dit:

- Merci...

Un seul mot qui a pourtant bien du mal à sortir de sa bouche.
Finalement, certains clients sont revenus et demandent du spectacle à nouveau. Il se détourne de son ami, n'attendant pas de réponse et se rejette dans le travail. Mixer, shaker, servir. Une routine qui s'installe, et des yeux pirytes qui ne quittent pas une silhouette adossée au comptoir, de peur qu'elle s'envole.
Enfin, le service se finit. L'horloge à sonné un coup. Le Lupin finit de nettoyer et ranger son matériel ainsi que le comptoir. Le fauve est toujours là, le surveillant, sans un seul dialogue entre les deux hommes. L'autre barman est déjà partit.
Ayant tout finit, il se prépare à partir mais sachant qu'il va encore passer une nuit seul, il s'installe aussi au comptoir, une bouteille de vodka et deux verres à la main. Sans demander, il sert la panthère et se sert aussi, avant d'avaler le liquide cul sec. Il ferme les yeux sous la morsure de l'alcool descendant dans son œsophage. Il se ressert à nouveau. Oui, ce soir l'alcool va lui tenir compagnie.
Il tourne alors un œil brumeux vers le félin.

- Pourquoi t'es encore là? je crains plus rien tu peux partir.

Ethan réagit comme il y a deux ans lors du divorce de ses parents. Il s'isole pour cacher sa douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Mer 11 Mai 2011 - 22:53

Après son intervention musclée, La panthère avait soif. Et aussi besoin de quelque chose pour lui tenir compagnie en attendant la fin du service de sa tête brulée de loup. Qui tire encore la gueule. Okay, génial.... Mais le fauve s'y attendait, quelque part. Sans un mot une fois sa commande passée, il attendit tranquillement qu'on s'occupe de lui. Pas une remarque non plus lorsque le loup grimace de douleur en voulant bouger la tête, ou lorsque l'autre barman inquiet se fait refouler. Son pote, il commence à le connaitre. Rien de pire pour lui que de se montrer vulnérable. Et plus on paraitra inquiet pour lui, plus il se fermera. Du moins, la plupart du temps... La panthère se tait et observe. Ne râle pas contre la boisson qui se fait attendre ni contre tous les autres clients qui passent avant lui. Absinthe est parfois grande gueule, certes. Mais il sait quand il faut la ramener ou non. Et là, il préfère attendre. Son prénom à peine bredouillé tout à l'heure lui suffit pour savoir d'accompagner encore un bout de soirée son ami et qu'il lui laissera une chance tacite de vider son sac. Mais pas maintenant. De toute manière, ce serait vache et stérile d'emmerder le barman pendant qu'il taff. Aujourd'hui à L'Éclate, le lupin a son garde du corps attitré, et celui-ci veille dans son coin. Il est prêt à démonter proprement tout chieur qui se pointerait, mais tout est calme maintenant.

Lorsqu'enfin on lui apporte de quoi se rafraichir le gosier. Un mot l’accompagne, et à peine celui-ci est lâché que le barman s'éloigne et fuit sous le prétexte de s'occuper des clients. Un sourire aux lèvres, la panthère déguste sa bière comme un nectar inestimable. Il se sent un poil crevé par sa journée de boulot mais n'en a cure. Ne dit-on pas que les félins vivent la nuit? Alors il attend encore et encore, patiente dans son coin sans faire de vague. Le regard qu'il sent parfois se poser sur lui le rassure. Ethan ne lui fait donc plus vraiment la tronche. Une fois le service fini, il n'a toutefois pas l'air plus gai qu'auparavant. Bon, charmant... Pff, l'imbécile ! S'il croit que le coup du masque insensible, ça marche avec moi... Hey, mon pote! T'es pas le seul à être borné! Il n'y a plus personne maintenant. juste lui et son loup. Le silence règne, tout est calme. Alors qu'Absinthe s'apprête à se lever pour suivre Ethan qui est censé rentrer, celui-ci s'assoit. Une lourde bouteille de vodka et deux verres surgissent entre eux deux, et celui qui semble lui être assigné se voit généreusement rempli d'alcool. Ah? Bon. Okay. Mais outre cette barrière de verre et de tord-boyaux érigée entre eux, un autre truc à changé. Le verre de son ami se trouve vide avant d'avoir pu dire ouf, et aussi sec le revoilà remplis. Owowow, mon pote! Tu tiens bien la vodka, toi? Le regard que le dit pote lui adresse en le bâchant en dit long à lui tout seul.


- J'viens prendre des nouvelles, c'est interdit? Et puis fait pas cette tronche. La face de l'aut' puant me revenait pas de toute manière, il avait une tête de con.

Puis, avec ce sourire presque carnassier malgré lui à cause de sa dentition, Absinthe saisit son verre à son tour et le vida avec le même entrain que son compagnon. La nuit allait être longue.. Ou très courte, s'ils continuaient comme ça. Sans un mot, le coursier serra les crocs lorsque l'alcool fort glissa dans le gosier. Pfiou, ça faisait un bail qu'il n'avait pas touché à ce genre de truc, lui. Au moins un mois. Un verre c'est bien. Deux à la rigueur. Mais il n'en prendra pas plus : il avait un toutou sur qui il devait veiller ce soir. Pas question de faire faux bond et de le planter là.

- Bon alors beauté. Quoi de neuf? Là, t'es juste aussi gai que si tu venais d'enterrer ton poisson rouge, et crois moi, c'est pas folichon à voir! J'ai raté un truc, il s'est passé quelque chose?

Il allait probablement se faire refouler... Ou peut être pas. Qui sait? Mais au moins, il aurait la conscience tranquille : il aurait ouvert le dialogue. Et même si son ami ne répondait pas, il saurait quand même que la boutique était ouverte s'il avait besoin de causer. Et puis merde, il pouvait bien avouer aussi qu'il avait envie de savoir si ça baignait ou pas pour lui... Depuis le temps, des tas de trucs pouvaient s'être passés. J'ose espérer que si vraiment y avait eu un truc, ce couillon m'aurait appelé...

[hrp = petit post, navré >_>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Mer 25 Mai 2011 - 21:06

Encore de l'humour...Ethan est trop engourdi pour répondre aux blagues de son ami. Le deuxième verre se vide quand son bras l' élance. Il grimace de douleur.

* Bordel!! ce connard m'a pas loupé.. *

Il observe à la dérobée Absinthe qui le suit dans son concours du plus grand nombre de verres ingurgités. Boaf, si ça lui fait plaisir...
Le service est fini depuis dix minutes et le loup sent déjà l'alcool faire son effet. Son regard devient flou, éteignant l'éclat argent, et sa tête commence à tanguer.

- J'ai pas de poisson rouge... et puis il ne s'est rien passé à part que j'attends de tes nouvelles depuis un mois!

Et voilà première connerie. S'en prendre à lui. Ethan souffle et bois encore. Pauvre vodka, elle va finir au fond du gouffre... Le pire dans tout ça, c'est qu'il n'y a aucune raison pour qu'il soit en colère. Il n'a pas donné de signe de vie non plus.

- Et puis merde Ab' j'avais vraiment besoin de te voir! mais bien sûr t'es tellement occupé que les amis ne comptent plus!

Surpris par ses mots, il met sa main devant sa bouche mais trop tard. Ils ont atteints leur cible. Douce culpabilité, magnifiques remords, enterrez-moi tout de suite!!!! Il n'ose pas regarder le fauve, craignant une très mauvaise réaction, tout à fait normal.

* Imbécile!! continue comme ça et tu n'auras plus d'amis *


Déjà qu'il en a pas beaucoup.. Faut dire aussi qu'avec son caractère de chien, les gens ont peur de le côtoyer.

- Pardon...je sais plus ce que je dis.. c'est juste que..


Sa phrase s'arrête au moment où il réalise ce qu'il va dire. Il rougit soudain, accentuant le rosé de ses joues par la boisson. Attends, il allait dire à Ab' qu'il....LUI MANQUAIT?

* Oh merde!! *


Se resservant vite un verre descendu à la vitesse de la lumière, il fait tomber sa tête sur le comptoir. Quelle magnifique soirée! décidément le roi des idiots avait été réélu. Ethan se morfond, sachant que s'il continuait sa phrase, il perdait son meilleur ami. Il relève son visage, tournant son regard brumeux et tombe dans un océan fluorescent. Ce regard lui coupe la chique et l'alcool s'en mêle à nouveau...Enfin...
Sa main gauche se lève doucement et va caresser la joue d'Absinthe. Une courbe de ce visage harmonieux, une peau douce. Ces sensations sont intenses, et Ethan ferme à demi les yeux. Il laisse promener ses doigts sur ce carré de peau..

- Ab'...

Un soupir prononcé, un murmure qui s'égare dans ses oreilles. Il se penche doucement, ne réfléchissant plus. Le visage du fauve se rapproche. Tout près. Quelques millimètres. Ses lèvres sur les siennes.
Son ventre fait des papillons, heureux de retrouver ce territoire qu'il a déjà exploité. Il revoit la seule nuit passée avec le fauve défiler dans sa tête. Et au moment où il réalise son geste, il se relève d'un coup, les yeux ouverts de surprise et les joues qui concurrencent le néon du bar. Il se lève précipitamment, renversant son tabouret et son verre qui se brise à terre en milliers de petits morceaux. Il recule alors, effrayé de son comportement.

- Je... Je...désolé!!!


Il se retourne et marche vers la sortie, l'esprit totalement blanc. Mon dieu...Pourquoi maintenant? Le loup n'avait qu'une envie: retourner chez lui dormir et oublier cette soirée.

HRP: désolé j'ai pas beaucoup fait avancer u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Jeu 26 Mai 2011 - 23:11

Au comptoir vide de L'Éclate, deux âmes solitaires restent là. L'une s'enivre, l'autre attend. Absinthe est perplexe et ne comprend pas ce qui se passe. Son ami semble franchement en plein bad trip, mais impossible de savoir pourquoi. Quand il lui demande ce qu'il se passe... Il s'en prend plein la face. Certes il n'a pas donné de nouvelles depuis un mois... Mais le loup non plus ! Si vraiment il voulait en avoir, il pouvait venir en chercher, non? Que l'humour ne passe pas, bon, tant pis. Il aurait du le prévoir, certes. De là à encaisser toute la responsabilité... Non. Ouais, bon, j'avoue. Un mois c'est long, mea culpa. S'il l'admet avec réticence en son fort intérieur, hors de question de le dire à voix haute. Et puis quoi encore ? Faire patte blanche devant ce type parce qu'il grogne un peu... Même si c'est Ethan... Non, il a sa fierté tout de même ! Et depuis quand il a des compte à lui rendre? Il ne sont pas mariés, si? Même ses parents de lui demandent pas des comptes comme ça!

- Ethan, arr...

Le fauve s'arrête avant d'avoir fini sa phrase, soufflé. L'accusation que lui jette en pleine face le loup est blessante. Oublier ses amis? PARDON ? La panthère retient un grognement et se raidit. Même si son ami est en bonne voix pour se murger proprement, même s'il a eu une sale soirée, même s'il a le moral dans les chaussettes... Certaines choses ne se disent pas à la légère. Si t'avais besoin de moi, t'avais qu'à m'appeler, imbécile! Le visage fermé, Absinthe détourne la tête et se ressert un verre corsé. Les excuses formulées aussitôt sont un baume bien léger pour ces mots qu'il vient de lui balancer. Le fauve soupire, indécis quant à l'attitude à adopter. D'un côté il a envie de se braquer parce que merde il n'a pas à lui balancer ça. De l'autre, il le sent comme la preuve évidente qu'un truc cloche chez le loup, et pas qu'un peu. D'ailleurs, celui-ci ne finit pas non plus ce qu'il dit. Au lieu de terminer sa phrase, le voilà qui rougit furieusement et se sert un autre verre encore. Quoi, Ethan a un verre plein? Où ça? Celui qu'il vient de se verser est déjà vide. Pour le coup, on ne peut pas nier que le serveur a une sacrée descente! Le matou l'observe en coin, soucieux de le voir dans cet état.

D'ailleurs, cette rasade est de trop, semble-t-il. Le beau lupin s'effondre sur le comptoir. Leur regards se croisent, et Absinthe constate avec chagrin que celui de son ami est éteint. L'alcool sans doute, mais pas que. Tu nous couves quoi, là? Un nom, un murmure, une main. Au contact de celle-ci sur son visage, le fauve sent sa colère s'évaporer. Comme il est triste, ce geste. Triste et doux. Pourquoi Ethan ne veut-il pas parler? Le souvenir de cette fameuse soirée refait surface, lentement mais surement. À nouveau, Ethan se ferme et s'enferme dans son mal-être. À nouveau, le coursier ne peut que l'observer s'enliser dans la déprime sans savoir que dire. Sauf que cette fois ci, il est attaché au loup. Ce n'est plus qu'un serveur avec qui il aime bien discuter de choses et d'autres, non. C'est son ami, son idiot d'allumeur de mâles en rut, son pote au caractère de chien. Son compère à la gueule d'ange.

À la main tendre sur son visage succède un baiser. Souvenirs souvenir. À nouveau, Ethan se réfugie dans le charnel quand il va mal. Comme l'autre soir. Abs' n'est pas contre, tout comme la dernière fois. Ethan a un physique superbe et une gueule à tomber, il le sait. Ce corps lui plait et au fond il est ravi que ce ne soit pas un vulgaire mateur qui ait le droit d'y gouter. Jaloux, moi? Non, du tout. Pas vraiment. Presque.... Et merde ! Le brun est bien obligé de se l'admettre : les regards lubriques que certains clients jetaient sur son lupin le hérissaient. Pff! Ça m'dégoute, tous ces perv' qui bavent pour un gars trop bien pour leur sales paluches... Par contre, plutôt mourir que d'admettre tout ça à voit haute. Ça, jamais. trop de fierté froissé, trop d'attachement montré. Le félin tient à garder son indépendance et n'hésite pas à le faire savoir autour de lui. Briser sa carapace, prendre le risque de ne plus être libre et protégé par celle ci... Jamais!

Ethan semble choqué par ce qu'il vient de faire, s'excuse à nouveau en bafouillant. C'est vrai que là, ça fait chaud-froid de manière assez radicale. À peine le fauve a-t-il gouté à nouveau les lèvres du loup que celui-ci s'enfuit en s'excusant. Wait...What? Au passage, son tabouret s'éclate par terre et son verre se brise. Du côté de la panthère, c'est bug du system. 404 not found. Puis, le temps que le matou réalise, son ami est déjà à quelques mètres de lui. Mais.. Mais il se barre, LÀ? Il me plante comme ça, sur place? WTF?


- ETHAN ! Bordel de...

Étouffant la brochette de jurons qui s'annonçait épicée, le fauve saute de son tabouret et enjambe celui qui git à présent par terre. En quelques enjambées orageuses, il arrive au niveau de son ami qu'il saisit à l'épaule sans ménagement et s'interpose entre sa proie et la porte de sortie. Son regard cherche celui de son vis-à-vis, et de son autre main il saisit la seconde épaule pour être certain que le lupin ne fuira pas. Un grondement se fait entendre, et le fauve est presque surpris de la violence de sa réaction. Lui, en colère? Possible. Trop de monde en une soirée, trop de regards pervers observés, trop de hargne contre ce type qu'il a rétamé plus tôt... Trop d'inquiétude aussi pour son ami qui lui cache quelque chose. Effectivement, un mois, c'est long. Trop long. Il s'en rend compte à présent. Des trucs se sont passés. Sinon, comment expliquer le comportement foireux de son loup? Abs' maintient fermement son ami, il a l'avantage de l'alcool : il en a moins bu. Ça aide.

- Bon. Il se passe quoi, là? Tu m'envoies chier, si tu veux. Mais au moins, fais le pour un truc valable. Si t'avais un problème, suffisait d'appeler. J'suis là pour les amis, mais faut aussi que de leur côté ils me disent quand y a besoin! Si t'as un truc sur la patate, vas-y, accouche !

Mais quelque part, le fauve est content que son ami se soit enfilé toute cette vodka. Peut-être parlera-t-il davantage de ce qui ne va pas que s'il était sobre. Peut être ne remarquera-t-il pas aussi cette inquiétude sous-jacente dans sa voix, cachée dans l'ombre orageuse de l'agacement. Pff! Nan mais sérieux! Tu peux pas dire ce qui déconne, comme tout le monde ? J'suis pas devin, moi!

[hrp : beaucoup de blabla pour une avancée dans l'histoire... Quasi nulle >>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Mer 1 Juin 2011 - 0:03

La voix coléreuse de son ami fait vite dessoûler le brun. Le fauve n'avait pas tord, et Ethan savait parfaitement qu'il était en tord. Le pire, c'est que malgré lui, il avait blessé Absinthe. Et ça c'était pire que tout. Il avait osé blesser son meilleur ami, son frère!!

Le visage du loup devint sombre, la culpabilité se frayant un chemin sur ses traits. Il baissa alors son visage, ne voulant pas montrer au fauve, même si c'était trop tard, qu'il s'en voulait totalement. Les larmes se mirent à poindre et le canidé essaya de les retenir au maximum.

- Pardon..Je t'en supplie pardonne-moi Ab'! tu es le seul qui peut m'aider!

Sa voix se brisa et un premier sanglot franchit sa gorge. NON!! Il devait rester fort! Il serra ses poings au maximum, tellement forts que ses ongles imprimèrent une marque dans sa paume.

- Je suis vraiment désolé mais je sais plus où j'en suis! je...j'en peux plus!

Tout doucement les vannes lâchèrent, et sa carapace explosa. Il releva son visage, fixant ses yeux mercures dans les phosphorescents du fauve, attrapant ses bras doucement, et les larmes tant retenues se mirent à couler, offrant à son meilleur ami un visage d'ange déchu.
Il fallait que ça sorte, urgemment où alors il allait se détruire! Mais se confier à son meilleur ami se révélait énormément difficile sachant à quel point ils étaient proches et que Ab allait être touché. Mais il fallait qu'il lui dise.

- Ab...je..je..mon père...il est mort!!


Voilà, c'était sorti. Enfin. Et ses vannes lâchèrent aussi. Il s'effondra au sol, libérant des pleurs rauques et déchirants, se recroquevillant sur lui-même dans les bras de son ami. Lui qui avait grandit avec ses vieux, lui qui avait été aimé et choyé, lui qui malgré le divorce de ses parents n'avait jamais jugé ni l'un ni l'autre, avait perdu un gros point de repère.

- Il.....il était malade!!! et il nous a rien dit! Il m'a abandonné! Pourquoi.....

Voilà la rancune aussi sortait. Et le fait de savoir qu'il avait un soutien le libérait.
Ses pleurs se calmèrent, ses pleurs qu'il retenait depuis près de trois semaines. Son premier père était inconsolable, et lui était resté fort pour le soutenir. Seulement à force de tout garder pour lui, il avait fini par ne jamais faire sortir son chagrin. Et ce soir, il pouvait enfin vider son cœur et sa tristesse.

Une fois ces larmes taries, il agrippa le col d'Absinthe et le regarda doucement.

- Je suis désolé.....j'ai été idiot avec toi, mais je t'en prie ne me laisse pas! reste avec moi, juste ce soir, fais-moi oublier ça pendant une nuit seulement, juste cette nuit!! je ne te demanderai rien d'autre, mais fais au moins ça!!


Ethan se rabaissait, mais il avit besoin d'une présence avec lui, de savoir que quelqu'un au moins partageait son chagrin. Et il avait surtout besoin d"oublier le temps d'une nuit ce monde qui lui avait enlevé un repère.
S'attendant à une réponse négative; il nicha son visage dans le torse large de son ami, profitant simplement de sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   Jeu 2 Juin 2011 - 11:05

Les douleurs légères s'expriment ;
les grandes douleurs sont muettes.
Sénèque


Dans un premier temps, le fauve ne sait pas trop quoi répondre. Ni comment réagir. Absinthe reste sceptique et sur ses gardes, même quand il voit Ethan baisser la tête. Inutile de te cacher, cher ami : le fauve est tenace. Et bien décidé à avoir le fin mot de l'histoire ! Des larmes s'échappent et s'enfuient, dégoulinent sur le beau visage comme autant de marques flagrante de sa douleur. Bordel, il se passe quoi là? Le félin est... Inquiet pour le loup. Ouais, carrément même. En général, celui-ci est un gars qui a du self-control et qui ne se laisse pas voir si facilement en position de faiblesse. Quelque part, ça fait "WTF" dans sa tête. C'est perturbant de voir quelqu'un que l'on sait tout de même assez solide implorer ainsi le pardon et de l'aide. Absinthe est triste et troublé de le voir comme ça. Inquiet aussi de la tournure que prennent les choses.

Puis, enfin, les vannes cèdent et le loup crache le morceau. Le matou avait raison de redouter le pire. Il pressentait qu'il ne s'agissait pas juste d'un courant d'air... Et là c'est un énorme raz de marée qui s'abat sur lui. WOOOOOSH ! Le coursier a l'impression de perdre patte, qu'un truc tourne pas rond. C'pas possible, c'est un fake. Pas possible autrement, vraiment. C'est juste une blague, hein? Tu me fais juste un gros canular pour te payer de ma fiole?


- ... Mort?

Et le lupin ne plaisante pas. Il en perds ses mots, il suffoque, il étouffe. C'est à la noyade en direct de son ami que le brun assiste avec impuissance. Lorsque le loup s'effondre, Abs' ne le lâche pas pour autant et au contraire essaye de le retenir pour amortir la chute. C'est une âme déchue qu'il a face à lui, et la panthère elle même se sent marquée de voir son ami comme ça. "Déploie tes ailes et relève toi, bel ange. Ou, si tu n'en as plus, prend les miennes pour pouvoir t'envoler à nouveau." Ce lambeau de poésie revient en mémoire au brun, et maintenant il comprend réellement ce que voulait dire l'auteur à l'époque. Si seulement il pouvait servir de bouclier contre la douleur, détourner toute cette peine pour l'envoyer bouler ailleurs... Et peu à peu, il réalise à son tour. Cette nouvelle mortifère prend doucement de la force et pèse implacablement sur lui aussi.

Mort. CRAC! Tout se brise autour du lupus. Le fauve a l'impression de voir les fêlures autour de lui, comme devant un miroir qui éclate en morceau. Chaque fissure, chaque éclat est une douleur de plus pour Ethan, et donc pour lui même aussi. Deux yeux vert s'écarquillent et leur porteur se fige. Il réalise enfin, et c'est une vrai tsunami dans la face qu'il se prend. Absinthe ferme les yeux un moment et respire lentement, comme pour canaliser ça. Mais pas le temps de s'occuper de soi, bien vite des sanglots le ramènent à sa priorité absolue : Ethan. Toute colère contre lui a disparu, et la blessure causé par ses propos lui parait bien futile tout à coup. À présent, c'est l'inquiétude la plus extrême, la douleur par empathie qui le submerge. Quand un des amis du fauve souffre, lui même encaisse des dommage collatéraux avec eux.

On se croirait dans un mélodrame... Absinthe essaye de se réveiller lui même, mais les sarcasmes sonnent faux. Il ne peut s'empêcher d'imaginer sa propre réaction si un de ses pères venait à mourir lui aussi... Et ce n'est vraiment pas gai du tout. Que son loup ne l'ai pas contacté pour le lui annoncer, il peut le concevoir. Lui même se serait tenu à l'écart dans un premier temps. Le sombre matou ignore depuis quand Ethan porte ce fardeau, mais il respect ce besoin et cette décision. Mieux, il la comprend. Cela fait parti des points communs qu'ils peuvent avoir. Alors quand le loup lui fait une requête, cette requête, il sait déjà ce qu'il va répondre. Sans hésiter une seconde.


- Yes, my lord.

Ce n'est pas de l'humour acide, non. Pas cette fois. Cette phrase, il l'a lu tout gosse dans un livre. Le personnage qui disait cela avait choisit de se donner corps et âme pour son maître, et l'idée d'un tel dévouement l'avait fasciné à l'époque. Plus tard, il a pris l'habitude de garder cette phrase lorsqu'une pote lui demandait un truc important. L'idée de soumission n'était pas restée, contrairement à l'affection et à la loyauté sans faille qu'une telle implication démontrait. Du moins, il le ressentait comme ça, et c'est d'ailleurs toujours le cas. De toute façon, son entourage le connait assez pour savoir qu'il est tout sauf soumis. Quant à ceux qui voudraient se tenter au domptage, ils allaient vite s'apercevoir que le fauve est une animal rétif et impossible à domestiquer... À leur dépend. Jamais les caresses n'ont transformé un tigre en chaton.

Douloureusement, il l'étreint. Comme il aimerait pourvoir prendre sur lui la peine du loup, comme son T-shirt absorbe ses larmes. Mais s'il peut sans problème éloigner les crevard qui pompent l'air de son ami, cet ennemi là à éliminer est trop gros. Ce n'est pas en son pouvoir, il n'est rien face à ce genre de truc. Tout ce qu'il peut faire, c'est répondre présent. La tête du canidé sur son torse, son corps qu'il sert contre lui... Non, il ne compte pas le planter là. Jamais. Une fois son loup apaisé, du moins autant que possible, Absinthe l'aide à se lever et l'installe dans un des fauteuils au confort mortel de la boite. Une main essuie gentiment les marques de sels qui zèbrent le visage de l'ange déchu et reste un instant sur la joue. Ethan est pâle, si pâle... Doucement, le fauve s'approche de lui et goute longuement une fois encore les lèvres de son ami. Quel dommage que ce soit de telles circonstances qui en soient le déclencheur.


- Je reviens, attend moi juste une seconde.

En une seconde, le coursier n'est plus là mais se trouve déjà vers le comptoir. En deux temps trois mouvements, Abs' se hâte de ranger les débris de verre et la bouteille de vodka. Hop, le tabouret trône à nouveau dignement au milieu de ses confrère et le reste n'est pas long non plus à remettre en ordre. Et oui : le matou sait faire le ménage et ranger, quand il veut! Une fois ce petit truc arrangé, il retourne auprès de son loup et pose son bras sur une épaule d'Ethan en l'invitant à se lever. Protecteur, lui? Oui, certainement, quand le besoin se fait sentir. Et ce soir, le lupus est passé en statut : "Attention, fragile, ne pas toucher." Avec un sourire, le félin invite son cher ami à quitter les lieux.

- Allez viens. Ce soir, je te raccompagne.

[hrp> me suis pas relu désolé, je le ferais quand j'aurais le temps >>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit, tous les chats sont gris [PV Absinthe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit, tous les chats sont gris - Acte I
» La nuit, tous les chats sont gris...[pv A.M.E.]
» La nuit, tous les chats sont gris... Sauf moi, je suis rose! (terminée)
» La nuit tous les chats sont gris...
» La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Quartier Est :: La Boîte de Nuit "L'Éclate"-
Sauter vers: