AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Smoke on the water - Pv Elliott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Smoke on the water - Pv Elliott    Jeu 5 Avr 2012 - 15:19

Lorsqu'enfin il rattrape le panda, Absinthe obtient en récompense une phrase préfabriquée et auto satisfaite. Oh, bien sûr, il ricane de plus belle en entendant celle-ci. Et la bouille victorieuse qui accompagne la réplique est de bonne guerre, il faut l'avouer. Mais c'est le vrai sourire qu'Elliott lui offre ensuite qui lui fait vraiment plaisir. Le rouquin serait-il en train de se laisser apprivoiser ? Mais qui apprivoise qui, le chat ? Tu as beau pester contre ce spécimen qui a écorné ton image de beau gosse classe, tu as tout de même joué le jeu, non ? Avoue que tu as bien rigolé, Ab'. Avoue que tu as bien aimé.

Les deux compères contournent la piste de danse et d'une manière globale tout lieu qui rassemble du monde pour se diriger vers la ville. Intérieurement, le fauve peste contre ce conglomérat d'abrutis trop alcoolisés. Les lumières l'agressent, la musique va le rendre sourd... Décidément, il n'aime pas ce genre d'ambiance. C'est trop jet-set, trop bruyant, trop.... Trop. Soudain, le fauve se rend compte que le roux n'est plus à côté de lui. Intrigué, Absinthe fait fi des éclairs épileptiques et le cherche du regard avant de le retrouver juste derrière lui en train de se relever en pestant. La nature, dérangée ? On n'a jamais prétendu le contraire... C'est le cas inverse qui serait inquiétant.


-Perso, ça ne me dérange pas. C'est plutôt la foule et les lumières qui m'incommodent... On repart ?

Le coursier fronce les sourcils. Combien de bières Elliott a-t-il bu ? Bon, c'est vrai, lui même peut parler il en a enfilé pas mal. Mais au moins, il tient. En son fort intérieur, la panthère se promets de raccompagner le jeune jusqu'à sa porte, histoire d'être sûr qu'il ne lui arrive rien. Et puis, il est curieux de savoir où vit Elliott. Et leur marche paisible reprend. Même si le terme de fuite serait plus approprié. Quand on voit le soulagement que tous deux ressentent une fois à l'abri de la fête et dans un cadre plus calme... Dégainant une cigarette par habitude, le fauve en profite pour checker ses messages rapidement. Mouais, rien de bien transcendant. 'Faut dire que sa bande principale, il vient de la quitter et qu'à part ces abrutis, pas grand monde ne l'appelle. Le temps d'envoyer un rapide message au lupin pour prendre de ses nouvelles, Absinthe lève la tête lorsque le rouquin prend la parole.

-C'est sûr que pour le coup... Mais je pense aussi que ça les arrangeait de tomber dans le panneau. Tellement plus pratique pour me faire chier ensuite. Ah, et tu peux t'attaquer à Doyle la prochaine fois, t'as un ticket. Il n'a pas arrêté de te reluquer.

Un bref éclat de rire ponctue la fin de sa déclaration pendant qu'il sent son portable vibrer, signe qu'il a reçu un message. Curieux de lire la réponse de son Lupin, c'est avec une moue vaguement blasé et amusée à la fois que le fauve lit le texto de Ginger. Oh, le con.

Ginger:
 

Tout en ricanant, Ab' lui conseille d'aller consoler Doyle qui doit être grave triste que ce soit lui qui ait chopé le mec le plus mignon de la soirée, et tire une taffe. Ah bordel, une clope après un concert quand t'es au calme, c'est divin ! Curieux, il examine les rues qu'ils prennent et situe rapidement leur position. Ow, mais on se dirige vers les beaux quartiers, là,non ? Classe. Elliott doit être issu d'une bonne famille, pour loger dans un secteur pareil. Ou alors, le matheux fait un détour.. Mais c'est peu probable. Quand enfin ils parviennent devant la maison du jeune panda, Absinthe hoche doucement de la tête d'un air dubitatif et appréciateur en voyant la baraque. Ah ouais, putain. C'pas rien. Jor, plus bourge, tu meurs. Ab' ne veut même pas imaginer à combien s'élève le loyer d'un tel endroit. De toute façon, ce sont les rupins qui vivent ici, y a qu'à voir la gueule du quartier.

La panthère n'a que rarement amené des colis ici. En général, les nantis préfèrent louer les services de livraisons en fourgonnette. Ça fait plus mieux bien, comprenez, que ce pauv' gars avec ses rollers. Et puis, on a plus confiance en une entreprise qu'en un freelance qui vient des quartiers moins classieux. Avec un ricanement, le coursier effleure ses rollers qui sont, comme toujours, accrochés à sa ceinture. Lui, se balader sans ? Ah ah, jamais ! Il se sentirait autant à poil que sans fringues. Et de toute façon, c'est son moyen de locomotion. Si Elliott n'avait pas été là, il les aurait enfilés pour rentrer, ses chers rollers tout terrain. D'ailleurs, en parlant de rentrer, c'est p't'être bien l'heure, non ? Alors qu'il s'apprête à dire au revoir au panda, celui-ci lui fait une invitation inattendue. D'ailleurs, le brun hausse un sourcil interloqué en se redressant pour mieux l'observer et voir s'il déconne ou pas.


-Heu. Chez les voisins, cash ? Hey, mec, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Et puis, moi, mon taf me permet de bouffer, j'ai pas mes parents pour me payer le loyer. Pas question de sécher, comme tu dis.

Absinthe fronce les sourcils et étouffe un grondement lorsqu'il entend l'attaque perfide du rouquin. Ça le pique au vif, oui. 'Faut croire qu'il est fatigué, pour s'énerver à cause d'une tite boutade comme ça. Est-ce le mot peur qui lui hérisse le poil ? Ou le terme de Chaton ? Ou encore l'intonation avec laquelle Elliott a prononcé cela ? Le fauve plisse les yeux et toise le rouquin. Hoy hoy. Serait-ce un défi qu'il entend ? En tout cas, c'est comme ça qu'il le perçoit. Bordel, cette teigne continue à jouer avec lui. Tseuh ! Bien campé sur ses jambes, le fauve croise les bras et prend le temps cette fois d'évaluer la situation. Bon. Demain, il a une première livraison à une demi heure de chez lui, qui doit être faite pour 7h30. Sachant que d'ici, il lui faudra là aussi une bonne demi-heure de trajet... Avec un soupir, le fauve consulte son portable qui lui indique minuit trente. Ouais, bon. Il peut rester encore un chouille. Tant qu'il a ses quatre heures de sommeil, ça ira.

Ce qui l'interpelle, maintenant, c'est cette invitation... Inattendue, ya pas d'autre mot. Étonnant, il ne se serait pas attendu à ça venant d'Elliott. Ce brave petit fera donc l'école buissonnière ? Il n'avait pas dit avoir un exam ? Avec un ricanement, se dit que de toute façon, le petit génie ne doit pas avoir besoin de cours, parfait et super intelligent comme il est. Voyons, comme si une personne aussi brillante que lui avait besoin de se mêler aux autres bouseux pour apprendre. Et puis, il faut bien l'avouer. Absinthe ne crache pas sur l'invit' de voir Elliott en maillot de bain. Tant qu'à faire, hein... Autant s'accorder au moins ça et profiter de l'occasion.


-Okay, morveux. J'peux rester un petit moment pour faire trempette si tu veux, mais après il faudra que j'y aille. 'Faut que je dorme un minimum si j'veux tenir ma journée de taf ensuite. Mais t'as pas dit avoir une épreuve de je sais pas quoi, demain matin ? Ou alors c'était un prétexte bidon ?

[hrp : j'ai mis ça ici car je suppose que c'est ici que Elliott habite, mais comme tu n'as pas de sous forum pour ton chez toi... Si ça va pas, mp moi et je suppr le message pour le reposter où tu estimeras que ce sera plus adapté ^=^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliott Shanahan
♧ Humain ♧
Scientifique / Etudiant

avatar

Date d'inscription : 04/03/2011

Nombre de messages : 30
Muffins Muffins : 21

Rapport
Age: 21 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Aucun. Pourquoi, tu veux une nuit ?

MessageSujet: Re: Smoke on the water - Pv Elliott    Jeu 7 Juin 2012 - 18:38

-Heu. Chez les voisins, cash ? Hey, mec, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Et puis, moi, mon taf me permet de bouffer, j'ai pas mes parents pour me payer le loyer. Pas question de sécher, comme tu dis.

Elliott sortit ses clés de sa poche et s’amusa à les faire tourner autour de son index en fixant Absinthe du coin de l’œil. Malgré l’apparente réticence du matou, une partie de lui souhaitait qu’il accepte son invitation pour le moins incongrue de patauger dans la piscine des voisins. Son inconscient réagissait favorablement au fendillement progressif de la carapace que le jeune homme s’était forgé et imposé durant des années, détruisant peu à peu sa joie de vivre. Et, inconsciemment, Elliott se comportait donc d’une manière plus agréable que d’habitude et proposait des choses aussi inattendues (pour lui) que des bains de minuit. Il n’était pas fait pour une vie d’ermite. Au fond, le garçon Shanahan n’avait jamais voulu que des amis, comme ceux de sa sœur.

Le rouquin n’avait pas pensé à sa sœur depuis des mois, si ce n’est des années, bannissant volontairement cette douloureuse pensée. Et Absinthe l’avait fait ressurgir en évoquant ses parents qui, le pensait-il, lui payaient son loyer. Ils lui manquaient, c’était indéniable, et sa précieuse sœur aussi. Il crispa les poings, par réflexe. Est-ce qu’Andréa allait bien ? Était-elle toujours jalouse ? Le détestait-elle toujours ?...

Sa bonne humeur un peu assombrie, l’humain rangea ses clés et enfonça ses mains dans ses poches, le plus profondément possible. Il se tourna vers le fauve qui, bras croisés, solide et stable, semblait toujours réfléchir. Ses magnifiques yeux verts qui brillaient dans l’ombre se détournèrent pour vérifier l’heure sur son portable. Il soupira, releva la tête, le regarda avec une ombre de sourire.


-Okay, morveux. J'peux rester un petit moment pour faire trempette si tu veux, mais après il faudra que j'y aille. 'Faut que je dorme un minimum si j'veux tenir ma journée de taf ensuite. Mais t'as pas dit avoir une épreuve de je sais pas quoi, demain matin ? Ou alors c'était un prétexte bidon ?

Sourire éclatant de la part du roux.

- Nan. Épreuve de biologie cellulaire et du développement. 4 heures. Sur le trafic intracellulaire, les relations développement-vieillissement-cancérogénèse et, connaissant le prof, des trucs idiots, genre les questions d’éthiques liées à la bio cellulaire. Genre, le clonage, tout ça. C’est bête comme bonjour… Pas aussi intéressant que les maths, mais il suffit de retenir les cours par cœur. Plus facile, tu meurs.

Le rouquin ricana intérieurement, et de manière très sarcastique. Lui, faire des essais sur l’éthique cellulaire, il y avait de quoi pleurer de rire ! Il était au milieu d’une île peuplée de créatures hybrides qui violaient toutes les lois portant sur le sujet…

Bref. Sans vraiment comprendre son soudain regain de bonne humeur, Elliott ouvrit sa porte, bondit à l’intérieur et se déchaussa, invitant Absinthe à le suivre. Il le laissa dans le grand salon et monta l’escalier pour rejoindre sa chambre, se disant que l’envie de le voir torse nu avait aidée le félin à accepter. Loin de s’en vexer, il rit doucement, son ego enflant à une vitesse stratosphérique. La porte de son armoire s’était encore bloquée mais il força pour l’ouvrir et y dénicha tant bien que mal deux maillots : un short de bain rouge avec un dragon noir pour lui, et un vert sombre plutôt sobre pour son invité. Il redescendit au rez-de-chaussée et tendis au fauve le maillot qu’il lui était dédié.


- Voilà. Tu peux te changer dans la salle de bain, elle au fond de ce couloir à droite, après la cuisine. De toutes manières, il y a écrit « Salle de bain ». Tu me rejoins chez les voisins ? Y a qu’à sortir par la porte vitrée, là, et passer par-dessus la clôture. T'en fais pas, c'est pas une violation de domicile. J'ai les clés.

Elliott commençait à se détourner quand son regard s’éclaira et qu’il ajouta :

- Ah, « Salle de bain » c’est écrit en islandais. « Bazèrbèrgui », donc. J’essaye d’apprendre cette langue et c’est plus simple comme ça. Bonne chance !

Le rouquin lui tira la langue et s’éclipsa dans le jardin, sautant souplement la clôture pour fouler l’impeccable gazon de ses voisins. Il contourna la gigantesque piscine couverte, sortit son passe-partout de sa poche et ouvrit la porte de la maison cossue et bourgeoise à souhait. Si la sienne se rattrapait par sa modernité, celle dans laquelle il entrait à présent avait un extérieur aussi « nouveau riche » que la décoration du salon. Elliott connaissait cette habitation comme la sienne, car il squattait souvent l’installation aquatique de qualité qui clapotait dans le jardin. Aussi trouva-t-il sans peine l’interrupteur qui permettait d’ouvrir le placard blindé protégeant le tableau de bord tant convoité qui contrôlait ouverture, température, lumières et remous.

Il se changea tranquillement avant de sortir, appréciant la douceur de l’air sur sa peau nue et pâle. L’humain écrasa sans aucune gêne les plates-bandes de pensées pour atteindre un coin ombragé par un grand chêne, camouflant dans sa pénombre ce qui ressemblait à une interface futuriste de vaisseau spatial. Il appuya tranquillement sur quelques boutons. Avec un ronronnement mécanique, la piscine se découvrit et les lampes sous-marines s’allumèrent, ainsi que les remous, réglés sur « Détente ». L’air s’échauffa autour de l’eau, constamment maintenue à une vingtaine de degrés, et la différence de température créa une légère brume à la surface de l’eau. Elliott sourit et s’étira longuement avant d’installer deux sur deux transats des coussins et des serviettes épaisses et moelleuses. Il prit aussi le temps d’allumer quelques bougies flottantes avant de retourner à l’intérieur pour préparer deux mojitos avec le bar du proprio.

Quand il revint, les coupes enflammées aux mains, il aperçut la silhouette d’Ab qui se découpait à contrejour de son propre séjour et qui sautait la clôture avec une grâce toute féline. Le rouquin sourit et embrassa d’un geste du menton ce qu’il avait préparé.


- Alors, minou, comment tu trouves l’ambiance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Smoke on the water - Pv Elliott    Mer 13 Juin 2012 - 17:40

Sans savoir si c'est une bonne idée ou pas d'avoir finalement accepté, Ab' apprécie néanmoins le sourire radieux que lui offre Elliott lorsqu'il donne sa réponse. La sincérité lui va bien, bien mieux que son rôle acerbe de mal aimé incompris. En revanche, sa réponse... Perplexe, Absinthe l'observe un moment en inclinant la tête. Allons bon, c'est quoi tout se baratin ? Fallait-il forcément que le roux se la pète en en parlant avec autant de nonchalance et de dédain ? Monsieur aime se la jouer, décidément... Ceci dit, le fauve ne l'a-t-il pas fait lui aussi en narguant Doyle et les autres avec sa “conquête“ ? Si, assurément.

Son hôte semble soudain plein d'énergie et ouvre à la volée la porte de sa maison pour s'engouffrer à l'intérieur. Avec moins d'enthousiasme, Absinthe le suit. À vrai dire, il est plutôt occupé à tout observer. C'est une belle, grande baraque. Bordel, quand on compare à son appart'... Non pas qu'il envie Elliott, hein. Son antre lui plait beaucoup comme il est et il n'échangerait pas. Mais sérieux... Woah. C'est tout de même pas rien, et il n'a jamais eu l'occasion de rentrer dans une piaule comme ça. Le fauve est un peu soufflé, sur le coup. Sa longue queue féline battant doucement la mesure, il ne peut s'empêcher de rester sidéré par tout ce qui accroche son regard vert. Si les autres gars étaient là, ils diraient qu'Elliott est un bon parti. Ça ne fait aucun doute.

Le temps qu'il se remette de cette vision inédite d'une maison de luxe, et le roux a disparu. Heh ? Où est-il passé encore ? Perplexe, Ab' fait quelques pas par ci par là et erre dans le salon sans oser s'aventurer plus loin. Après tout, lui même déteste lorsque l'on fouine dans sa tanière, il ne va pas faire aux autres ce que lui même ne tolère pas à son égard... Finalement, le panda refait surface et dévale quatre à quatre les marches de l'escalier. Avec un sourire amusé, le félin suppose que lui aussi a sa chambre en haut. Un autre point commun, semblerait-il.

Le jeune gaillard lui tend sous le museau un maillot de bain sombre avec un enthousiasme évident et lui balance avec énergie les explications pour se guider la salle de bain. Avant même que le fauve n'ait le temps de lui demander ce qu'est l'islandais, le rouquin a disparu après lui avoir tiré la langue. Allons bon. Absinthe a l'impression qu'une tornade est passé et il s'ébroue pour se secouer avant de se diriger vers la salle d'eau comme indiqué. Et là aussi, mazette.. C'est pas rien. Un instant admiratif, il se ressaisit et s'ébroue une fois encore avant de se changer. Un moment indécis quant à l'endroit où il peut poser ses affaires sans déranger, il finit par les laisser à cheval sur un radiateur. De toute manière, avec la chaleur, il est éteint... Et sinon, il aura des vêtements chauds, voilà tout.

Refaisant le chemin dans l'autre sens, Ab' fait un petit détour par la cuisine pour la contempler, un brin admiratif là aussi. Mais n'empêche, à la longue, ça doit être chiant, non ? Pour l'entretient et tout.. Et quand on est seul en plus. Son appart' à lui n'est peut être pas aussi grand, mais au moins il ne se sent pas noyé dans autant d'espace... Bah, chacun ses goûts. D'un pas vif mais silencieux, la panthère finit le trajet et sourit lorsque ses pieds nues foulent la pelouse. D'un bond souple, il saute par dessus la barrière qui sépare les deux propriétés et atterrit sans un bruit avec aisance.

Il faut avouer qu'Elliott a bien fait les chose. Avec un sourire appréciateur, Absinthe contemple la piscine, les transats.... Quelques bougies qui parsème la surface de l'eau lui arrachent un nouveau sourire alors qu'il s'avance vers le roux. Celui ci, d'ailleurs, lui demande son avis quand à tout cela et le coursier note les deux verres qu'il tient en mains. Ce type sait recevoir, décidément. Décidément, c'est une très bonne idée d'être resté. Piscine + Cocktail + Beau mec... Mraw, que demander de plus ? Un instant, le fauve a bien envie de répliquer que l'ambiance, comme dit Elliott, fait très parade nuptiale mais.. Chut, mon grand. Ça lui ferait trop plaisir, à tous le coups.


-Très romantique, je trouve. Tu as même dégainé les bougies... Ne manquent plus que les violons. So cute.

Absinthe. T'es con. Mais tu assumes, alors tout va bien. Il ricane doucement après avoir sorti ça avec un peu de sarcasme dans la voix, et s'approche un peu plus de la piscine. Bordel, s'il pouvait avoir ça chez lui, il en rêverait. Peut être pourrait-il revenir chez Elliott à l'occasion ? Hmm. Non, fausse bonne idée. On n'exploite pas les gens, Ab. Surtout que la piscine appartient aux voisins du môme, ça fait une jolie nuance. S'étirant délicieusement les bras puis le dos, le brun finit par passer la main dans les cheveux, perplexe. Sérieux, si on lui avait dit que grâce à l'incompétence du service postale il finirait par passer une soirée dans un tel décor de rêve... Avec un sourire franc, il se retourne vers son hôte.

-Je comprends que tu apprécies d'aller chez tes voisins, maintenant. Et j'admets que le cadre est sympa, oui. Ils ne sont jamais là, tu dis ? Bordel, avoir un truc pareil et ne pas en profiter, c'est sacrilège...

La panthère hoche doucement de la tête pour appuyer ses propos puis revient vers le roux dont il prend enfin le temps d'apprécier la vue. Bah, quoi ? On ne va pas se gêner et faire des chichis maintenant alors que ce couillon a minaudé avec la tête sur sa cuisse tout à l'heure, hein. .. D'ailleurs, il n'aurait pas détourné le regard de toute manière. Elliott est mignon, le sait, et en joue. Pas qu'Absinthe aime particulièrement ce genre de comportement, mais il peut admettre en son fort intérieur que le môme a de quoi être satisfait. Quant au coursier.. Quelque chose lui souffle qu'il va apprécier cette soirée. La piscine et les boissons lui font de l'œil et... Doit-on ajouter que le rouquin aussi ? En tout cas, le brun est presque certains de ne pas déplaire à l'étudiant. Pas qu'il veuille se vanter mais. Bref. Il y a quelques signes pas forcément très discrets, n'est-ce pas ?

-Au fait, je me demandais.. C'est quoi l'islandais, dont tu parlais tout à l'heure ?

Bon, il se doute qu'il va encore avoir une explication alambiqué sur des trucs scientifiques – il soupçonne qu'il s'agit d'un langage scientifique, un peu comme les secrétaires ont la sténo. Mais c'est toujours bon de savoir ça... Il se couchera mois idiot ce soir, comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Smoke on the water - Pv Elliott    

Revenir en haut Aller en bas
 
Smoke on the water - Pv Elliott
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Smoke on the water, histoire de cette chanson.
» Smoke on the Water [Misto]
» Shark in the water
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Quartier Résidentiel :: Pavillons et Villas-
Sauter vers: