AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Samaël Sandrans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samaël Sandrans
♣ Hybride Pigeon ♣
Animateur Radio

avatar

Date d'inscription : 03/10/2011

Nombre de messages : 7
Muffins Muffins : 3

Rapport
Age: 19 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Je plains celui qui le sera.

MessageSujet: Samaël Sandrans   Mar 4 Oct 2011 - 18:38

    ❦ Généralités ❦


    Nom : Sandrans
    Prénom : Samaël, couramment appelé Sam.
    Âge : 19 ans
    Race : Hybride Pigeon
    Profession : Animateur radio
    Sexualité : Ambiguë (:
    Don : Capacité de voler jusqu'à 1000 mètres d'altitude. Très bonne vue et très bon sens de l'orientation. Pourrait éventuellement porter un passager selon les circonstances. Système immunitaire développé et très bonne résistance aux conditions climatiques et aux chocs. Ce piaf, ça tombe pas malade. Par contre ça peut transporter la maladie incognito. Ça va souvent à l’hôpital, mais jamais bien longtemps et y ressort sans séquelle.
    Défaut : Ailes trop encombrantes. Le plumage est résistant mais ne supporte pas l'eau. En plus il faut qu'il supporte une mue de son plumage lente et progressive toute l'année. Un QI pas bien élevé aussi, hélas.

    ❦ Description❦


    Physique : Sa grande fierté est son nombril. Rond et creux, si bien dessiné, sans une crasse incrustée. Bien au milieu. Il n’y a pas plus beau nombril que le sien. Il s’approche de certains. Il compare. « Passe-temps » vous dira-il. Il feinte l’ennuie mais prend du plaisir à constater que son bout de cordon ombilical est vraiment le mieux foutu. Ses lèvres rosâtres s’étirent, il sourit. Il exhibe encore un peu son atout, sa vedette, y caresse parfois la blancheur. Oui, l’ombilic est blanc, comme sa peau d’ailleurs. Sans piercing, sans tatouage à proximité. Sa fanerait la beauté de ce trou pas comme les autres. Nous parlons encore du nombril. Il est bien symétrique. Tout le monde se tuerait pour avoir le même que Lui. En revanche, plus bas ce n’est pas une fierté, c’est sa force. Ou son quotidien, il s’en est pas mal servi. Il est monté au septième ciel avec. Certains vous diront qu’il rouille à ce niveau et que, franchement, il peut s’en passer. Pas lui. Il a besoin de ses jambes longues et pâles pour décoller.

    Il n’a pas tout à fait des pieds, ni des mains d’ailleurs. Ce n’est pas un rapace, c’est un pigeon dans toute sa splendeur. Des tarses écailleux d’un beige prononcé, tirant sur le brun. Oh non, pas de serres pour ce gamin. Seulement des griffes émoussées accrochées à des membres diaphanes et frêles. Ils résistent à tout même au soleil.

    Des ailes. Oui, non. Plutôt un tas de plumes ébouriffés. Qu’il essaie de soigner. Des rémiges et des rectrices grises rayés de lignes noires. Elles ont tout enduré. Il plane au dessus de vos têtes et vous êtes surpris par la grandeur de la voilure. A elle seule il gagne six mètres d’envergure. Par contre ce n’est pas waterproof. Sous la pluie, il a la grâce d’un vieil avion qui croule. Et le crash l’attend parfois. Mais t’es encore vivant toi ?

    Il ne craint pas le froid. Il a un duvet blanchâtre sous le cou. Au toucher, il trouve ça doux. Les autres aussi. C’est peut-être la seule chose qu’apprécient ses amis.

    Il n’a pas de poil, il n’a que des plumes. Sauf au visage. Sa chevelure est grise, aussi grise que son plumage. Il se regarde sur un miroir et désespère d’une tignasse aussi sauvage. Il a peu d’atout. Capillairement parlant. Ce gris le vieillit, c’est d’une telle banalité. Sauf le vert métallisé, là, sur les quelques mèches éparses. Ça a son charme mais c’est plus dur à coiffer. De toute manière, il s’en fout. Probable que, toute cette rébellion, il la cachera sous une chapka.

    « Je suis un beau gosse », c’est ce qu’il vous dira. En rigolant. Au fond il ne le pense pas vraiment. Et ça le tue quand même un peu. De ne pas être comme un cygne, de n’être qu’un rat des cieux. Lui et ses grands yeux noirs, lui et son visage fin de gringalet. Il s’estime heureux de pouvoir cacher ça sous les traits d’un aventurier. Je vois, je vois. Sous ton masque de pilote d’avion, t’es un homme plutôt banal au fond.

    Morale :

    Ceci est un pigeon.

    Ce n’est pas très esthétique aux premiers abords…

    Non, c’est carrément laid. Un peu inutile. Il le sait.

    A priori, nous pourrions croire qu’il s’en fout royalement. Et bien sachez que ceci est…

    Vrai. C’est pire que ça, il se moque carrément de vous. Car il est au dessus de tout cela, au dessus de votre monde injuste, au dessus de la cité et de ses prédateurs sociaux, des jugements, des mesquineries d’en bas.

    Oui, il se moque vraiment de vous. Il a le pouvoir au dessus des nuages, il vous observe avec un regard niais. Il en aurait presque de la pitié.

    C’est lorsque ses besoins naturels prennent le dessus que son sourire s’efface. Alors il descend, discrètement. Il devient un peu con, franchement naïf ou parfait bouffon. Maladroit à outrance, malchanceux comme personne, misérable comme pas deux.

    Et pour cause. En bas, il reprend sa place. Celle qu’il a toujours eue dans la chaine alimentaire. Tout en bas en dessous des rats. C’est simple. Avec lui il n’y a que des extrêmes : Prince des airs ou SDF sur les toits.

    Au fond il vous aime bien. Il vous comprend un peu. Vous êtes tous un peu triste de ne pouvoir gouter à la liberté des cieux. Alors vous le lapidez de votre regard et dénigrez tous ses atouts. Ne vous inquiétez pas, il fait parfois comme vous. Il est gentil. Stupide, gaffeur, lent, influençable, encombrant, collant, premier prix, basse gamme, défectueux… Mais gentil.

    Il avoue être paresseux. Alors, pendant un bref instant, il devient un génie pour éviter de bosser.

    Il n’a pas froid aux yeux. Il touche tellement les bas fonds qu’il ne craint pas de se faire écraser. Of course, des fois la scène tourne au ridicule lorsqu’il menace un ours. C’est un pigeon. Il a des tendances suicidaires. Toujours là quand il ne le faut pas. Toujours présent dans les pires galères.

    Même le narrateur désespère.

    Tu nous ponds quoi là ? Rajoute des qualités à cette pauvre bête !

    Quand on y réfléchit bien, c’est tout de même un brave type. Il vous comprend, il est modeste, il est accommodant. Il s’adapte, il résiste. Il patiente quand il faut, il peut même être maternel. Ses yeux brillent quand vous vous confiez à lui. Il rapplique quand vous lui assignez une mission. Il veut se sentir utile dans sa petite vie. Ceci est un homme à tout faire.

    Aucun caprice, zéro tracas, beaucoup de blabla. Il relativise. Et quand il a des petits problèmes, il vous les dira. Ou pas. Encore faut-il qu’il les voit.

    Tu régresses, parle-nous de sa vie amoureuse !

    Tant de choses à dire.

    D'abord non. Se sont les autres qui n’ont pas de goût. Chez lui, tout est ok. Il a tout vérifié. Il prend soin de lui et ne sent jamais mauvais.

    Ne vous faites pas de fausses idées, ce n’est pas un souci d’esthétique, il est déjà horriblement beau. Non non, tout est une question d’aérodynamisme. Tout doit être lisse, propre et beau. Bien voler et être bien dans sa peau. Ou pas.

    Histoire :

    Ça, c’est Sam.

    Avant, il était balayeur. Pardon. Technicien de surface. Dans une station de radio. Jusqu’à que l’ancien animateur s’envole pour d’autres ambitions telles que la chanson. La boite tombait doucement mais sûrement en faillite, et c’est dans un élan tout à fait désespéré qu’ils engagèrent Sam pour une carrière plus honorable. Adieu serpillères, bonjours la gloire. Seulement, même si son arrivée avait fait monter l’audimat de 2%, sur le plateau, c’était le désespoir.

    Le licenciement. Ça c’était un gros problème. Mais après tout se passa mieux. Ils gardèrent Sam, parce-que voilà, "il dépanne et c’est un bon balayeur ". Content de plaire. Il ne voulait remplacer personne mais ça s’est fait contre son gré. Il substitua rapidement les autres animateurs hormis Jean-Claude, le présentateur, et prêta même sa voix à quelques publicités. Sa médiocrité pour tous ces domaines, il le compensait par son humour désinvolte d’employé blasé que le peu d’auditeurs finissaient par apprécier.

    Sam, c’est aussi quelqu’un qui a peur. Tout le temps. De tout le monde. Et surtout de leur opinion. Parce-que un clash, une critique, ça fait mal. Alors dès qu’il le pouvait, il restait discret. Et ça ce n’était pas dans les plans du patron.

    - Tout les problèmes à quoi je pense ont d’jà été chanté. ♪
    Parler d’la drogue ou de la guerre, mon dieu que c’est cliché !
    ♪ Nan perso c’est une prise de tête moi j’préfère balayer.
    C’est simple à faire y a pas d’diplôme et chui rémunéré. ♪
    Par contre j’avoue et entre nous certains devraient se taire
    ♪ Puis dans la vie faut arrêter y a pas que les pouces verts.
    Mon rap est nul, j’ai du boulot arrête de me faire chier
    J’aimerais bosser, me faire discret alors fout moi la paix !♪

    - …
    - C’est mieux ?
    - Ah ouai, ton rap est vraiment nul à chier.
    - Ahhhhh ! Enfin tu comprends ! ♥
    - Non je comprends pas ! Avec une bouse pareil t'aurais pu être célèbre ! Sois animateur pitié !
    - Bon ok, je vais te la dire autrement. Ouech ouech 90 représente ouech gros j’kiff pas ton flooow moi j’viens du guettooo yeah yeahhh !
    - ARGHGGGGG ! JE SAIGNE !
    - L’infirmerie c’est au fond à droite.


    C’est un peu ça avec Sam, il faut lui forcer la main. Et pour ça, le patron n’a pas attendu demain. Voilà, il était viré en tant que balayeur, embauché en tant qu’animateur. Il aurait pu protester, seulement le salaire était tentant. Ce qui fallait à leur chaine, c’était un animateur venu tout droit du peuple, un représentant. Sam n’avait pas grogné, et il se contenta de faire du mieux qu’il pouvait. Depuis, lui et Jean-Claude, c’est le duo choc. L’un se déplace dans le ciel à la recherche d’actualité croustillante, et l’autre reste au studio pour y ajouter son grain de sel.

    - Bonjours ici PigeonRadio 8h00 du mat’ avec Sam en direct depuis le ciel ! Balance la météo Sam !
    - Et bah écoute Jean-Claude, la journée promet d’être ensoleillé avec quelques éclaircies vers la soirée ! 31° pour cet’aprèm’ et... Tainnn va faire trop chaud abused ! Hein ? Ah oui, je dois donner une bonne image aux enfants qui m'écoutent... Cette après-midiii il fera très exactement 31°C dans l'ensemble de la ville alors sortezzz vos T-Shirt et vos mailloots de bain parce-que... OH ! J'AI L'AIR D'UNE TAPETTE !
    - Hem. Merci Sam... Se sera tout pour la météo, et pour les infos nous avonsss… encore SAM ! Vas-y Sam !
    - La vie est tranquille dans la ville, et OUAI PARAIT QUE LE VIEUX DE LA RUE GEORGE PARKINSON A ENFIN AVOUE SON AMOUR POUR L’OURS RIDÉ ! Moi je dis qu’il faudrait avoir peur. FRANCIS ! YEAH CHUI AU DESSUS DE TOI ! JE FAIS COUCOU ! Hey pourquoi t’es d’vant le sex-shop ? Hannn petit coquinnnn !
    - C’était Sam ou comment afficher ses potes à la radioooo ! Et maintenanttt… Musique !
    - I'm watching youuuuuu Francis !


    « Pigeon Radio » ? Un délire. La fréquence 98.3 portait comme nom « StarMusicFM ». Seulement « Pigeon Radio », ça apportait pas mal de pouce vert sur leur page web et l’audimat avait grimpé de quelques points.

    En réalité, il n’était pas 8h mais 8h10, ce petit décalage, c’était important pour lui. Lui qui devait assumer maintenant son job d’animateur, sa vie d’étudiant assez chaotique et ses quelques emplois par-ci par-là pour arrondir ses fins de mois. Parce-que OUI, cette chose à plume allait à la fac. « Devenir météorologue, c’est mon rêve ! » Et c’était dit d’un air tellement niais que tout le monde savait qu’il allait vite se décourager.

    A vrai dire, c’était les médias qui étaient fait pour lui. Lui qui dégainait sa connerie plus vite que son ombre. Celui qu’on écoutait en souriant à la radio de huit heures du matin à midi n’était pas toujours celui qu’on croyait. Sam devenait un autre quand son corps quittait le studio. Un être plus introverti, pas bien exceptionnel. La banalité dans toute sa splendeur. Et ça le plaisait.

    Tout le monde connaissait Sam. Ceux qui s’emmerdaient dans les salles d’attente écoutaient Sam, dans les ascenseurs il y avait Sam, Sam vous accompagnait dans la voiture, le soir sur vos baladeurs, au supermarché. Sam était partout. Et pour cause : StarMusicFM était la seule fréquence disponible sur Animalia Kingdom.

    - PigeoonnnRadioooo ! Vive le 98.3 ! Avec… Oui, encore avec Sam. SAM ! Les infos !
    - Bonnnjours, vous êtes sur Pigeon Infos et…
    - Sans dec’ ?
    - … Hem. Sur la A18 un accident gravi-ssime, un lapin de garenne a PERCUTE un vélo de plein fouet et…
    - Hannn mon dieuu c’est terrible combien de morts ?!
    - 12 fourmis mortes hélas…
    - C’tout ?!
    - Ouiii mais heureusement les secours sont là pour… cuisiner le lapin de garenne !
    - OUAIII ! Et n’oubliez passs !
    - Un lapin acheté…
    - Le deuxième est offert chhhezzzz…
    - MÔSIEUR POGNON !
    - Et maintenant écoutons VOS problèmes ! Aujourd’hui nous recevons François le gaulois ! Allo Francoiiiis ?
    - Bonnnjourssss JC et Sammmm ! Allloors ouiii je voulais vous parler de ma viiiie amoureuuuseee !
    - Oh putai… Ouiiiii ?
    - J’ai mon pote qui me fait cocu et…
    - François nous avons LA solution à ton probl…
    - Pourrr des nuits…hmmm… Torriddeeeeesss, tapez CHOLAPIN au 118 218, ccchhhhhooooolappiinnn au 118 218 !
    - Hinhinhin !
    - Allez vous faire *biib biiib biib*
    - Oh Fuck ! La ligne est coupée ! Bon et maintenant… Musiqueee ! Piiigeoonnnn Radioooo !



    Sam était connu oui. Samaël, non. Parfois « T’as la même voix que Sam c’est fun ! » Mais personne n’avait fait l’analogie entre ces deux hommes là. Personne. C’était mieux ainsi.

    Pour lui, tout allait bien. Très bien.

    Non, c’était le désastre. Parce-que vous aviez vraiment cru qu’il nageait dans le blé ? Il enchainait les mauvaises notes à la fac, il ne se prononçait jamais sur sa vie sentimentale, il n’avait même pas les moyens de se payer un studio décent. Aussi le voilà condamné à vivre dans ce qui était une maison de retraite. Un grenier réaménagé à sa manière, au huitième et dernier étage d’un bâtiment en mauvaise état, dont même l’accès à son appartement était bloqué. Lui il s’en foutait, c’était par la lucarne qu’il passait. Les trois-quarts de son salaire payaient ses dettes. Le reste, il s’en servait pour aider la petite entreprise de radiodiffusion, innover et attirer d’avantage les auditeurs. Lorsqu’il avait des caprices personnelles, c’est chez les vieux qui habitaient juste en dessous de chez lui qu’il partait demander. Pas de fierté, pas de scrupule. De toutes manières, ils avaient beau sourire avec leur bouche édentée, ils allaient tous finir dans le fossé. Il pensera juste à leur faire signer un testament.

    Alors chaque matin, il se rendait au studio récupérer le matériel, et chaque matin, c’était le grand vol à travers la ville, à plus de 600 mètres d’altitude. Lui, seul, avec comme unique ami les courants ascendants. Et ça, c’était le rêve. Personne pour le juger, aucun stress dans sa boite crânienne, la légèreté des nuages sous ses yeux. Tout était physique. Tout était logique. La portance sous ses ailes, le plumage bravant la pesanteur, la pression sur son cœur. Et la ville.

    La ville à ses pieds, comme des vers rampants dans le quotidien. Huit heures. L’altitude chute doucement jusqu’à 300 mètres. Il allume l’émetteur, et place le micro.

    - Bonjours ici Pigeon Radiooo à 8h, encore les infos dans notr’ bled pourri où il se passe jamais riennnn ! Sérieux vous ne voulez pas faire une émeute qu’on ait un truc à raconter ?
    - Bon. Vas-y Sam… Raconte.
    - La guerre en Afganispain entre le boulanger et la clientèle fait toujours des ravages, Alfred et la famille Rodrigez se disputent encore la brioche à coup de matraque c’est…
    - Hann la guerre c’ey mallll !
    - Ouaiii… Oh mais attendez ! Le boulanger sort le rouleau de pâtisserie, il a balance à Zizou le caribou qui l’ATTRAPE et viseee le vieux de la rue George Parkinson ! Il se concentre pour sa dernière attaque et TIRE ET IL TUE EN ONE SHOOT LE VIEUX ! BUUUTTTTTTTTTTTTTT !
    - OUAIIIIIIIIII ! Zizzouu il a gagnééé ! Zizouuu il a tapééé !
    - Se fut un match mémorable.
    - Le vieux est mort ?!
    - Nan, il est encore vivant, mais selon les autopsies ce n’est pas le rouleau qui l’a tué !
    - Très intéressant !
    - Une minute de silence ?
    - …
    - C’trop long. Hey j’ai reçu un appel d’un gars qui demande si la mort du vieux est un fake. C’est mignonn !
    - Bien sûr que c’est un fake mon chou, le vieux, pour le tuer ce n’est pas un rouleau de pâtisserie qu’il faut, c’est un AK-47.
    - Ouai tout le monde le sait. C’était Pigeon Info, une édition incomplète toutes les 15 minutes ! Et maintenant…MUSIQUE ! PigeooonnnRadioooo !


    Avec le temps, les choses se sont organisées. La chaine se développait mais Sam, lui, stagnait. Ses parents en pleins divorce, qui voulaient tous deux refaire une vie et oublier leur point commun : Samaël. Et puis les études, et des dettes, encore des dettes. Et pendant ce temps le progrès qui ne freinait pas. Des dédiasses par ci. Un PigeonWorld Concert par là.

    Il oubliait. Dans les projets musicaux du 98.3, il oubliait à quel point tout pouvait l’énerver. Ses géniteurs ? Ingérable. Ils se haïssaient comme chien et chat, jamais d’accord outre sur le fait que Samaël était un cas désespéré. Il aurait pu apprécier les petits gestes d’attentions soudains de ses parents quand ils surent la place de leur gosse dans les médias. Seulement non. Samaël aurait pu se la péter et devenir populaire. Mais non. Samaël restera dans l’inconnu pendant que la voix de Sam fera vibrer le peuple de ses nouvelles.

    Parce-que c’est ça, Sam, une personne capable de s’envier elle-même.


    ❦ Vous❦


    Pseudo : Primaru
    Âge : 19 ans aussi :3
    Comment avez-vous découvert le forum ? Via les partenaires probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney Lisherness
♣ Hybride Chauve Souris ♣
Lycéen

avatar

Date d'inscription : 25/02/2009

Nombre de messages : 117
Muffins Muffins : 15

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon:

MessageSujet: Re: Samaël Sandrans   Lun 17 Oct 2011 - 14:01

J'aime beaucoup la description du don qui est très détaillée ! Je pense que ça devrait aller, ça reste cohérent sans être gros-bill tant que tu l'utilises correctement =)
La description physique est très bien écrite, j'aime beaucoup les sous entendus. Pareil pour le caractère, tu as une très jolie plume (sans mauvais jeu de mot).

L'histoire : un régal, particulièrement tes jeux avec les noms !

Voilà, tout est bon pour moi, je te valide et t'ajoute dans le groupe des hybrides !
Je suis impatiente de voir Samy dans le jeu =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kima-chan.livejournal.com/
 
Samaël Sandrans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samaël Akiam [Padawan]
» Lettre de rupture [PV Kelsey Lorgan - Samaël Smith]
» Devoir de Sortilèges ou comment ne pas rougir devant une aussi jolie fille ? [PV Olivia E. Fowler - Samaël Smith]
» [Tournoi bis] demi finale : Samaël, le démon VS Holmgeir, Guerrier Divin de Gamma
» — Samaël Llydriëd Mawey ♣ U.C.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Fiches d'Identités :: Hybrides-
Sauter vers: