AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sauve qui peut!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: Sauve qui peut!!   Mer 14 Sep 2011 - 22:36

Un marteau piqueur ? Un tambour ? Peut être qu'on lui tape sur la tête... ça tape fort et ça fait mal... Les yeux s'ouvrent douloureusement pour se refermer aussi vite sous l'aveuglement du à la lumière... Bordel ça fait mal !!! La tête est lourde, le cerveau crie au supplice mais il faut qu'il se réveille. Il se tourne et sens une source de chaleur à côté de lui. Il s'y colle et soupire de bien-être.
Bizarre, son lit est chaud. Il frotte ses pieds gelés sur ce chauffage d'appoint, heureux de pouvoir se réchauffer. Un grognement sourd résonne.

Il s'arrête, figé et ouvre doucement les yeux pour se retrouver dans une jungle noire et emmêlée de cheveux.

- Gné ?

Réponse très intelligente. Son cerveau empatté essaie de réagir mais la dose d'alcool ingurgitées hier l'empêche de réfléchir convenablement.
Mais il essaye quand même, ses yeux plissés à l'extrême dans une tentative de réflexion.

Flash back

Des soupirs, des caresses, des yeux phosphorescents pleins d'un désir similaire au sien. Des draps qui glissent, deux corps qui dansent...

Fin flash back

Il se redresse doucement sur le lit, et là ça lui revient, par strate....

-Absinthe ?

Un autre grognement lui répond et il pouffe doucement malgré sa gueule de bois digne d'un bucheron. Il doit d'ailleurs abattre toute la forêt dans sa tête celui-la tellement ça cogne.
Comment en sont-ils arrivés là, lui qui s'était promis de résister à la tentation de replonger dans les bras de son meilleur ami ?
La mort de son père...ça y est çà lui revient... sa gorge se serre ,ses yeux lui piquent. Il se rallonge et se colle à Absinthe, fourrant sa tête dans la ligne du cou de son ami. Il avait oublié combien la peau de celui-ci était si douce, et sentait si bon..une odeur boisée...

Flash back

Les regards s'accrochent, ses bras derrière le cou de son amant..il gémit, en sueur, oubliant tout dans ses bras qui le serrent si fort. Et ce vert, qu'est-ce qu'il aime le vert ! Son corps qui s'arque,qui répond sans contraintes...

Fin flash back

Il vire au cramoisi pendant que les souvenirs de la nuit semblent se décider à le traquer. Et bien sûr,il réagit... bordel ce qu'il a pu être bête !! Pourquoi avoir demandé à Absinthe de passer la nuit avec lui ? Mais surtout pourquoi le fauve a t'il accepté ? Toutes ses questions lui compriment la cervelle, déjà bien endommagée.

Il roule sur le dos, et observe le plafond. Bon faut réfléchir à ce qu'on va dire quand lui se réveillera.

«Salut Ab' !! c'était génial cette nuit mais tu vois je préfère qu'on en reste là !!»

Il grogne et se tape le front de sa main. Non mais sérieux!!on vire sentimental là ! Sa main glisse sur son visage, finissant sur son torse à l'emplacement de son cœur. Ça fait encore mal..même après trois semaines.
Il tourne finalement la tête, le regard triste. Mais au lieu de tomber sur une chevelure brune, il tombe sur deux absinthes bien réveillées.


Dernière édition par Ethan Lawford le Dim 18 Sep 2011 - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Sauve qui peut!!   Jeu 15 Sep 2011 - 12:33

Allongé confortablement, un fauve sommeille. Il est couché sur le côté, et son torse se soulève et s'abaisse régulièrement au rythme lent de son souffle paisible. Il sommeille, oui, indifférent au fait que ce ne soit pas sa tanière ou que son compagnon émerge avec difficulté de son côté. Ce n'est que lorsque celui-ci trouve intelligent de coller contre lui ses pieds glacés qu'il daigne offrir un grondement revêche. Qui ose troubler ainsi son sommeil ? Tout est flou, et Absinthe ne sait pas encore qu'il se réveille doucement. Pour l'instant, il est encore à moitié dans les bras de Morphée. Du moins, il était : un appel l'en arrache et le contraint à avancer un peu plus vers le stade final du réveil si peu enviable. Il entend son prénom qui résonne et tambourine dans son crâne, roule comme un jet de dés. Holy shit ! Foutez moi la paix ! À nouveau, un grognement se fait entendre de sa part, vague protestation contre il-ne-sait-quoi. Juste... Laissez le dormir encore un peu, un tout petit peu.

Le fauve est à deux doigts de se rendormir, mais quelque part l'appel tourneboule et arrive finalement jusqu'à son cerveau embrumé, le secoue, l'oblige a émerger bon gré mal gré. Doucement, péniblement, le félin ouvre les yeux. Bon. Je suis où ? Un rapide check-up lui démontre que ce n'est pas son antre, mais malgré tout un endroit familier. Il n'est pas en terre hostile, c'est déjà ça. Par réflexe, le brun hume l'air qui l'entoure. Celui-ci est encore lourd de leur odeur à tous les deux. Parmi les effluves qui règnent, il reconnaît la sienne, puis l'autre. Ethan. Tiens, il a dormi avec son loup ? Bizarre, c'est pas vraiment dans leurs habitudes, ça... Puis, les souvenirs de la soirée remontent peu à peu, un à un. Il réalise soudain que quelqu'un est contre lui, contre son dos, et dont le souffle caresse sa nuque. Ethan. Comme des lambeaux de mémoires qui paresseusement referaient surface. Il se rappelle...
Il se rappelle la journée de travail, les courses en ville, la boite de nuit. Du monde, trop de monde, trop de regards, trop de prédateurs lubriques. Son odeur l'entoure et l'enveloppe alors qu'il le sent se coller à lui. Ethan. Et du monde encore, trop de monde. La lumière du jour lui semble pire que toutes les loupiotes à devenir épileptique de la boite où il a bu quelques verres. Les verres, justement, que l'autre barman lui servait. Ethan... Il dansait, faisait la gueule... Et puis quoi d'autre ? Une partie lui échappe, qui joue à cache cache avec d'autant plus de force qu'il tente de la trouver.

« T'es trop occupé pour passer me voir ! Jamais là pour tes amis ! » « J'ai pas besoin de toi, tout va bien ! »

C'est un peu flou, mais il approche, il le sait, il le sent.

« Ab'... Mon père est mort. »

Trois phrases, trois scènes, trois cris qui remontent à la surface justement. Et en même temps qu'il perçoit le corps de son loup qui s'éloigne de lui, Absinthe sent à nouveau le nez du mec s'écraser contre le comptoir, il sent à nouveau l'odeur de sueur et d'alcool entremêlés qui dominent dans ce bouge trop bondé. Le regard triste d'Ethan le rattrape, éteint par la vodka et la peine. Merde, il l'avait lâché trop longtemps sans nouvelle, c'est vrai. Puis l'engueulade revient, plus précise, les pleurs, les cris, la chute... La vérité qui prend corps, à nouveau.

Merde, il est mort pour de bon, ce con.

Avec un léger soupir, la panthère ferme les yeux un instant, rembobine la cassette, passe rapidement sur la suite de la nuit pendant laquelle tous deux se sont abandonnés l'un à l'autre avec ferveur. Bon. Ils ont de nouveau couchés ensemble. Et alors ? Ce n'est pas la première fois, peut être pas la dernière, et sans aucune ambiguité. Il a fait ça parce que son meilleur pote lui a demandé. Que celui-ci, en plus d'en avoir eu besoin, est du genre canon. Ouais, c'est clair. Limpide, même. Sans daigner répondre à l'appel du loup, sur lequel il y a maintenant prescription depuis de trop longues minutes, Absinthe se retourne face à celui-ci. Qui pour l'instant l'a oublié, apparemment. Maintenant qu'il est clairement réveillé, le fauve analyse le loup qui s'offre à sa vue. Sa peau, il l'a connait, l'a gouté. Et s'en souvient. Le corps est bien dessiné, et lorsque le lupin pose enfin la main qui cachait son visage sur son torse, le brun voit clairement les muscles jouer, le profil se découper avec netteté. Belle vue, 'faut l'admettre.

Un regard se tourne vers lui, triste. Absinthe capte tout de suite les yeux pyrites, les fixe, les dévore même. Un rapide coup d'œil à la main du loup toujours sur le cœur de celui-ci, et le coursier revient aux billes grises. Pour Ethan, le réveil doit être bien plus laborieux que le sien, à tous égards. Et il doit avoir lui aussi une sacré gueule de bois. Sincères condoléances, vieux. Pour ta gueule ravagée et ton pater. S'il pouvait lire dans ses pensée, savoir ce qui se cache derrière ce regard gris, partager la douleur que celui-ci cache... Comme il aimerait pouvoir ! Mais la seule chose qui soit de son domaine est bien moindre, et le fauve trouve ça frustrant.


- Comment tu te sens ?

D'un geste ample, la panthère rabat un peu plus sur eux les couvertures. Il fait frais le matin. En tout cas, il en a l'impression. Et puis de toute façon, c'est une règle d'or : quand on peut trainer un peu au lit, on est toujours mieux sous les couvertures ! Passant une main rapide pour déblayer un peu son visage des mèches rebelles et y voir un peu plus clair, le matou baille et pousse encore un grognement avant de reposer sa patte sur l'abdomen de son ami. Le réveil est difficile, il n'aurait pas dû rajouter la vodka aux trois Maudites qu'il avait déjà prise. Ou plus ? Difficile de le dire, il ne sait plus précisément. Bah, au fond, ce n'est pas important. Moins en tout cas que son ami face à lui qui tire une tronche de dix pieds de long.

- Tu bosses aujourd'hui, ou tu peux t'accorder une pause ? Le temps de souffler un peu ?

Absinthe a déjà prévu de rester avec son pote si celui-ci ne travaille pas.. C'est l'avantage d'être à son compte : on choisit plus facilement ses horaires. Il n'a pas vraiment de commande de prévu aujourd'hui so... Why not?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Lawford
♣ Hybride Loup ♣
Serveur à "l'Eclate"

avatar

Date d'inscription : 19/02/2011

Nombre de messages : 12
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 20 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: aucun pour le moment

MessageSujet: Re: Sauve qui peut!!   Sam 7 Jan 2012 - 15:37

La couverture se rabat sur son corps mais il se laisse faire. Le loup sait que son ami est du genre frileux, ce qui le rend mignon à ses yeux. S'il lui disait, il se ferait jarter direct !!

Absinthe lui parle, mais son esprit reste dans le brouillard complet. Depuis la mort de son père, Ethan est constamment dans les nuages, à se demander pourquoi tous les malheurs lui arrivent à lui. On dit que ça n'arrive qu'aux autres... Lui a déjà de l'expérience en matière de malchance. Un divorce, un mort...C'est quoi le prochain truc ?

Une main se pose sur son ventre, secoué d'un frisson. Ses joues rougissent sous le geste, c'est rare qu'Ab' soit calin, autant en profiter.
Sa main descend sur le bras de son amant d'une nuit, et il dessine de ses doigts des arabesques. Vive le papouillage !!!

- Je ne travaille pas aujourd'hui, le patron m'a donné des congés.

Il se tourne et enfouit son visage dans le cou du matou. Sa main va trouver le creux de ses reins où les dessins reprennent. Une chair de poule envahit la peau du félin et Ethan sourit doucement ! Hyper sensible le chaton !!
Fin bref, faut penser au programme de la journée... Télé ? Glandouillage ? Activités plus intimes ? Pour le dernier ça m’étonnerait, Absinthe a répondu à ses avances seulement parce qu'il en avait besoin. Faut pas en rajouter plus...Dommage...
Le loup soupire doucement, perdu dans les méandres de son esprit.

- Je sais pas ce qu'on pourrait faire.. j'ai pas grand chose a te proposer.

Ses jambes s'entremêlent à l'autre, et il fait passer une des mains d'Absinthe sur sa tête afin que celui-ci lui caresse les cheveux. Qu'est-ce qu'il adore ça !! Son père lui faisait toujours pour qu'il s'endorme, c'était une manière pour eux de se comprendre, de garder le lien ténu père fils.

On entendait presque un ronronnement sortir de sa gorge quand la main se mit à trifouiller sa masse jais de cheveux, emmêlés par leur folle nuit.

En parlant de ça, le loup se met encore une fois à rougir... Il a pas été trop timide cette nuit. Une vraie bête sauvage !! Absinthe aussi n'y a pas été de main morte, à en croire la petite douleur qui vrille son bassin.
Les mains sur son corps, qui agrippaient fermement ses hanches, le souffle haché dans son cou, le corps voluptueux d'Absinthe qui danse contre le sien....
Et voila !! a force de ressasser les souvenirs, mini-Ethan se réveille.... Bordel !!! bon éclipse toi doucement, manquerait plus que le félin le prenne pour un pervers..

Le loup essaie de se dégager les jambes sans gestes brusques mais le destin frappe à nouveau.

Ses yeux se relèvent pour plonger dan un océan émeraude écarquillé, quand son entrejambe se frotte à la cuisse de son ami, lui faisant pousser une plainte suppliante de plaisir. Oh mer....credi...
Il tourne presque au violet sous la fournaise de ses joues et essaie de se dégager vivement mais le corps contre lui l'empêche de bouger.
Mais pourquoi faut-il qu'en présence du matou, on corps ne lui obéisse plus ?? Ethan désespère et se laisse finalement tomber dans les bras du fauve.

Il doit être maudit à ce niveau.... Finalement, quitte à en profiter... Il embrasse doucement la clavicule devant lui, et remonte en dessinant un chemin sinueux jusqu'au visage de la panthère. Il vrille alors son regard plein de désir dans l'émeraude phosphorescente, et attends un geste du félin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Sauve qui peut!!   Dim 22 Jan 2012 - 12:34

Aujourd'hui ce sera donc détente, puisque le loup a des congés. Bien. Ça ne peut pas lui faire de mal, après tout. Avec un sourire, Absinthe laisse son ami faire mumuse avec son bras, puis enfouir son visage dans son cou. Avec un frisson, le fauve se cambre imperceptiblement lorsqu'il accueille cette main qui se pose dans son dos pour y dessiner des arabesques imaginaires. Il y a des endroits comme ça où le matou est un peu plus sensible, et le dos en fait parti. Un frisson le parcoure, ce qui fait sourire le loup. Sans commentaire, Ethan. Sans commentaire... Et puis on passe au programme de la journée, puisque toute le monde a du temps libre. Programme qui n'est pas vraiment fixé, au final. Le coursier ne dit rien, n'a pas envie de réfléchir. Des jambes s'entremêlent avec les siennes, et Ethan lui fait comprendre silencieusement qu'il aimerait qu'on lui caresse les cheveux, s'il vous plait, parce qu'il aime ça. Avec un sourire, le grand brun s'exécute. Et à voir l'expression de son ami, il se dit en son for intérieur avec un second sourire que si le barman était un félin, on l'entendrait surement ronronner à cet instant... Visiblement, il n'est pas le seul a être d'humeur câline, ce matin.

Pas que cela arrive souvent, à la panthère. En fait, c'est même peu fréquent, hormis certaines circonstances. On ne peut pas dire que le félin soit quelqu'un de très démonstratif, du moins en public. Un sourire, une tape amicale, mais ça n'ira pas plus loin. Ce n'est qu'en privée que le fauve se laissera un peu plus aller. Mais ça, bien sûr, Ethan ne peut pas le savoir. Après tout, ils n'avaient passés la nuit ensemble qu'une seule fois, et dans circonstances assez dramatiques là aussi. À croire qu'il fallait que le loup souffre pour que le fauve puisse y toucher. Ami ou amant, les deux conviennent à celui-ci. Le lupus est canon, et la panthère l'admet volontiers. Rendre ce genre de service ne le gêne donc pas le moins du monde, au contraire. Mais savoir que son ami souffre le touche, en revanche.

Quoique, pas dit qu'il souffre tant que ça à cet instant, si on en croit le gémissement qu'il vient d'offrir en voulant dégager leurs jambes. Tiens donc, il semblerait qu'Ethan soit bien réveillé maintenant. Sans rien dire, Absinthe hausse un sourcil lorsque le loup vire à l'écarlate en lui jetant un coup d'oeil pour voir sa réaction face à son regain soudain de vitalité- ou plutôt celle de son entrejambe. Visiblement, ça devient trop difficile pour lui, il semblerait que le pauvre canidé ne parvienne pas à s'en sortir. Absinthe retient un ricanement en voyant sa gêne évidente ainsi que la jolie teinte cramoisie de son ami, et ne fait pas de commentaire lorsque finalement son vis-à-vis abandonne et se fourre contre lui en désespoir de cause. Tiens, il trouverait presque ça mignon, en fait.

Ab' accueille à nouveau sans problème son ami contre lui, tout en continuant de lui caresser les cheveux. Soudain, il sent un baiser fleurir doucement sur sa clavicule, puis un autre juste au-dessus, puis un troisième à la base du cou qui lui donne à nouveau un frisson... Finalement, c'est toute une série qui trace un pèlerinage jusqu'à son visage, lui arrachant pendant le trajet un sourire satisfait et de vrais ronronnements. Le cou et le dos, oui ce sont les deux endroits où le matou est le plus sensible. Finalement l'invasion de baiser papillons cesse, et deux yeux pyrites se plantent dans les siens. Absinthe connait ce regard, pour avoir vu cette même expression dans celui de ses amants. Ce désir, cette soif brulante d'étreinte, il l'a lui même ressenti à tant de reprises.... Souriant, le fauve rend à son amant cette même envie silencieuse. La main assignée à la crinière de jais du loup quitte son poste et descend à la base du cou où elle frôle la colonne à fleur de peau et continue ainsi du bout des doigts jusqu'à creux des reins du canidé. Une fois là, elle s'y niche confortablement et maintient fermement les deux bruns l'un contre l'autre, pendant que sa jumelle prend le relai entre les mèches de jais et que quelques mots s'échappent à voix basse.


- Tu sais que c'est flatteur, mine de rien ?

À son tour, la panthère pose ses lèvres sur son compère. Embrassant longuement son ami, savourant l'instant, le coursier est lui même surpris par la réelle tendresse qu'il y met. Bah, advienne que pourra... Absinthe se laisse aller et répond présent à la demande muette de son ami. C'est à nouveau la danse des corps, des baisers et des souffles mélangés. Cependant, l'ambiance est sensiblement différente de la veille. Bien que toujours ravi de pouvoir profiter encore de ce corps superbe qui est contre lui, le grand fauve ne se sent pas d'humeur fougueuse. Moins qu'hier en tout cas. Peut-être parce qu'il n'a pas bu, on que c'est le matin... Toujours est-il que l'humeur est moins sauvage, mais un brin plus attentionnée. Ça aussi, ça lui arrive parfois.

Une fois le ballet terminé et qu'essoufflés et pantelants ils s'effondrent, Absinthe vient se lover à moitié sur le torse du loup en s'étalant sans vergogne sur le reste du lit, s'en servant comme d'un oreiller ou d'un matelas à la façon d'un chat. Le menton posé sur son ami, il s'amuse avec les mèches de celui-ci dont la coiffure est plus ébouriffée que jamais, un sourire de matou satisfait collé aux lèvres. D'ailleurs, une fois encore des ronronnements s'échappent alors qu'il profite de la chaleur des couvertures et d'Ethan, les yeux fermés.

Enfin, une fois avoir récupéré, il dévoile à nouveau ses prunelles vertes et s'assoit avant de s'étirer avec une expression toute féline. Un sourire vers Ethan, il effleure du bout des doigts les quelques suçons qui parsèment par endroit la peau de son loup. Ceux de la nuit passée ensembles sont déjà apparents, preuve évidente s'il en faut de leur ferveur à ce moment là. Puis, il se lève en saisissant ses vêtements éparpillés ça et là, qu'il avait jeté au petit bonheur la chance la veille.


- Je t’emprunte la salle de bain le temps d'une douche, si ça ne te gêne pas.

Et oui : un chat, c'est propre, même s'il est très grand. Sa longue queue noire de panthère se balançant lentement au rythme de son souffle, le fauve s'éclipse quelques minutes. Ce n'est qu'après une douche brulante qu'il revient habillé et souriant. Les cheveux en bataille encore mouillés, Ab' a posé négligemment son T-shirt sur l'épaule.

- Hey, vieux, tu pourrais me prêter un t-shirt ? Le mien est un chouïa crade...

… Parce qu'il a transpiré dedans en bossant, qu'un abruti de blond a pissé le sang de son nez cassé dessus, et qu'un certain loup a achevé le pauvre vêtement en s'en servant comme d'un mouchoir pour essuyer ses larmes. Ça en fait, des choses, pour un pauvre bout de tissu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sauve qui peut!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauve qui peut!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le vent attise le feu. Sauve qui peut? (With you,Hanade)
» Sauve qui peut pour laisser le pays pour raison cyclonique.
» Après Haiti,Cuba,Sauve qui peut à la Nouvelle Orléans avant l'arrivée de Gustav
» Quand le téléphone portable peut sauver la vie...
» Peut-on se passer de la farine de blé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Quartier Résidentiel :: Appartements :: Le Terrier du Loup Noir-
Sauter vers: