AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rock your Night... [PV Andrea]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liuz Aarzan
♣ Hybride Iguane ♣
Stagiaire Libraire

avatar

Date d'inscription : 27/05/2011

Nombre de messages : 11
Muffins Muffins : 6

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Hum...

MessageSujet: Rock your Night... [PV Andrea]   Mer 1 Juin 2011 - 20:40

19h00. Le son gras des lourdes cloches résonna dans la ville comme le carillonnement sinistre d'une soirée qui s’annonçait, longue, étirée, rafraichie d'un fin crachin. La journée avait été brûlante, et à présent les gens se rafraichissaient au dehors, s'amusaient de cette petite pluie venant faire fumer leurs peaux encore chaudes des activités de cette fin de Week-end. Mais Liuz, lui, n'avait pas encore mis le pied dehors. Pas tout à fait. Il ne sortait de son studio que pour redescendre au rez-de-chaussée, dans la librairie. Sans quoi ses promenades au dehors se faisaient très rares. Tant mieux pour lui d'ailleurs, Liuz n'aimait pas errer trop longtemps dans les rues de la ville. Au mieux, il sortait en vue d'aller en forêt histoire de grimper aux arbres et s'assoupir doucement dans l'ombre des feuillages, ou pour venir se dorer sur les pierres plates près du cimetière. Sans quoi ses activités restaient entravées entre les quatre murs de son lieu de vie ou celui de son travail. Mais durant l'après-midi le jeune hybride avait été envoyé dans le quartier Ouest d'Animalia Kingdom pour plusieurs livraisons de bouquins.

Il était rare qu'il accomplisse ce genre de tâche, cela ne lui plaisait pas forcement mais bien entendu il avait accepté avec un fin sourire, sans rechigner. Il aimait son job, et il aimait les livres. Pour rien au monde cette association ne devait se dissoudre. Liuz y tenait beaucoup trop. Voilà donc qu'il avait apporté, à pieds, les livres ayant été commandés et le jeune hybride se retrouva au dehors, sur le palier du dernier domicile auquel il s'était rendu. Un frisson glissa le long de son échine lorsque la lourde porte se referma dans son dos. Le temps s'était rafraichi, et il faisait meilleur dans le salon de son hôte. Qu'à cela ne tienne, Liuz préférait encore être pieds nus dehors sous la bruine plutôt qu'en train de prendre le thé avec un vieux client qui le scrutait du coin de l’œil tout durant leur conversation... Il leva la tête et plissa les yeux d'un air soucieux. La nuit n'allait pas tarder à tomber, et son studio était bien loin d'ici. Liuz espéra secrètement être rentré avant que la ville ne soit totalement baignée dans l'obscurité. D'autant plus que le quartier Ouest avait une sale réputation, notamment celle de s'animer aux dernières heures de la journée, comme les activités du coin étaient nocturnes plus que diurnes.

Liuz se frotta distraitement les bras et poussa un profond soupir. Décidément... quel malheur d'être aussi peu sociable ! Sans quoi peut-être aurait-il pu proposer à un passant de l'accompagner jusqu'à chez lui, histoire de ne pas être tout seul et aussi dans le but de faire enfin plus ample connaissance avec quelqu'un ! Malheureusement, il fallut que Liuz opte pour le silence et la solitude. Tant pis pour lui. Tout en s'engageant dans une ruelle étroite d'un pas raide et rapide, le jeune hybride songeait au bonheur que cela devait être d'avoir des amis, des êtres de confiance avec qui partager ses passions, voire son quotidien, pourquoi pas ? Les liens sociaux se traçaient si vite autour de lui telle une toile d'araignée gigantesque, un réseau duquel il se tenait en marge, mais pourquoi pas lui ? Après tout, Liuz avait bien des qualités, des charmes insoupçonnés et un abyme de culture et de talent. Certes il était extrêmement maladroit, parfois violent et son physique inspirait la crainte plus que la curiosité. Mais au fond, il n'était pas si inintéressant que cela, et surtout loin d'être quelqu'un de mauvais.

* Fais pas ta pub, t'es pas sur un réseau social. T'es dans la vraie vie alors file droit et arrête de trop penser... *

Liuz secoua doucement la tête et fronça les sourcils en déscratchant son regard de ses pieds. Il releva le nez, et ralentit quelque peu l'allure, surpris de l'endroit dans lequel il se trouvait. Sans s'en rendre compte, le jeune hybride avait emprunté une ruelle plus sinueuse, plus sombre et plus étroite encore que les autres. Son sens de l'orientation le trompait rarement, mais il fallait bien dire que la ville, il ne la connaissait pas vraiment. Liuz, comme appréhendant une présence étrangère près de lui, jeta un regard par dessus son épaule. Mais il ne vit rien. Ou plutôt, il ne vit personne. Seul le chuchotement de la bruine sur les pavés rompait le silence. Quelques échos de voix venaient mourir dans les oreilles du jeune hybride, pourtant il était manifestement seul. En revanche, la nuit s’avançait et Liuz sentit son cœur battre plus fort dans sa poitrine. Il reprit sa marche, sans s’apercevoir qu'il se mit presque à courir. Il tourna plusieurs fois au coin des maisons glacées, sans se retourner une seule fois, mais avec la sensation croissante de ne plus être seul à se perdre de la sorte dans le quartier désolé... Sa course pris fin dans un cul-de-sac. Évidemment ! Un miaulement strident résonna entre les poubelles en acier qui s'entassaient contre la palissade et fit sursauter Liuz. A moins qu'il ne s'agisse d'autre chose... A moins qu'il ne s'agisse des bruits de pas qui se rapprochaient dans son dos.

Le jeune iguane sentit la peau de sa nuque le picoter, signe qu'il ne s'était pas trompé. Il se retourna et observa les deux hybrides qui se trouvaient à quelques pas de lui. Comme dans un mauvais film, il ne discerna au début que deux silhouettes noires qui se découpaient sur un mince rideau de pluie grisâtre, puis ses yeux s’habituèrent et il put les observer nettement, bien que sa vue soit mauvaise. Le premier, qui se tenait sur la gauche, était doté d'une carrure imposante et son pas était aussi lourd que son aspect était grossier. Il était torse nu et ses muscles saillaient sous sa peau brune et humide. Des cornes massives, intimidantes, jaillissaient de sa tignasse frisée et cadraient sa large tête, mais ses yeux étaient incroyablement vides et cassaient l'hybride taureau qu'il était d'un air idiot. Liuz voyait presque la bave couler aux commissures de ses lèvres, et il jurait que l'hybride avait une coquetterie dans l’œil... Le genre balèze mais complètement abruti. Son regard inquiet se posa ensuite sur le second. Autre allure, et autre style de dangerosité. Aussi fin que l'autre était trapu, le second hybride adoptait des membres très allongés, très minces. Ses longs cheveux raides étaient d'un blanc immaculé, et son visage triangulaire, juché sur un cou trop étiré, mettait en valeur deux grands yeux noirs, sans aucune forme d'iris ou de pupille. Noirs, juste noirs. Son allure globale rappelait les traits d'une mante religieuse, Liuz était certain de ne pas se tromper...

Son regard accrocha celui de cet hybride, particulièrement beau dans toute l'étrangeté de son aspect, sans qu'il ne sache réellement pourquoi. Celui-là avait l'air nettement plus clairvoyant, beaucoup plus que son acolyte, mais pas très costaud. Or le jeune iguane n'était pas dupe, ces deux hybrides ne lui voulaient aucun bien... D'ailleurs quand le commanditaire aux cheveux blancs arqua son bras et claqua gracieusement des doigts, son double poilu gratta le sol de son large pied, se pencha vers l'avant et grogna tel un minotaure avant la charge. Liuz aurait bien voulu communiquer pour une fois, savoir pourquoi on le chassait alors qu'il ne connaissait personne, qu'il n'avait rien fait de mal... Mais justement, le problème se trouvait là. Il n'était pas du coin. Il devait partir, ici n'était pas son quartier, et on était venu le lui faire savoir. Ce n'était pas le moment d'engager la conversation ! Liuz fit brusquement volte-face avant que l'hybride ne fonce sur lui. Souplement, il s'agenouilla et bondit par dessus les poubelles avant de venir planter ses longues griffes dans l'épaisse palissade de bois. Mais la pluie ruisselante rendait la paroi glissante et Liuz sentit qu'il perdait prise. Il tint bon pourtant, essayant de trouver un appui en battant des jambes, en vain. Une ses mains lâcha et l'hybride sentit ses forces l'abandonner. Sans compter que le taureau venait de lourdement planter ses cornes juste sous la plante de ses pieds, faisant au passage valser les poubelles dans un grand fracas métallique.

Liuz commençait à craindre pour sa santé et regarda vers le ciel, tendant son bras en vue de se hisser vers le haut de la paroi, rassemblant le peu d'énergie et de courage qui lui restait encore. Mais soudain, il se sentit tiré vers le bas. Dans un cri étouffé, Liuz perçu une violente vague de douleur lui remonter de la cheville droite jusqu'au cœur. L'hybride venait de le saisir à deux mains tel un étau et recula d'un pas en le tirant d'un coup sec et brutal. La chute fut douloureuse, à peine amortie par les déchets qui jonchaient les pavés. Liuz vit des étoiles danser devant ses yeux, brouillant un instant sa vue. Il tenta dans un réflexe désespéré de se faufiler entre les jambes arqués de son agresseur mais celui-ci lui flanqua un foutu coup de pied dans les côtes. Liuz, valsa au sol... Allongé sur le flanc, il se recroquevilla sur lui-même en se tenant le ventre. Il jeta un regard violent à l'hybride taureau et siffla entre ses dents d'un air rageur. Le second hybride s'approcha alors de lui d'un pas calculé et le toisa de son regard pénétrant. Il esquissa un sourire à peine perceptible. Sa voix cristalline résonna entre les murs et glaça le sang de Liuz qui ne comprenait décidément plus rien à rien.

« Les hybrides ne sont pas très altruistes dans le quartier Ouest, tu sais ! J'ignore les raisons de ta promenade, mais tu es ici chez nous, dans nos rues... Or tu y es venu, et tu y resteras. »

Liuz fronça les sourcils, les mâchoires crispées. A cet instant surgit dans son esprit une citation de Chateaubriand, sciant assez bien à la situation. Il murmura entre ses dents aiguisées :

« 'Soignez votre tombeau, couchez-y vous bien, tâchez d'y faire bonne figure... car vous y resterez'... Tu m'fais au moins la grâce d'être cultivé, ch'uis flatté ! »

L'hybride aux cheveux blancs émit un rire aiguë et recula de quelques pas, laissant son camarade aux commandes de... la suite. Immobilisé, Liuz plissa les yeux, s'attendant à recevoir un nouveau coup, peut-être fatal, quand il perçut soudainement une troisième et nouvelle silhouette... là-bas, au bout de la ruelle maudite.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Crimson
♣ Hybride Corail ♣
The Coral Student

avatar

Date d'inscription : 28/05/2011

Nombre de messages : 30
Muffins Muffins : 7

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Aucun ! Je cherche toujours LA personne ! Huhu~

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Jeu 2 Juin 2011 - 1:02



« LIIIIIIIIIBRES ! »

Le cri de joie d'Andrea fit s'envoler quelques oiseaux qui s'étaient réfugiés dans les branches des marronniers bordant le lycée. Une fine pluie tombait sur la ville, la nappant d'un cocon aqueux et léger, d'une écharpe de nuages gris perle et blanc sale, ceinturés d'argent, se crevant de gouttes légères qui trempaient tout, inexorablement, avec persistance. Le climat anglais tenait ses promesses d'excentricité, accordant aux hybrides cette douche fraîche après une longue journée où le soleil avait été de plomb. Les pavés, encore gorgés de chaleur et de rayons, fumaient au contact du crachin, couvrant le sol de la ville d'une mince brume qui serpentait en méandres paresseux et évanescents.

Le Corail avait levé sa tête vers le ciel en larmes, offrant son visage souriant à la bruine. Il poussa un profond soupir de bien-être, ayant toujours adoré l'eau de par l'origine sous-marine de son animal. Il tourbillonna sur lui-même en écartant les bras, riant aux éclats, pour se retrouver face à ses camarades, poings sur les hanches, son sourire de capitaine aux lèvres, les sourcils froncés dans une moue déterminée. Au loin, le clocher entama sa lente litanie, sonnant la demie de dix-huit heures de manière insistante et monotone. Dong ! Dong ! Dong ! Faisait la cloche, et Andrea attendit poliment qu'elle finisse son travail pour prendre la parole tandis que quelques uns de ses amis (en particulier les hybrides félins) ouvraient les parapluies dont ils s'étaient sagements munis.


« Bon, on est ENFIN sortis de cette stupide heure de colle, alors souriez un peu. Demain, rendez-vous à la sortie des cours au Q.G., aucun retard ne sera toléré, compris les gars ? On a du pain sur la planche ! »

Il ignora superbement les faibles protestations et les froncements désapprobateurs du nez provenant de ses pauvres victimes qui ne râlaient en fait que pour la forme, sachant que les plaintes étaient inutiles face à leur leader. Ils se dispersèrent peu à peu, se saluant, échangeant quelques propos ou, pour les chanceux qui étaient en couple, en s'embrassant, tendrement enlacés. Andrea répondit aux signes de la main qu'on lui faisait avec enthousiasme, un grand sourire aux lèvres, plaisantant un peu. Puis il se mit en route à son tour, flanqué de Wilson, bricoleur de génie et capucin de son état, et de Jayce, un matou absolument sublime mais désespérément libidineux.

« - Andrea dear, franchement ! se plaignit ce dernier, une moue boudeuse aux lèvres. Il s'aggrippait à son parapluie rouge et noir comme si sa vie en dépendait. Pourquoi demain ? J'ai un rendez-vous avec un étalon ma-gni-fique !
- Oh Jayce, je t'en prie, moins de sexe te fera du bien.
- Et toi, un peu plus ne te fera pas de mal non plus ! Mon coeur, tu devrais essayer tu sais, garder ton pucelage pour l'homme de ta vie c'est démodé ! »

Andrea s'arrêta et se tourna d'un quart de tour afin de voir le félin qui marchait à sa droite, côté borgne, et lui administra une grosse claque sur le haut du crâne. Son sourire avait été remplacé par un plissement des lèvres peu rassurant et une courbure coléreuse des sourcils. Son unique oeil dardant des éclairs, il se dressa sur la pointe des pieds pour tenter d'égaler la hauteur de son ami.

« Jayce, si je te fais un câlin nu un jour, je m'arrangerai pour qu'il soit hautement urticant, pervers ! Pour la peine porte mon sac, tiens ! »

Le Corail lança son cartable à Jayce qui l'attrapa de justesse, le parapluie coincé sous l'aisselle droite, ce qui eut pour effet de fait tomber un paquet d'eau sur sa tête. Il en résulta un miaulement fâché portant sur un brushing ruiné et une mine abominable. Fulminant, Andrea marchait déjà plusieurs mètres devant, Wilson sur les talons. Le chat les rattrapa en courant maladroitement, gêné dans sa course par son pantalon serré de manière à mouler parfaitement son postérieur ; seule son agilité naturelle lui évita la chute. Wilson, à demi masqué par la capuche de son sweat, se racla la gorge pour s'adresser à son chef.

« - Andrea ? Demain, j'apporte mes catapultes portatives ? Tu sais, ce dispositif que tu fixe à ton bras et qui permet de lancer des projectiles ?
- Oui, bien sûr ! Comment tu as créé ces bijoux ?
- Oh, c'est très simple. Une cuillère à soupe montée avec un ressort de byciclette sur quelques pièces. En fait, il suffit de souder… »

Le singe continua ses explications encore plusieurs bonnes minutes, Andrea hochant régulièrement la tête, absorbé par les détails mécaniques, et Jayce poussant des soupirs exaspérés. La cloche sonna dix-neuf heures quand ils arrivèrent au carrefour marquant leur séparation. Le Corail récupéra son cartable et fit la bise à ses deux amis avant de s'éloigner en fredonnant gaiement sur la rue de gauche, tandis que Jayce et Wilson partaient à droite. Enfin seul, Crimson se permit de danser sous la pluie en chantant à mi-voix, réfléchissant déjà à la mission du lendemain. S'ils n'avaient pas tous été collés à cause d'une simple intrusion dans les bureaux de l'intendance, ils auraient pu réaliser la première phase du plan il y a deux heures. Tant pis…

Il fit mentalement la liste des objets indispensables à leur expédition et, plongé dans ses pensées, il emprunta par erreur la mauvaise bifurcation. Quand il s'en rendit compte, il éclata simplement de rire et profita de l'occasion, non pas pour rebrousser chemin, mais au contraire s'aventurer plus loin dans cette partie inconnue de la ville. Il y trouverait peut être des trucs occultes ou des extraterrestres tapis dans l'ombre ! Son coeur s'accéléra à cette idée. Si jamais il rencontrait une créature fantastique, il ne devait pas l'effrayer, aussi retira-t-il son cache-oeil qu'il rangea dans sa poche. Il sortit son oeil de vert et le plaça avec précaution dans son orbite vide, grimaçant par réflexe. C'est alors qu'il entendit des échos de bagarre.

Tendant l'oreille, il parvint à se faire une idée de l'emplacement du passage à tabac et s'acentura avec précaution dans des ruelles sombres et tortueuses, jonchées de déchets divers composés à majorité de préservatifs usagés, de seringues souillées de sang et de bouteilles vides. Ses pieds se posaient avec lenteur, redoutant d'effleurer ces reliefs de débauches, ces débris de la décadence qui régnaient ici, dans le si redouté Quartier Ouest. Il déboucha sur une sorte de minuscule place crasseuse où même le crachin n'avait pu nettoyer le sol, ne faisant que changer les rues en flaques de boue et de détritus. Andrea tourna la tête vers la droite, regrettant d'avoir un champ de vision réduit de moitié. Il se figea. Au fond d'une impasse, deux silhouettes menaçantes dominaient une troisième, allongée au sol. Pas de doute, c'était une agression.

La bouche d'Andrea s'étira en un sourire qu'on pourrait qualifier de sadique. L'éclat de son oeil vert se durcit de colère. Bien. Il retira sa chemise empesée d'eau et la noua autour de sa taille. En-dessous, il portait un simple marcel noir. Pas pour la frime, non ; il n'était pas assez musclé pour le vêtement moulant ne mette en valeur quoi que ce soit. Mais parce que les hauts sans manche offraient un plus grand contact. Donc plus de risque d'irritations en cas de production de poison. Poison qui surgit instantanément des pores de la peau du Corail, le couvrant d'une mince couche brillante et hautement irritante qui résistait à l'eau. Un rire machiavélique lui fit comprendre qu'il devait agir vite, sinon un meurtre aurait lieu. Son sang ne fit qu'un tour.


« Hey vous deux ! Laissez-le tranquille ! »

Les deux racailles se retournèrent à temps pour voir une chose aux cheveux rouges les dépasser et s'interposer entre eux et l'hybride qui gisait au sol. Andrea tendit les bras, faisant de son corps un bouclier. Du coin de l'oeil, il regarda la personne pour laquelle il risquait sa vie et réprima de justesse une tête incrédule. Le jeune homme allongé au sol qui se tenait le ventre était entièrement vert et couvert de fines écailles. Ses yeux reptiliens brillaient et deux cornes émergeaient de son crâne. Le Corail n'avait rien vu de tel et refoula un cri de joie : s'ils survivaient, l'étrange hybride ferait parti de l'ANPE, de gré ou de force !

Cet instant d'égarement aurait pu lui être fatal.


« Qu'est-ce tu fiche, rouquin ? Te mêle pas de nos affaires ! »

Andrea tourna la tête au moment où le poing de l'hybride taureau vint s'écraser maladroitement sur son arcade sourcillière droite. Le choc fit violemment pivoter la tête du roux dont la nuque craqua. Il était à présent courbé, la tête en direction du reptile recroquevillé au sol, l'oeil planté dans ses yeux. Oeil unique qui cligna rapidement, accompagné d'un petit sourire. Andrea poussa un cri factive, glissant à l'insu des agresseurs son pouce entre son oeil de verte et l'intérieur de son orbite. Le globe oculaire factice tomba dans sa paume avec un bruit de succion écoeurant.

« Mon oeil… M-Mon oeil ! J'AI PERDU MON OEEEEEIL ! »

Il imitait très bien le cri de panique et la visage qui allait avec. Son hurlement effrayant fit sursauter les deux racailles qui reculèrent d'effroi quand Andrea, les traits tordus dans un masque de douleur et de panique feintes, du sang coulant sur son visage, les fixa, l'orbite droit vide, un oeil serré entre les doigts. Le Corail se jeta sur eux, faisant semblant de trébucher, et ses bras touchèrent ses ennemis en plein visage, y répandant la redoutable substance urticante. Son oeil de verre tomba au sol, pupille dirigée vers le ciel. Le cri d'Andrea mourut. Celui de la mante et du taureau prit le relais. Paniqués par la fausse énucléation du roux, le visage et les mains en feu à cause du poison, ils s'enfuirent sans demander leur reste.

Le fou rire de Crimson éclata, irrépréssible. Il se plia en deux, les mains croisées, secoué par une crise d'hilarité. Il réussit à se calmer et, reprenant son souffle, les épaules agitées de ricanements, il ramassa son oeil factice, le nettoya, le rangea dans une poche et enfile dans gants en cuir. Son cache-oeil fut renoué autour de sa tête. Il se tourna vers l'agressé et lui tendit ses mains gantées.


« Relève-toi. Tu vas bien, ils ne t'ont pas fait de mal ? Je m'appelle Andrea Crimson et je t'ordonne de venir chez moi prendre une douche bien chaude, tu es tout crotté et j'habite à deux pas. »






Dernière édition par Andrea Crimson le Sam 4 Juin 2011 - 0:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liuz Aarzan
♣ Hybride Iguane ♣
Stagiaire Libraire

avatar

Date d'inscription : 27/05/2011

Nombre de messages : 11
Muffins Muffins : 6

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Hum...

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Jeu 2 Juin 2011 - 17:08

[J'ai mis ça en spoiler parce que ça faisait pas avancer le truc !]
Spoiler:
 

A terre, il recula lamentablement et se cogna contre un mur. Piégé. Dans son regard fila une lueur qui en disait long sur son appréhension, mais cela ne freina nullement le taureau qui, furieux de l'humiliation commise, sembla se grandir et bouillonner intérieurement, prêt à éclater pour de bon. Liuz serra les mâchoires et se vit déjà écrasé contre les briques, quand un bruit le sortit soudainement de sa torpeur d'effroi. Il tourna vivement la tête et distingua donc une troisième silhouette. Il s'imagina d'abord qu'un nouveau bourreau était arrivé de nulle part, histoire de se mêler lui aussi à la partie. Liuz cligna des yeux et le vit retirer... sa chemise !?

* Bordel mais qu'est-ce que... *

L'iguane ne comprit absolument rien. Pourquoi ce nouveau venu se dessapait maintenant... ? Il était gaulé comme une crevette en plus ! En tout cas, s'il était venu le défendre, ce que Liuz ne s'imagina pas un seul instant, c'était le moment ou jamais de se rendre utile... L'iguane sentit son cœur dégringoler dans son estomac quand il se tourna à nouveau vers son agresseur, entraîné dans l'élan d'une frappe qui ne demandait qu'à l'atteindre... Fort heureusement, aucun poing ne vint s'abattre sur son visage, le troisième protagoniste s'était interposé à temps. Liuz avait fermé les yeux très fort. Et, ne sentant aucun contact, les rouvrit sur une scène assez atypique. L'hybride aux cheveux rouges venait de barrer le passage aux deux racailles en étendant largement ses bras devant lui, comme pour le couver, le... protéger. Chose inédite. Liuz releva le nez et écarquilla ses yeux tandis que l'autre lui jeta un regard par dessus son épaule. Il sembla surpris, une pointe d'euphorie parut le gagner d'un simple coup d’œil et Liuz, quelque part, se sentit légèrement vexé. Mais alors que son défenseur le reluquait, le taureau s'énerva de nouveau. Liuz pointa vivement son doigt vers lui et amorça un cri d'alerte... trop tardif. L'hybride se pris un bel uppercut dans la tempe ! Liuz, apeuré, rentra sa tête dans ses épaules en grimaçant, n’imaginant que trop bien la douleur que le jeune hybride avait pu ressentir... Pourtant, ce dernier sembla surpris, seulement surpris...

Et la suite se passa très vite. Liuz le vit cligner des yeux avant de s'enfoncer le pouce derrière son œil droit. L'iguane, bouche bée, vit son défenseur décapsuler son globe oculaire avant d'agiter ses bras dans tous les sens, vociférant des paroles que Liuz n'assimila pas du tout. Sans qu'il comprenne comment, l'hybride tomba sur les deux acolytes et engendra des hurlements de douleur à faire geindre ses oreilles sensibles. Pétrifié, Liuz vit avec horreur plusieurs endroits de leurs visages se flétrir comme sous le coup d'une vive brûlure, mais l'iguane ne comprit qu'après qu'ils se soient enfuis que ces réactions avait été engendrées par le contact de la peau de celui qui l'avait défendu. L'hybride reptile vit les deux racailles disparaître au bout de la ruelle, leurs mains portées aux endroits acidifiées de leurs peaux. Il était essoufflé, comme si lui-même venait de courir un marathon. Son regard se posa sur l’œil anarchique de son défenseur qui s'était coincé entre deux pavés, noyé à mi hauteur dans la boue ruisselante. Liuz, à moitié impressionné et en même tant animé d'une curiosité sans pareille, saisit avec précaution le globe oculaire de l'hybride tandis que ce dernier riait de bon cœur de son coup de théâtre. Il l'examina un instant, le tournant entre ses doigts, et sursauta lorsque son possesseur vint le reprendre et l'essuyer avant de le ranger dans sa poche. Liuz déglutit avec difficulté.

* Secouru par un estropié, ça c'est la meilleure... Faut vraiment que je m'endurcisse un minimum ! *

Paradoxalement, le reptile ne fut nullement gêné à la vue de ce visage mutilé. Il ne sut d'ailleurs pas pourquoi, peut-être parce que cet orbite vide le choquait moins que cet acte d'héroïsme auquel il ne s'était vraiment pas attendu. Sans qu'il ne s'en soit rendu compte, Liuz s'était entièrement crispé le long du mur, et il eut bien du mal à se détendre. Il observa son défenseur avec une insistance pouvant être embarrassante, le scrutant d'un air incrédule. Ce dernier enfila des gants en cuir avant de lui demander s'il allait bien, lui tendant une main charitable. Liuz fit une moue réfractaire et se releva par ses propres moyens, péniblement, s'accrochant aux briques comme un petit vieux tout vouté. Mais, trop fier pour admettre qu'il souffrait, Liuz se redressa totalement et se campa devant le nouveau venu en relevant légèrement le menton et réprimant une grimace de douleur. Il se rendit compte qu'il était plus petit que son interlocuteur et cela le frustra un peu...

« Aucune raison pour que j'aille mal. D'ailleurs je ne vois vraiment pas pourquoi tu es venu te mêler de ça, ils seraient partis si j'avais fait mine de leur faire mal ! »

Liuz tourna la tête sur le côté, les sourcils froncés, mal à l'aise avec ces propos qu'il savait pertinemment faux. Bien sûr que non, il ne s'en serait pas sorti seul ! Mais plutôt s'arracher trois écailles que de l'admettre ouvertement. L'hybride aux cheveux rouges se présenta et l'iguane planta à nouveau son regard flamboyant dans le sien. Liuz allait faire de même lorsque l'autre ajouta une chose qui le surpris vivement. De quoi !? Venir chez lui, mais il était malade ! Au moins Liuz était certain qu'il n'avait jamais entendu parler de lui et son asociabilité sans borne ! Le reptile se dandina d'un pied sur l'autre, sentant ses côtes le gêner une nouvelle fois. Il serra les dents et regarda ses pieds d'un air un peu gauche.

« Euuh je ne suis pas non plus à la rue tu sais, j'habite juste loin d'ici c'est tout. Surement pour ça que j'ai eu droit à leur visite. En fait je me trouvais peut-être au mauvais endroit au mauvais moment, c'est ma faute. »

Liuz baratinait. Il lâchait n'importe quoi dans le seul but de détourner la conversation rapport à l'invitation impromptue de ce sauveur qu'il ne connaissait pas. Ça faisait un bail qu'il n'avait plus été invité par qui que ce soit, encore moins par un hybride qui semblait manifestement avoir le même âge que lui. Le jeune iguane n'était pas vraiment habitué aux gestes de sympathie, ce qui expliquait pourquoi il ne se sentait pas à sa place dans ce genre de situation. Certainement que l'autre avait proposé ça juste par politesse, parce que c'est ce qui se faisait en général. Liuz espérait qu'il ne s'attarde pas plus sur ce point même si, étrangement, il se sentit agréablement surpris. Il releva le nez, et son regard sembla s'adoucir, devenant alors moins pénétrant, tandis que sa mâchoire se décrispa enfin. Un sourire imperceptible alluma son visage tandis qu'il ajouta d'une voix plus assurée :

« Moi c'est Liuz. Liuz Aarzan. Et puis... been... merci, hein ! »

Les lèvres de l'iguane se tordirent dans un rictus bizarre, comme si remercier lui tirait au cœur et lui filait la nausée. Pourtant, il était sincère et croyait vraiment en ce remerciement car la défense de l'hybride avait été nécessaire. Il s'en rendait bien compte. Mais l'aide s'arrêtait là à ses yeux. Liuz recula d'un pas et grimaça, cette fois sans pouvoir se cacher. Il avait mal à la hanche, mais c'était surtout sa cheville qui le tiraillait. Qu'à cela ne tienne, Liuz avait tout intérêt à rentrer chez lui. Sans compter que son large t-shirt noir et son pantacourt étaient maculés de boue, presque entièrement recouverts au même titre que ses bras et son cou. Mouais. Le jeune reptile fit mine de s'épousseter de façon parfaitement idiote, souhaitant à la fois que l'autre ne réitère pas sa demande, mais aussi qu'il ne le laisse pas seul. Pas tout de suite...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Crimson
♣ Hybride Corail ♣
The Coral Student

avatar

Date d'inscription : 28/05/2011

Nombre de messages : 30
Muffins Muffins : 7

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Aucun ! Je cherche toujours LA personne ! Huhu~

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Jeu 2 Juin 2011 - 22:22

Une forte tête ! L’hybride iguane était déjà très particulier physiquement, le Corail n’avait jamais rien vu de tel : une peau vert pâle, des cheveux couleur émeraude, de longs ongles noirs, de fines écailles chatoyantes et des yeux superbes, jaunes et oranges, avec une fente noire au milieu. C’étaient des portes d’or ouvrant sur quelque chose de mystérieux et de diabolique, deux étranges boîtes de Pandore rutilantes et mesmériennes qui fascinaient le rouquin. Et cette apparence absolument superbe se voyait doublée d’un caractère bien trempé. L’œil d’Andrea scintilla de joie tandis qu’un grand sourire ravi éclairait son visage : le garçon serait membre de l’ANPE ou rien. En fait… Non. Pas de « ou rien ». Il serait membre de l’ANPE, un point c’est tout !

Projet qui prit un coup quand le reptile se releva tout seul, ignorant la main gentiment tendue, s’agrippant au mur de brisques et réprimant de manière évidente des douleurs et contusions. Malgré tout, il se tint droit et releva fièrement le menton. Ce qui ne fit que conforter Crimson dans sa décision. On ne décourage pas le leader de l’ANPE si facilement !


« Aucune raison pour que j'aille mal. D'ailleurs je ne vois vraiment pas pourquoi tu es venu te mêler de ça, ils seraient partis si j'avais fait mine de leur faire mal ! »

Propos démentis par le détournement du visage et le froncement des sourcils. Il faudra lui apprendre à mieux mentir que ça, il n’était pas convaincant du tout. Et apparemment il avait l’habitude d’être ignoré et traité comme paillasson, parce que l’ordre d’Andrea le sommant de venir chez lui pour s’y débarbouiller peignit sur ses traits une surprise avoisinant celle qu’il aurait pu éprouver en apprenant le secret caché derrière Animalia Kingdom. Un étonnement mêlé d’incrédulité. Le fait qu’on s’occupe de lui devait être un événement. Il se mit à sautiller, les yeux fixés au sol, l’air mal à l’aise.

« Euuh je ne suis pas non plus à la rue tu sais, j'habite juste loin d'ici c'est tout. Sûrement pour ça que j'ai eu droit à leur visite. En fait je me trouvais peut-être au mauvais endroit au mauvais moment, c'est ma faute. »

Andrea haussa un sourcil, prenant une expression du genre « Are you fuckin’ kidding me ?! », ce que nous traduirons plus poliment par « Diantre, seriez-vous en train de me lancer une boutade ? » ou, à l’attention de ceux qui seraient déstabilisés par le dialecte de Louis XIV, « Tu te fiche de moi ? ». Il n’avait jamais rien entendu d’aussi ridicule. C’était flagrant que l’autre ne faisait que baratiner pour masquer sa gêne et changer de sujet. Toutefois, quand l’iguane releva la tête, son regard était plus doux et une tentative de sourire flottait sur ses lèvres.

« Moi c'est Liuz. Liuz Aarzan. Et puis... been... merci, hein ! »

Le remerciement devait être aussi courant chez lui que le respect des règles chez Andrea, car la grimace qu’il tira tenait à peine du sourire. Plus un rictus bizarre résultant de l’apprentissage d’une victoire au Loto, de l’ingestion d’un litre de jus de citron et d’un début d’éternuement. Tout ça simultanément, s’il-vous-plaît. C’était si comique que le Corail en pouffa discrètement, de peur de vexer le reptile. D’ailleurs, ce dernier commençait à s’éloigner en claudicant, grimaçant de douleur, une main sur la hanche, et tentant vaguement de se nettoyer.

Il n’avait pas compris. L’invitation d’Andrea n’en étais pas une, c’était un ordre. Le Corail fronça les sourcils et se lança à la poursuite du garçon, lui assénant une légère tape plus affectueuse qu’autre chose sur le haut du crâne, entre les deux cornes.


« Dis donc, te défiles pas comme ça ! Il est hors de question que je te laisse errer dans le Quartier Ouest comme une âme en peine avec des habits plein de boue et des blessures. Tu viens chez moi, un point c’est tout ! »

Et comme l’autre semblait vouloir continuer à faire son loup solitaire, Andrea employa les grands moyens. La pluie ne suffisant pas à laver la substance urticante qui recouvrait sa peau, il enduisit sa chemise de boue et l’enfila, prenant soin à ne pas laisser un seul morceau de sa peau dépasser. Il croisait les doigts pour que les habits et les écailles du reptile contribuent à faire barrière à sa peau empoisonnée.

« Bon, si tu insistes… Hop là ! »

Le « Hop là ! » servi à illustrer l’action d’Andrea qui décidément ne connaissait rien de rien aux histoires de vie privée et de libre-arbitre. Il s’agenouilla, glissa un bras sous les genoux de Liuz, l’autre dans son dos, et se releva. Oui oui, vous avez bien compris, il venait juste de prendre ce garçon qu’il ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam dans les bras, le portant comme un prince charmant porte le prince prisonnier de la tour qu’il vient de sauver. Il avait bien sauvé Liuz, non ?

Poussant un grognement sous le poids du reptile, il ignora les protestations de ce dernier et se mit en marche, tentant de retrouver un point de repère. Un sourire victorieux indiqua qu’il venait d’atteindre une rue qu’il ne connaissait que trop bien puisqu’elle était parallèle à Island Street, rue où il habitait avec sa famille. L’impasse où l’agression avait eu lieu se trouvait en fait à la limite du Quartier Ouest, tant mieux ! Sauf qu’avec un grand dadet qui gigotait dans ses bras et des pavés glissants sous les pieds, Andrea avait du mal à garder son équilibre. Fatalement, il chuta.


« AÏEUH ! Je t’avais dit d’arrêter de gesticuler, bon sang ! On a pas l’air malin… »

Le roux se releva, les mains sur les hanches, une moue fâchée sur le visage. Moue qui le rendait en fait plus séduisant que terrifiant, mais personne n’avait eu le courage de lui dire. Finalement, Crimson soupira et secoua la tête.

« Pardon, c’est ma faute. J’aurais pas du te kidnapper comme ça… Allez, laisse-moi t’aider à te relever. J’habite à une rue, j’insiste vraiment pour que tu fasse un crochet, histoire de te débarbouiller et de changer de fringues… »

Tentant maladroitement de se racheter, Andrea se mit à genoux, glissant le bras de Liuz sur ses épaules. Apparemment, c’était sa cheville la plus atteinte par les coups, elle était vraiment enflée… Le reptile n’aurait pas pu faire le chemin jusqu’à chez lui de toutes manières !...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liuz Aarzan
♣ Hybride Iguane ♣
Stagiaire Libraire

avatar

Date d'inscription : 27/05/2011

Nombre de messages : 11
Muffins Muffins : 6

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Hum...

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Ven 3 Juin 2011 - 13:03

Avec un hybride comme celui-ci, dur dur de se défaire. Liuz s'en rendit compte assez rapidement. Andrea, car il avait dit se nommer ainsi, ne devait pas avoir dans ses habitudes celle de se défiler, ou en tout cas de laisser tomber ses initiatives trop vite. L'hybride iguane se sentit partagé lorsque son défenseur vint le rejoindre d'un bond en lui filant une légère tape derrière le crâne. D'abord, il maudissait n'importe qui, n'importe quoi d'avoir mis dans ses pattes un garçon des plus collants et des plus bornés ! Pauvre Liuz, lui qui n'avait pas l'habitude des rapports sociaux se voyait contraint de faire connaissance, alors qu'il n'avait pas la moindre foutue idée de comment s'y prendre, sans compter qu'il ne savait pas non plus à quoi ça pouvait le mener. Il avait perdu le sens des relations humaines jusqu'à oublier de quelle manière se comporter avec un inconnu qui s'était montré clément avec lui.

Cependant, en second lieu, Liuz se sentit... apaisé, quelque part. Il n'avait pas la moindre idée de l'origine de ce gain de calme, mais il le constatait avec surprise. Il releva la tête vers Andrea et croisa son regard d'un air interloqué, ne saisissant pas pourquoi ce dernier tenait absolument à l'embarquer chez lui, à l'aider. Il ne le fuyait pas comme le fuyaient les autres, et ça c'était plutôt louche aux yeux de Liuz. Bien au contraire, il lui ordonnait de venir sous son toit ! L'hybride iguane cligna des yeux. Il mit un temps avant de réagir, le regardant d'un air un peu crétin tandis qu'Andréa s'accroupit au sol et imbiba sa chemise de boue visqueuse. Liuz, quand même assez lucide, comprit que son incroyable épiderme devait encore être trop acide, que peut-être la pluie n'y changeait rien. Seul valait l'isolement par la terre. C'était un peu crade mais bon, l'iguane ne lui en tint pas rigueur, après tout, lui aussi était barbouillé jusqu'au menton. Il plissa les yeux d'un air un tantinet plus morose.

« Nan vraiment je t'assure que c'est pas la... Eh ! Mais tu fais quoi, abruti !? »

Oh non, il ne fallait pas prendre l'insulte au pied de la lettre ! Mais de quelle autre façon Liuz pouvait-il réagir face à la réponse d'Andrea ? Ce dernier venait de le faire basculer dans ses bras, à tel point que l'iguane n'eut le temps de rien faire pour se débiner ! Il fut soulevé de terre et s'agita nerveusement comme un gosse en se rendant compte que l'hybride le tenait fermement coincé de façon à ce qu'il ne redescende pas sur terre. Liuz s'agaça, cela ne le faisait vraiment pas rire... Fort heureusement pour lui, sa peau verte l'empêchait de laisser filtrer ses sentiments, la rougeur de ses joues. Car oui, Liuz se sentit rougir, étant mal à l'aise. La nuit était tombée, les rues étaient désertes cette fois, mais ça n'empêchait pas l'hybride de se sentir parfaitement humilié. Ceci dit, Andrea démontrait de façon concrète sa volonté de prendre soin de Liuz, de l'aider à aller un peu mieux. Oui, seulement le problème était d'en connaître la raison. L'iguane était bien décidé à savoir pourquoi il faisait ça pour lui.

Pour cela, Liuz agita jambes et bras dans tous les sens de façon plus brutale encore. Et bien entendu, les deux hybrides tombèrent à la renverse sur les pavés détrempés. Encore une fois, Liuz s'écrasa par terre... à la seule différence que cette fois il n'était pas le plus à plaindre ! Andrea avait amorti sa chute, et le malheureux se retrouvait écrasé sous le poids de son protégé qui, étalé en travers de son sauveur, entremêlé avec ses jambes et les bras en croix sur son visage, peina à se redresser. Il rampa près de lui de façon à dégager ses jambes des siennes et vint se tenir le crâne à deux mains d'un air exaspéré. Liuz laissa filtrer une nouvelle insulte à son égard, mais la regretta immédiatement lorsqu'il se rendit compte que, dans la chute, trois griffures était apparues sur le poignet d'Andrea. Trois traits rouges bien dessinés qui ne demandaient qu'à saigner. Liuz paniqua et se mis à genoux, regardant l'hybride aux cheveux rouges d'un air désolé.

« Je... Excuse-moi, mais comprends que je n'ai pas l'habitude de... 'Fin on s'en fout. Désolé. »

Andrea se releva le premier, couvé par le regard sincère de Liuz qui s'attendait à ce qu'il se barre sans demander son reste. Il avait l'air fâché, c'était évident... L'iguane, penaud, tourna légèrement la tête sur le côté. Pourtant, l'hybride l'invita à se relever, et s'excusa à son tour. Liuz se remis sur pieds, sentant sa cheville plier sous l'effort. Il grimaça, et cette fois accepta bien volontiers le soutien d’Andrea qui dut marquer un point dans son entreprise d'invitation ! Liuz avait passé son bras par dessus ses épaules, non sans une certaine petite hésitation, et indiqua d'un signe de tête à l'hybride qu'ils pouvaient reprendre la route. Chaque pas lui faisait mal, et l'iguane claudiquait en essayant de ne s'appuyer que sur son pied valide. Pour le coup, Liuz se sentit totalement dépendant et cela l'amusait plus que ça ne le frustrait. Il esquissa un sourire et regarda Andrea du coin de l’œil.

« En fait tu m'as cassé la cheville une deuxième fois pour que je n'ai plus d'autre choix que d'accepter. T'es vraiment tordu ! Mais il faut que tu saches... que je n'ai pas l'habitude qu'on me fasse la charité. Bon, tu l'as surement déjà remarqué en fait. »

Liuz baissa le nez. Certes, ses attitudes étaient révélatrices. Il fallait être idiot pour s'imaginer un seul instant que l'iguane était à l'aise avec autrui. Il se sentit embarrassé vis à vis d'Andrea mais retrancha son malaise par devers lui. De toutes façons, il était bien parti pour aller chez lui. Cette idée lui retourna l'estomac, mais il allait devoir s'y faire... La brise fraiche de la nuit avait balayé les nuages et la bruine s'était arrêtée, laissant les deux hybrides dans un état franchement déplorable. Les cheveux de Liuz collaient à sa peau ruisselante et cerclaient ses yeux brillants en même temps que ses larges vêtements s'étaient lourdement détendus. Il se mis à frissonner. Une question brûlait l'esprit du reptile, ne demandant qu'à filer entre ses lèvres. Jusqu'ici, Liuz avait tenu bon, s'était gardé de la poser. Mais à présent qu'il se tenait contre Andrea, à marcher au creux de la nuit dans la lourdeur et le silence d'Animalia Kingdom, l'iguane n'y tint plus. Il se racla doucement la gorge et regarda droit devant lui d'un air sérieux, sans oser regarder l'hybride.

« Je vais surement te poser une question idiote mais il faut que je sache. Pourquoi ça te paraît si important de m'aider !? Je veux dire, tu n'es pas obligé de me prendre comme fardeau, après tout, tu m'as déjà sauvé une fois c'est... beaucoup ! »

Le visage de Liuz se fendit d'un agréable et chaleureux sourire, chose très rare chez lui. Il porta son regard sur ses pieds, s’apercevant qu'Andrea pouvait le prendre pour un illuminé à lâcher des trucs pareils. Pourtant si, l'aider une fois représentait déjà énormément... Mais l'iguane suspectait peut-être autre chose, au delà de la simple sympathie. Andrea ne devait pas être tout à fait objectif.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Crimson
♣ Hybride Corail ♣
The Coral Student

avatar

Date d'inscription : 28/05/2011

Nombre de messages : 30
Muffins Muffins : 7

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Aucun ! Je cherche toujours LA personne ! Huhu~

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Ven 3 Juin 2011 - 14:50

Andrea grimaça. Le coup de poing du taureau qu’il avait intercepté lui avait certes ouvert l’arcade sourcilière, faisant couler du sang sur son cache-œil et dans sa cavité oculaire, mais il avait aussi formé une grosse ecchymose noirâtre sur sa tempe et dans son cou, à cause de la violence du choc qui avait fait pivoter sa tête trop brusquement. En plus de ça, la chute sur les pavés associée au poids de Liuz l’avait quelque peu courbatu et il sentait une douleur lancinante au coccyx. Et pour tout arranger, il saignait du poignet. Les griffes de l’iguane étaient vraiment redoutables !

Toujours est-il que la situation lui semblait assez comique. Deux estropiés couverts de boue qui marchaient en s’aidant mutuellement, clopin-clopant sous le crachin insistant qui ne voulait pas cesser, ça méritait au moins un oscar dans un film, non ? C’était d’un pittoresque… Et un peu cliché aussi. Et ça avait un côté romanesque qui n’échappa pas au Corail qui vivait toujours dans une attente d’un amour un peu idéalisé par les livres et les mangas. La remarque du reptile le fit rire.


« Il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer. Et moi, je suis juste borgne, je te signale ! Et bien que je sois prêt à tout pour avoir ce que je veux, je ne vais jamais jusqu’à casser quoi que ce soit à quelqu’un. Enfin si. Les pieds, pour rester poli. »

Et c’était vrai. Andrea Crimson, fondateur de l’Agence Nationale pour Pister l’Etrange, ne baissait jamais les bras, et quand il voulait quelque chose il l’avait, même s’il devait patienter des années pour ça. Il était collant, insistant, envahissant, sans gêne, hyperactif, impétueux. C’est peut-être pour ça qu’il était difficile d’être indifférent à lui. Comme pour l’opéra ou les romans russes, Andrea, on l’aimait ou on le haïssait, on en était ravi ou on en s’en retrouvait dégoûté.

Le vent se leva, chassant la pluie insistante. La lune apparut dans le ciel, claire et blanche. La nuit était avancée et fraîche. Les deux silhouettes qui avançaient avec peine étaient trempées et sales, pleines de boue et de sang, et frissonnaient dans l’air nocturne. Andrea claquait des dents et se rapprocha un peu plus de l’iguane, croisant les doigts pour qu’il ne soit pas à sang-froid et fasse une crise d’hypothermie. Il croisa aussi les doigts pour que Tony ait réinstallé l’eau chaude chez lui, et que la salle de bain et donc son imposante baignoire soit libre. Et aurait-il des vêtements qui conviendraient à Liuz ?

Quand ce dernier prit la parole, le roux sursauta. Il s’attendait à cette question mais fut soulagé que le reptile la lui pose avec un sourire qui ne semblait pas forcé et même plutôt chaleureux. Bien sûr que s’il faisait tout ça, ce n’étais pas simplement par altruisme. La spécialité d’Andrea était d’obtenir des dettes de ses proches, dettes sont il se servait toujours à bon escient… Quand on appliquait sa propre définition du « bon escient », à savoir tout ce qui était bénéfique à son club.

Ils arrivaient au bout de la rue. Au tournant se trouvait, juste avant la descente d’Island Street, un banc qui se dessinait à la lueur d’un réverbère. Andrea rajusta le bras de Liuz sur ses épaules et l’aida à parcourir les derniers mètres les séparant de leur minuscule havre de paix rudimentaire. Ils s’effondrèrent sur les lattes froides, peintes en vert, appréciant en un même soupir soulagé le fait d’être assis sur un siège si rudimentaire soit il. Andréa retira son cache-œil, fatigué d’avoir cet accessoire froid et sanglant sur son visage. Liuz étant à sa gauche, il ne craignait pas de le choquer avec une orbite vide d’où gouttait le sang de sa blessure à la tête.


« Je t’aide tout d’abord parce que tu étais en danger de mort, et que même une fois nos deux charmants compagnons partis, tu aurais pu te faire agressé. Tu as vu ton état ?! C’est aussi pour ça que je veux que tu viennes, je n’ai pas le cœur assez dur pour te laisser partir avec des blessures et des habits boueux. Et puis, tu l’auras deviné, y a autre chose. Je veux pas te violer, non ! Mais je suis le leader de l’ANPE et toi tu en es un membre, je n’ai donc pas le droit de te laisser dans le besoin ! »

Nous y sommes. C’est clair, c’est net, ça a été décidé sans l’accord du principal concerné, copyright Andrea Crimson, aucune reproduction autorisée sans l’accord de l’auteur. Nullement choqué d’avoir non seulement tenté de kidnapper Liuz mais aussi de l’avoir forcé à venir chez lui, le Corail avait pris la décision que le fabuleux reptile entrerait dans son organisation. Andrea baissa la tête, la bouche tordue sur le côté. Il y avait une autre raison à ce déferlement de générosité et il était bien forcé de l’avouer.

« Et puis… Je sais que tu en as sûrement souffert plus jeune et même maintenant, mais j’ai aussi envie de passer plus de temps avec toi à cause de ton physique. Je n’ai jamais rien vu de tel, de si étrange et de si sublime à la fois. Et en plus tu as un caractère de cochon. Tu es pile la personne que je cherchais pour en faire mon président adjoint ! Tu acceptes ?... »

Cette question qui n’en étais pas une ne fit même pas penser à Andrea que Liuz n’avait peut-être pas la moindre idée de ce dont il parlait : pour lui, l’ANPE était connue de tous les adolescents d’Animalia Kingdom. Attendant une réponse qu’il considèrerait comme affirmative de toutes manières, il se releva, l’envie de retrouver la chaleur de son logis se faisant de plus en plus vive au fut et à mesure que la température du vent baissait.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liuz Aarzan
♣ Hybride Iguane ♣
Stagiaire Libraire

avatar

Date d'inscription : 27/05/2011

Nombre de messages : 11
Muffins Muffins : 6

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Hum...

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Sam 4 Juin 2011 - 14:33



« Tu sais... tu peux me parler en me regardant, ça ne me gène pas. »

Liuz avait volontiers accepté de s'asseoir sur ce banc salutaire, aux côtés de cet Andrea qu'il ne connaissait toujours pas. Quelque chose lui soufflait pourtant que ce jeune hybride ne mettrait pas longtemps à lui dévoiler ce qui animait vraiment son altruisme. Liuz était patient. C'était là une de ses plus grandes qualités. Quoique tellement patient qu'il lui avait fallut des années avant d'attendre de parler à quelqu'un comme il le faisait cette nuit... A moins que ce ne soit une question de courage, de motivation. Ce qui était sûr c'est que Liuz, en bon reptile qu'il était, prenait vite le pli et s'habituait lentement mais progressivement à la présence du jeune hybride. Assis près le lui, et même sans le regarder, Liuz sentit Andrea retirer son cache-oeil, ce qui lui arracha un très léger sourire, invisible pour ceux qui ne le connaissait pas bien. C'est à dire... tout le monde sauf lui quoi. Ainsi il avait cru bon de dire cela, et ajouta même en osant se tourner vers Andrea, d'une voix plus basse :

« Moi aussi je cache souvent mes yeux pour ne déstabiliser personne, on va dire. Je me doute que ce n'est pas très comparable avec ta situation, sache seulement que je te comprends un peu... quelque part. »

La voix de Liuz mourut en même temps qu'il baissa le nez, honteux. Il se trouvait un peu con de comparer son regard indemne quoique mauvais avec le visage meurtri de son compagnon. Deux situations totalement différentes, mais quel boulet ! Lui ne se cachait que pour ne croiser le regard de personne, tandis qu'Andrea se masquait par véritable douleur, celle d'être mal vu. Fort heureusement l'hybride aux cheveux rouges changea de sujet, revenant à la question précédente de Liuz. Ce dernier, encore un peu peiné acquiesçait doucement, compréhensif mais toujours en regardant ses pieds. Cependant, à l'évocation du fameux 'autre chose', l'iguane se tourna assez vivement vers Andrea, non-étonné mais quand même craintif de constater qu'il avait visé juste. Un pli se forma entre ses deux yeux luisants. Il planta son regard avec insistance dans l’œil valide de son interlocuteur sans plus craindre de le mettre mal à l'aise. Lorsqu'Andrea aborda le sujet de son physique hors-norme, Liuz se sentit un peu perdu. Il avait l'esprit lent.

Pour qu'il assimile tout correctement, le jeune iguane devait laisser filer plusieurs secondes, voire plusieurs minutes. Et c'est ce qui se passa à cet instant. Les sourcils fronçais, il regarda une nouvelle fois le sol, tentant d'analyser tout ce qu'il ressentait, sans piper mot. Il ne vit même pas qu'Andrea s'était relevé, surement en vue de retourner au plus vite chez lui, retrouver la chaleur de son foyer. Chaleur ayant totalement disparu du corps de Liuz, ce qui ne le dérangeait pas outre mesure. Ce dernier plia ses genoux et les ramena contre son torse avant d’encercler ses bras et d'y poser son menton, comme pour créer une sorte de barrière. Cette même barrière qu'il avait abaissée dès ses premiers pas au côté d'Andrea. Le jeune hybride se tenait debout, devant lui. Aussi, Liuz leva vers lui un regard inquisiteur et lâcha lentement, laissant sa déception filtrer au travers le ton de sa voix :

« L'ANPE, oui, j'en ai vaguement entendu parler par un client. Un truc autour de l'étrange. Je comprends mieux pourquoi tu voulais m'aider maintenant... »

Liuz haussa doucement les épaules et resserra davantage ses genoux contre lui. Bien sûr que oui, il avait déjà souffert à cause de son physique. Jamais n'avait-il suscité la moindre passion, la moindre curiosité chaleureuse. Que des remarques déplacées, des rejets, des mises en marge. Cependant, Andrea avait bien évoqué le terme 'sublime'. Mais ce dernier sonnait plutôt mal aux oreilles de Liuz, et il n'en tint pas compte le moins du monde.

« Je ne pense pas que tu veuilles de moi en tant que membre à part entière, je crois surtout que tu chercherais plutôt à m'afficher comme une bête de foire, trop content de ta découverte ! Si c'est le cas, je refuse ton invitation, ça me paraît évident. »

Liuz sentit un frisson glisser tout le long de son échine. Le pire dans ce genre de situation, c'est de savoir que l'on possède une dette lourde. Une dette pouvant vous être clairement défavorable. Après tout, Andrea l'avait secouru, l'avait tiré des griffes de deux racailles qui auraient surement eu raison de lui s'il avait été tout seul. Liuz se sentit piégé et il avait vraiment horreur de ça. Encore une fois, on s’intéressait à lui dans le seul but de l'asservir, de se servir de lui comme un objet de curiosité malsaine. Le comble, c'était qu'Andrea faisait passer ce fait pour une invitation l'élevant directement au rang de directeur adjoint, la blague ! Liuz se sentait un peu déçu. Un peu. Mais c'était de sa faute, il n'avait qu'à pas s'ouvrir aussi facilement. Cette petite déception le confortait dans son idée de se tenir à l'écart des autres, finalement, il était surement mieux tout seul au milieu de ses livres. Que l'on commence à s'attacher à des inconnus et aussi sec on tombait de haut. Liuz respira profondément et plissa à nouveau les yeux d'un air sérieux tout en reportant son attention sur Andrea. Il était toujours campé devant lui, mais Liuz, assis et recroquevillé, ne bougea pas d'une griffe.

« Je veux bien venir chez toi mais surement pas m'y exposer comme un monstre. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Crimson
♣ Hybride Corail ♣
The Coral Student

avatar

Date d'inscription : 28/05/2011

Nombre de messages : 30
Muffins Muffins : 7

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Aucun ! Je cherche toujours LA personne ! Huhu~

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Sam 4 Juin 2011 - 16:21

Andrea se rendit soudainement compte, quoique un peu tard, qu’il n’avait pas dit ce qu’il fallait et qu’en plus il avait mal tourné les propos erronés qui avaient changés Liuz en statue. L’iguane avait lentement remonté ses genoux contre son torse, serrant ses jambes entre ses bras de la manière la plus étroite possible. Réaction universelle que le Corail savait ne pas avoir pour but de se réchauffer, malgré les degrés qui continuaient à chuter. Non, quand on a froid, la meilleure chose à faire est de se détendre afin que le sang puisse circuler sans problèmes dans les muscles et distribuer la chaleur corporelle. Non, cette posture était une posture de défense, de réclusion, elle marquait une coupure avec le monde extérieur. On ne l’adoptait que quand ça allait mal.

Or Andrea n’avait jamais eu l’intention de rendre Liuz plus mal qu’il ne l’était déjà. Sa nature fougueuse et irréfléchie avait pris une fois de plus le pas sur ses capacités de raisonnement, abolissant toutes les barrières de la délicatesse et de la bienséance comme si elles n’avaient jamais existé. Et à présent, debout sous la lumière blafarde du réverbère, faisant face à un garçon meurtri auquel il avait lui-même ajouté de la peine, il ressentit un coup plus violent que celui administré par le taureau. Un tsunami psychologique qui avait dévasté d’un coup toute se bonne humeur et sa fierté d’avoir recruté un nouveau membre.


« L'ANPE, oui, j'en ai vaguement entendu parler par un client. Un truc autour de l'étrange. Je comprends mieux pourquoi tu voulais m'aider maintenant... Je ne pense pas que tu veuilles de moi en tant que membre à part entière, je crois surtout que tu chercherais plutôt à m'afficher comme une bête de foire, trop content de ta découverte ! Si c'est le cas, je refuse ton invitation, ça me paraît évident. »

Le roux en resta pétrifié. Il se tourna entièrement vers le reptile qui le fixait avec un regard inquisiteur, accusateur, où brillait la déception et la colère. Comme il l’avait promis, il ne cilla pas en contemplant le visage découvert d’Andrea, il n’afficha aucune peur ni aucun dégoût à la vue de cet orbite vide, de cette cavité sombre d’où perlait des gouttes écarlates, à la profondeur incertaine, aux ombres marquées par le mauvais éclairage. Non, il ne fit que durcir son regard, lâchant sur un ton acide et à contrecœur qu’il viendrait au logis des Crimson. Il y avait tant de douleur dans ses yeux et dans cet être tout entier que quelque chose d’autre que le sang coula sur les joues du Corail.

Même son côté borgne pleurait.

Le canal lacrymal, qui n’avait pas été retiré, emplissait l’orbite de larmes qui, lorsque Andrea baissa la tête vers le sol, frappé de honte, se déversèrent comme un torrent, laissant des traînées rougeâtres et brunes. Il s’agissait de larmes silencieuses. Elles n’en était pas moins sincères.

Crimson inspira brusquement, releva la tête en serrant la mâchoire et frappa de nouveau Liuz entre les deux cornes du plat de la main.


« Idiot ! »

Et, dans le même élan, il se pencha et prit l’iguane dans ses bras. Il le serra ainsi quelques secondes qui parurent de longues minutes avant de le lâcher et de se reculer d’un pas avec un sourire pâle sur le visage et de se rasseoir. Il força Liuz à le regarder bien en face.

« Arrête de dire n’importe quoi et regarde-moi. Je me suis mal exprimé. Tu vois mon côté droit ? Tu vois cet œil manquant ? Je l’assume, certes, mais si je porte un bandeau, c’est juste pour ne pas choquer. Souviens-toi de ma peau, encore pleine de poison en ce moment. Tu crois que je ne suis pas étrange, que je n’ai jamais été jugé ? Tu n’es pas un sujet d’étude pour moi, ni un phénomène à étudier et exhiber, et encore moins un monstre. Les monstres, ce sont ceux qui te jugent. Moi je ne te juge pas. Tu as la peau et les cheveux verts, des écailles, des griffes, des cornes et un regard absolument sublime ? La bonne affaire ! Au sein de l’Agence Nationale pour Pister l’Etrange, nous sommes tous bizarres. Toi tu l’es physiquement, et bien au moins tu es beau, voir même magnifique, et unique dans ta beauté. C’est assurément moins gênant et condamnable que Jayce, mon ami libidineux qui a perdu sa virginité à 13 ans et qui depuis se fait un mec différent chaque semaine ! »

Il reprit son souffle après cette longue tirade. Les dernières phrases, il les avaient presque criées, mais il sentait qu’encore une fois il n’avait pas dit les bons mots, qu’il s’était embrouillé, contredit. Il glissa sa main gantée dans ses cheveux, l’y laissa, hésitant, avant de la poser doucement sur le bras de Liuz. Il reprit la parole, mettant dans sa voix toute la sincérité contenue dans son être, s’efforçant de persuader le reptile que ses dires étaient vrais, qu’il ne le voyait pas comme une bête de foire.

« Arrête de te laisser marcher sur les pieds. Soit fier de ta différence et les autres te laisseront en paix. Laisse-toi vivre un peu ! Et si jamais quelqu’un de ma famille ou de mes amis ose t’insulter pour ton apparence, je te jure que lui mettrait une baffe urticante dont il se souviendra. Je suis prêt à tout pour que tu me croies. Alors je reformule mes dires. Liuz Aarzan, est-ce que voudrais bien être mon ami ? »

Il avait dit tout ce qu’il avait à dire. Il se retrouvait sans plus rien à dire, sans arguments, un peu bête, abruti de paroles. Il finit par se relever, en désespoir de causes. Un nuage occulta la lune, laissant le lampadaire se charger d’éclairer la rue de sa lueur blanche et maladive qui allongeait les ombres et faisait remuer les ténèbres.

« Allez, viens. Un bon bain chaud nous attend. »

Il s’agenouilla, offrant ses épaules au bras de Liuz afin de l’escorter jusqu’à chez lui, voulant prouver jusqu’au bout le bien fondé de son aide.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liuz Aarzan
♣ Hybride Iguane ♣
Stagiaire Libraire

avatar

Date d'inscription : 27/05/2011

Nombre de messages : 11
Muffins Muffins : 6

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Hum...

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Sam 4 Juin 2011 - 19:06

S'il y a bien une réaction de la part d'Andrea à laquelle Liuz ne s'attendait pas, c'était bien celle-ci. Tellement persuadé que l'hybride aux cheveux rouges ne se soucierait nullement de son sort, encore moins de son refus, Liuz s'était attendu à ce que son camarade lui tourne le dos, vexé peut-être, sans plus chercher à insister comme il l'avait fait jusque là. C'était à ce point impensable aux yeux du reptile que quelqu'un s’intéresse à lui de façon sincère, sans arrière-pensée, qu'il s'en retrouva aussi bête qu'auparavant, à observer Andrea verser des larmes en silence. Liuz écarquilla les yeux et les cligna sans comprendre. Il sentit à nouveau le malaise grandir en lui et s'en trouva impuissant, vidé de toute énergie, comme si voir le jeune hybride sangloter le plongeait dans un état parallèle au sien. Une nouvelle fois, Liuz mit ça sur le compte de son asociabilité, de sa solitude en marge de toute connaissance en matière de rapports humains.

Il allait s'excuser, ou tout du moins marmonner quelques paroles de réconfort maladroites, lorsqu'Andrea vint affectueusement tapoter sa tignasse verte avant de venir le serrer contre lui. Liuz ne s'attendait pas non plus à ça ! Quelle ne fut pas sa surprise de se retrouver coincé ainsi dans un câlin impromptu ! Quelle ne fût pas sa stupeur, également, de constater à quel point cela pouvait être réconfortant... agréable. En grand habitué qu'il était, Liuz resta de marbre. Non pas que l'attitude d'Andrea l'agace ou ne lui fasse aucun effet, au contraire, le reptile s'en retrouva sur les fesses et ne sut que faire. Pour lui aussi les secondes semblèrent s'étirer, il retint sa respiration bêtement. Lorsqu'Andrea se redressa, le froid revint, plus pénétrant, plus glacial qu'auparavant mais Liuz ne s'interrogea pas sur ce fait. Il écouta le jeune hybride avec attention, un tantinet ému, lui qui d'habitude n'était sentimental que vis à vis de l'art et de ses lectures.

Il déplia doucement ses jambes et se pencha légèrement en avant, laissant son visage s'éclairer d'un sourire tout neuf. Peut-être qu'il se trompait gravement, mais il décida de croire Andrea. De boire ses paroles. Car finalement, il n'avait qu'elles ce soir. Mieux, il émit un rire léger quoiqu'un peu gêné à l’évocation de son ami Jayce, bizarre à cause de sa frénésie sexuelle plutôt que son physique ! Liuz écouta Andrea jusqu'au bout, ne le coupant sous aucun prétexte, et retenant certaines phrases plus que d'autres. Il sentit la main de l'hybride se poser sur son bras et cela l'incita à prendre la parole à son tour. D'abord de façon hésitante, sans trop oser le regarder, puis de plus en plus affirmée, jusqu'à lui sourire avec d'avantage de sincérité.

« Je dois avouer que tu es unique en ton genre toi aussi ! Borné, mais sincère, vif mais lucide. Et puis... quelqu'un de bien, certainement. Je me doute que tu n'es pas ce genre de personne qui juge, parce que tu as dû pas mal souffrir de ton côté. J'aurais dû le savoir avant de penser que tu me prenais pour un animal. »

Liuz esquissa une moue désolée. Mais il fallait le comprendre aussi. Ce qui était le cas d'Andrea, il en était intimement persuadé. Ses mots avaient dépassé ses pensées, ce devait être aussi simple que ça. Néanmoins, malgré les apparences, Liuz restait très renfermé, et méfiant aussi. Il n'était pas du genre à se confier au premier venu, même lorsque celui-ci avait pour lui des mots très touchants et débordants d'honnêteté. Liuz restait un solitaire avant tout, un hybride avec son monde, ses codes et ses peurs. Certes, la présence d'Andrea ne lui était pas désagréable, bien entendu. Cependant, il allait falloir beaucoup de patiente et de motivation au jeune hybride s'il désirait être considéré comme un ami aux yeux de l'iguane. D'ailleurs, à la question d'Andrea, Liuz dû blêmir sous sa peau verte. Il n'avait aucune idée de la réponse, mais se doutait bien qu'il serait mal vu de ne rien dire ! Aussi, le jeune reptile détourna le regard, et décida, à son tour, de ne pas mentir.

« Et bien... je ne peux pas te le dire maintenant, tu comprends. Ne le prends pas mal. C'est seulement que je ne sais pas vraiment ce que ça signifie. Mais si tu veux essayer de m'apprendre, libre à toi ! »

* T'auras du boulot en tout cas... *

Liuz se tourna vers Andrea et dans son regard se mit à briller une lueur étrange. Une lueur enjouée, mais ironique aussi, comme si le reptile lançait un défi à son camarade du genre 'accroche-toi, tu n'y arriveras jamais !'. L'iguane accepta de se relever. S'être reposé pendant un instant lui avait fait du bien. Et même si sa cheville était toujours enflée, au moins la douleur s'était quelque peu atténuée. Il s'appuya fermement sur Andrea et se remit debout. Lorsque l'hybride aux cheveux rouges évoqua le fait de prendre un bain, Liuz comprit de travers et se sentit tout gêné. Il s'était imaginé dans l'eau bouillante... à ses côtés ! Vision d'horreur pour un timide pathologique !

Il toussota et préféra passer outre. Ses pas étaient minuscules, il ralentissait Andrea considérablement et s'en voulut un peu. Parfois, il lui arrivait de marcher et courir à quatre pattes. En fait, beaucoup plus couramment qu'à deux. Il se déplaçait ainsi de façon nettement plus rapide et agile. Mais par souci de bienséance, il choisit de rester debout, soutenu par son camarade. Liuz laissa le silence s'installer. Le genre de silence qui ne dérangeait pas, mais qui apaisait au contraire. Qui ne demandait pas à être brisé. Néanmoins, le jeune hybride décida d'ouvrir la conversation à nouveau. Il s'en étonna lui-même !

« Parle-moi un peu de ta maison, de ta famille. J'ai horreur de ne pas savoir où je mets les pieds. Tu vis seul ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Crimson
♣ Hybride Corail ♣
The Coral Student

avatar

Date d'inscription : 28/05/2011

Nombre de messages : 30
Muffins Muffins : 7

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon: Aucun ! Je cherche toujours LA personne ! Huhu~

MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   Sam 4 Juin 2011 - 23:23

Andrea soupçonnait Liuz d’être bipolaire, pour passer si rapidement d’une position prostrée, genoux sous le menton et regard de glace, au grand sourire lumineux et au rire. C’était peut-être aussi dû au fait que tout cela était nouveau pour lui, l’amitié, l’attention, la vie sociale, tout ça. Le choc devait être très rude, de passer à une vie d’ermite solitaire à la rencontre subite avec ce cyclone destructeur nommé Andrea Elwood Crimson qui possédait un caractère bien trempé et une sociabilité bouillonnante qui avait tendance à un peu trop déborder. Lle Corail était néanmoins débordant de joie, car ses propos semblaient avoir été acceptés, compris. Il se fit la promesse de prendre des pincettes, dorénavant. Mention spéciale Liuz Aarzan, bien entendu ! Il n'allait pas se changer en gentil mouton pour les autres. Ils étaient mous, il se devait de les stimuler.

Liuz, en revanche, avait du caractère. De la répartie. Si seulement il s'affirmait un peu plus, il ferait un vice-capitaine parfait pour remuer un peu les mollassons de l'ANPE ! Tiens, au fait... S'il s'était retrouvé dans le Quartier Ouest à secourir Liuz, c'était parce qu'il réfléchissait aux détails de l'opération du lendemain. C'était en sortant de l'heure de colle. Ces évènements lui semblaient s'être déroulés des jours auparavant. Mais, au fait... Son sac de cours était resté là-bas ! Ah meeeeeerde ! Il y avait des trucs important là-dedans ! Il croisa les doigts pour le retrouver un jour. La voix de l'iguane le tira de ses pensées inquiètes.


« Je dois avouer que tu es unique en ton genre toi aussi ! Borné, mais sincère, vif mais lucide. Et puis... quelqu'un de bien, certainement. Je me doute que tu n'es pas ce genre de personne qui juge, parce que tu as dû pas mal souffrir de ton côté. J'aurais dû le savoir avant de penser que tu me prenais pour un animal. Et bien... je ne peux pas te le dire maintenant, tu comprends. Ne le prends pas mal. C'est seulement que je ne sais pas vraiment ce que ça signifie. Mais si tu veux essayer de m'apprendre, libre à toi ! »

Mwohoho. Un défi ? Un vrai de vrai ? Un véritable challenge ? La lueur ironique et un peu moqueuse qui scintillait dans les yeux de Liuz en fit naître une autre dans ceux d’Andrea. La lueur des vainqueurs, celle qui avait assurément illuminée les regards d’Alexandre le Grand et de César devant les terres qu’ils souhaitaient conquérir et qu’ils conquérraient coûte que coûte ! Oui, Andrea adorait tous les genres de défis à relever, il était prêt à absolument tout pour prouver qu’il était capable de tout et de n’importe quoi, à tel point qu'il oublia momentanément l'affaire du sac. Une bouffée de chaleur l’envahit, tout excité qu’il était à l’idée d’entreprendre cette tâche ardue de faire de Liuz une vraie bête, le beau gosse le plus sociable d’Animalia !...

Bon, on s’en tiendra à sa famille pour le moment.

Le reptile était fermement appuyé contre lui, transvasant son poids pour ne pas avoir à appuyer sur sa cheville. Malgré ça, il faisait des tout petits pas qui mettaient le roux à la torture, lui qui marchait à toute vitesse de son pas conquérant de (futur) maître du monde. D’un autre côté, c’était pas plus mal. Ainsi, il pouvait rajuster le bras et le poids de Liuz sur lui, évitant toute chute fortement déconseillée en cas de cheville foulée et de blessures multiples. En parlant de ça, il fallait qu’ils se désinfectent d’urgence… La boue n’était pas propre et attraper une septicémie ou une autre merde du genre était terriblement déconseillé. Il sentait ses blessures le picoter et le brûler, mais c’était normal… Il espérait.

La rue de nuit était différente de celle qu’il empruntait le jour. Les ombres changeantes déformaient tout, les maisons familières, les massifs de fleur, les grands arbres. La passion d’Andrea pour le mystère et le fantastique reprit le dessus et il s’imaginait toutes sortes de créatures qui devaient vivre la nuit dans les coins sombres, manipulant les ténèbres à leur guise pour faire éclore les cauchemars les plus sombres qui flottaient dans les airs comme des bulles de savon en négatif.

La question de Liuz fit sursauter Andrea et il faillit le laisser tomber, perdu qu’il était dans ses rêveries d’aliens et d’être surnaturels. Il sourit, de plus en plus nostalgique de chez son chez-lui au fut et à mesure qu’il s’en approchait. Il prit le temps de mettre de l’ordre dans ses pensées, malgré le fait que l’iguane verrait bientôt la maison de ses propres yeux.


« Je vis avec mes parents, Tony et Armistead, et mon petit frère Barnaby. J’ai un grand frère, Mickaëlis, qui n’est pas souvent là vu qu’il est majeur et qu’il vit avec son copain. On forme une famille très unie et très ouverte aux autres, mes pères ont pris l’habitude de me voir débarquer avec n’importe qui à n’importe quelle heure… Baranby est adorable, il va avoir un an et demi bientôt, il est vraiment trop mignon et éveillé ! Et Mickaëlis… Comme tous les grands frères, il est chiant et je ne pourrai pas m’en passer… »

Andrea rit légèrement, la tête tournée vers le ciel étoilé. Il pressa inconsciemment le pas et c’est le clauquediquement de Liuz qui le fit ralentir. Il lui proposa de le porter pour qu’ils puissent aller plus vite mais la moue du reptile l’en dissuada. Le silence se réinstalla, léger comme une plume, agréable comme le sont certains moments ouatés comme celui-ci, dans le velours de la nuit. Si seulement il faisait plus chaud et si seulement Liuz et lui étaient dans un meilleur état, il aurait apprécier pleinement l’instant.

Son téléphone portable sonna dans sa poche. Il s'arrêta, aida Liuz à s'asseoir sur un muret en s'excusant du dérangement, et jeta un oeil à l'engin. Il avait un SMS de son frère Mickaëlis lui disant qu'un de ses amis du Quartier Ouest avait par chance trouvé et récupéré son sac et qu'il lui rendrait le lendemain au Q.G. Andrea poussa un cri de joie, ses chères affaires n'étaient donc pas perdues. Il fit par de sa joie à son compagnon avant de lire la suite du message. Son frère lui demandait de l'appeler. Ce qu'il fit. Et il le regretta, car il se fit enguirlandé. Ah, il était si tard que ça ? Ses pères étaient absents ? Mick était parti il y avait quelques minutes, laissant Barnaby seul ?

Le Corail grogna et soupira avant de s'expliquer. Il rassura son frère, lui disant qu'il se trouvait devant chez lui (ce qui était presque vrai). Il oublia cependant de préciser qu'il était avec un inconnu qu'il avait sauvé d'une agression et que tous deux étaient estropiés. Lorsqu'il raccrocha, presque au nez de son frangin furieux, il poussa de nouveau un soupir puis sourit d'un air exaspéré et attendri.


« J'te l'avais dit, chiant et indispensable. Au fait… Tu as un frère, toi ? »

Il réinstalla Liuz contre lui, son bras sur ses épaules, veillant à ce que sa cheville ne soit pas trop sollicitée. Ils étaient à quelques mètres à peine du 14, Island Street et le trajet du banc à chez lui avait mis presque cinq fois plus de temps que d'habitude. Ah, il avait hâte de rentrer ! Surtout qu'il ne pouvait décemment pas laisser Barnaby seul...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rock your Night... [PV Andrea]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rock your Night... [PV Andrea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Party rock all night [ soirée sur invitation ]
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Wednesday Night Raw # 60
» Rock My World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Quartier Ouest :: Ruelles-
Sauter vers: