AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anamorphosis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Anamorphosis   Mer 15 Déc 2010 - 2:19


Oh my love, if it's all I can do, I'll take the fall for you
Cos I will soar when I lay down with you and give my all for you


Des gouttes naissaient, grossissaient et glissaient sur le miroir couvert de buée. Une étuve, une pièce étroite saturée de vapeur d'eau. Brouillard, chaleur, engourdissement. Tout ce qu'il aimait.
Une larme d'eau glissa le long du poignet de Fane, qui n'avait pas bougé, pas cillé depuis plusieurs minutes. Elle dégringola le long de son majeur et se suicida allègrement, s'écrasant sur la peau rougie de son torse, contournant un mamelon et rejoignant l'immensité de ses soeurs compactée en une seule masse remplissant la baignoire.
Fane cligna des yeux, deux fois, et réintégra son corps. Ses sabots heurtèrent doucement le revêtement qui protégeait la faïence nue de leur baignoire, puis s'immobilisèrent entre deux eaux. L'adolescent attrapa entre son majeur et son index une longue mèches de cheveux dont il suivit distraitement la courbe avant de la laisser retomber sur son épaule, à laquelle elle se colla en dessinant une arabesque abstraite. L'eau avait atteint un stade de tiédeur critique, et il ne supporterait pas d'y rester encore longtemps. Il quitta la baignoire en un bruit de clapotis assez impressionnant et souffla sur le miroir, jusqu'à s'y aménager un ovale sans buée à peine plus petit que son visage. Il tira ses cheveux en arrière et inspecta son front avec un sérieux mortel pendant presque une minute. Puis il laissa les mèches noires revenir anarchiquement devant ses yeux, les encourageant même à lui recouvrir le visage, cet inutile visage.


Six heures plus tard il était de sortie. Ses parents avaient eu l'air assez inquiets mais il ne doutait pas de leur capacité à se distraire l'un l'autre pendant son absence. Quand à lui...
La lumière crue et pauvre des néons léchait le trottoir. La musique consistait en une sourde pulsation de basse dans les vibrations se reverberraient dans l'immeuble tout entier, la rue, même l'air. Heureusement pour lui il était déjà venu deux trois fois dans le coin. Au sein du groupe, mais quand même. Et la maison n'était pas si regardante. Sauf pour l'alcool, mais ça...

A l'intérieur les lumières étaient autrement plus vives, aveuglantes, de couleurs surnaturelles, à vous rendre épileptique, à vous faire danser des étoiles sous les yeux pendant des heures. Et pour l'instant il n'y avait personne, personne qui ne l'attendait, il était arrivé un bon quart d'heure en avance, et les autres arriveraient une bonne demie-heure en retard.
Il jeta un regard désabusé aux corps à contrejours. Pas de déhanchements trop prononcés, peu de monde sur la piste, la nuit était encore jeune. Il baissa la yeux, sachant bien que ce n'était pas même pas la peine de chercher quoique ce soit de ce côté. Ca avait déjà été tenté, rayé. Restait à savoir s'il suvivrait à l'intérieur de cet endroit en attendant que les autres arrivent.
Il se glissa entre les corps, cherchant une partie du bar non occupée si possible, et trouva sa place entre une paire de buveurs de cocktails et un grand félin au moins aussi seul que lui. Il regarda la tabouret d'un air découragé, ne tenta pas de monter dessus cette fois ci. Si seulement il avait eut des pieds à la pointe desquels se hisser... A défaut il se cramponna au rebord du bar, rassembla son courage et appela le barman dans un « Bonsoir !» pas très convaincu. Vu la tête que fit le bonhomme en posant les yeux sur lui la soirée était manifestement assez mal partie. Fane crispa nerveusement ses doigts sur la surface lustrée et tenta d'ouvrir la bouche.

- Je pourrais...
- Carte d'identité ?

C'était assez abrupt. Fane passa une bout de langue sur ses lèvres, et une main dans ses cheveux, autant qu'il pouvait. Non il n'avait pas de carte d'identité qui aurait de toute façon prouvé son trop jeune âge.

- Je ne l'ai pas mais...
- Je l'dit toute suite, sans carte pas de boissons. Les resquilleurs c'est pas ce qui manque ici. Je vais te dire si c'est pour me faire un coma éthylique c'est pas la peine, de nos jours les jeunes ils savent plus boire modérément.
- Oui mais...
- N'insiste pas gamin! J'ai d'autres clients à servir, tu devrais retourner vers la piste.

Il accompagna ses paroles d'un geste de main ample, quoiqu'un peu vague et Fane, penché au dessus du bar se recula brusquement, bousculant son voisin solitaire. Il retrouva son équilibre et se rapprocha du comptoir, tapant dessus du plat de la main pour attirer l'attention du barman sur le point de se détourner.

- Un diabolo! Je voudrais un diabolo cerise s'il-vous-plait.
- Ha...

L'adulte ne rajouta pas un mot de plus et se tourna vers ses bouteilles peu usitées de sirops et de limonade. Appuyé au bar, Fane se passait une nouvelle main dans les cheveux, fatigué. Oh une scène pareille il fallait s'y attendre. Dès qu'il aurait sa boisson il s'éloignerait et squatterait une des tables qui donnaient sur la piste, regardant les danseurs en attendant les autres. Il avait complètement oublié de s'excuser auprès de son voisin bousculé, il avait vaguement cru l'entendre jurer, mais dans le bruit ambiant.
Oh et puis zut, c'était un bar non ? Personne ne ferait attention à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Ven 31 Déc 2010 - 1:39

Et une livraison terminée, une! Ne restait plus qu'à signer l'accusé de réception, et ça sera tout bon! En face de lui, l'employé vient de finir la vérification de la cargaison, qui était évidemment nickel chrome. J'suis un professionnel, pour qui tu m'prends? Alors il avait poireauté en attendant, comptant les pourboires de la journée, humant l'air frais du soir. La journée avait été chargée. Bien chargée. Plusieurs commandes urgentes qui plus est, le félin n'avait aucun scrupule à surtaxer dans ces cas là. Et puis qui encore? 'Faudrait speeder gratos? Bin voyons! Business is business, honey!

- Tout est bon. Merci beaucoup.
- Hey, y aurait moyen d'avoir une ristourne pour mes bons et loyaux services? Galoper toute la journée, ça donne soif!
- Va au comptoir, on te trouvera bien un truc ou deux à te verser dans l'gosier.

Ça, c'est le deal habituel : un bon boulot égale un verre ou deux en guise de pourboire, quand il le désire. Ce qui revient au même, concrètement. Alors une fois le feu vert accordé, il se dirige tranquillement vers le comptoir en entrant par la porte de service. Bah quoi? J'vais pas faire le planton devant la porte avec les autres, quand même!. Gauche, droite! Gauche, droite! Le brun roule avec ce mouvement de balancier si propre aux roller jusque dans la salle. Pour l'instant, c'est encore calme, ou à peu près. Ce qui n'empêche pas le comptoir d'être méchamment pris d'assaut, cela va sans dire. Pour quelqu'un comme Absinthe avec des sens assez développé, c'était à la fois un délice et une torture de rentrer là dedans. Se faire submerger de sons et de lumière, à s'en faire saigner les oreilles et à s'en cramer la rétine. C'est une souffrance délectable lorsque cela reste à petite dose. Ça lui permettait surtout de se rappeler pourquoi il restait à l'écart la plupart du temps... Impassible mais satisfait de sa journée, le grand brun continue jusqu'au bar où il déniche une place un peu tranquille, si tant est qu'on puisse en trouver une.

- Une bière, siouplè.
- Tu veux quoi, Ab?
- Une Maudite, comme d'hab.
- Comme si c'était fait, mister.

Accoudé sur le comptoir lustré, le sombre félin rêve et se perd dans les noms d'alcool qui défilent sous ses yeux. Absinthe... Avec un nom pareil, forcément, on s'intéresse à ce qu'on peut gouter au goulot. Bières, gin, whisky, vin, chartreuse, genépi, champagne.. Absinthe. Il les avait tenté, oui, et en avait gardé un souvenir mitigé. La bière, oui, ça pouvait être buvable. Le reste, dépend quand, dépend quoi. Mais dans tous les cas, on peut compter sur les doigts d'une main toutes les fois où il avait passé ses limites. Son avis là dessus est assez tranché et sa résistance assez bonne pour qu'il puisse se le permettre. Un coup d'œil à gauche, à droite... Qu'est-ce qui pouvait les amuser, à se saouler comme ça? Bande de poivrots.. Tché, une fois encore, la réalité s'impose à lui : il ne restera pas longtemps ici. Une fois sa conso avancée, un regard vaguement vitreux mais appréciateur malgré tout sur son verre, Absinthe hume l'odeur qui s'en dégage. Ça pétille, et la robe ambrée laisse deviner son caractère délicatement effronté. La Maudite... Sa bière fétiche, avec quelques autres. Une gorgée, deux gorgées... Il en ronronnerait presque. Après une grosse journée, rien de tel que siroter sa boisson fétiche, s'étirer le dos, et boire à nouveau un peu....

Ou pas. Quoi encore ?! Il me veut quoi, le morveux?. Vous le croyez, ça? On est là, peinard, à rien demander à personne, et il faut quand même qu'on vienne vous faire chier... En l'occurrence, c'est même pas un gros truc à se mettre sous la dent, et ça ose renverser la bière d'autrui! Sa bière! Si au moins c'était un truc contre lequel on puisse gueuler franchement! Mais non, même pas! Juste un petit faune dont le lait sort encore par les trous de nez et qui ne doit pas connaitre grand chose aux histoires de comptoirs (ou en tout cas il n'est pas censé). Et à la politesse non plus. Le pauvre enfant cumule... Non content de le bousculer sans s'excuser d'aucune façon, le voilà qui sirote son verre tranquille comme s'il était chez mémé! Pff! Dépité, notre grand gaillard à la tignasse de jais veut se verser le reste de bière dans le verre, à défaut d'avoir pu sauver le contenu de celui-ci... Mais rien. Deux gouttes tombent pitoyablement, mais c'est tout. Shit! Il n'allait pas en reprendre une à cause de l'autre, quand même ?! Oui, mais il a soif! Passablement agacé sans pour autant décidé à jouer les nounous, Absinthe pose bruyamment son verre sur le comptoirs en grondant et appelle le barman à la rescousse.


- Hey! File moi une paille mon vieux, s'il te plait!
- Une.. Une paille? Ab, ça va?
- T'occupe.

Une fois la paille en main... Vengeance! Sans prévenir, il la plante dans le verre du demi-portion dont il boit tout le breuvage trop sucré en quelques longues gorgées. Pff! Boisson de lavette!Puis, il braque impitoyablement ses yeux verts sur le faune qui a osé le priver de sa bière. Mon dieu, c'est juste ça? Un gamin qu'il imagine mieux avec des couches qu'ici? Oh bon sang, mais où le monde va-t-il? En tout cas, il lui faut une petite leçon, à ce gosse! Non, le nain de jardin n'a pas ses faveurs, mais il ne va pas non plus se fâcher contre un enfant? Bref, il a un minimum de sens des responsabilités, pour ça... Ou de pitié, c'est à voir. Maintenant que sa soif est étanchée, il se sent vaguement plus disposé à une certaine forme de dialogue avec le môme. Par contre, s'il le faut, il est tout aussi paré à rattraper le demi-portion par le col si celui-ci veut se faire la malle...

- Bon, écoute moi bien, morveux. J'vais pas passer ma soirée à jouer les nounous, et les fessées c'est pas mon genre non plus. Mais si tu veux continuer ton petit bonhomme de chemin sans trop de soucis, écoute mon conseil : quand tu es avec des gens, soit poli! Surtout avec ta taille de puceron et ta bouille de faon ! Y'en a -dont moi- qui pourraient ne faire qu'une bouchée des nabots comme toi si on les cherche. Maintenant que t'as pigé, du moins j'espère pour toi, je pense que des excuses seraient parfaites pour mon verre que tu as renversé.

La musique assourdissante n'a plus d'importance, les lumières aveuglantes non plus, pas plus que le regard médusé du barman qui assiste à la scène et semble se demander s'il va y avoir du gigot de cerf au menu ce soir. Ab, il le sait, 'faut pas le chercher. On le connait, ici. Il est calme mais peut cogner. Han, c'est bien sa veine, pourquoi ce genre d'embrouille tombaient uniquement quand c'était lui qui était de service? Les bastons entre clients, c'est pas bon. La castagne d'un petit client par un autre un peu plus mastoc non plus. Nerveux, le pauvre l'est un peu : s'il y a des problèmes, c'est sur lui que ça va retomber... Normal, quoi. Il est toujours la victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Lun 3 Jan 2011 - 16:31

Il était à peine à quelques pas du bar, sirotant sa boisson houleusement acquise. Le regard perdu entre les néons et les danseurs, le cerveau anesthésié par le martèlement pulsant des basses, il ne pensait à rien de précis, maudissant vaguement ceux qui devaient le rejoindre et ne manquaient certainement pas de s'amuser ailleurs, pendant que lui attendait.
Regarder les corps, éviter les regards. Peut-être devrait-il se pousser définitivement du passage, oui hein ? Le bruit de succion provoqué de sa paille contre le verre lui suffisait en terme de réponse. Une table, une table vide et tranquille.
Il commençait tout juste à la chercher quand un petit tube de couleur fluo se glissa dans son verre et aspira sous son nez tout le liquide fushia et piquant qui lui restait. Sluuuuuuurp. Comme un aspirateur, mais avec de l'eau. Et en une fois en plus. Le choc. Fane ouvrit les lèvres, lâchant sa paille inutile pour commencer un « Hééééééééééééé ! » indigné. Il croisa deux iris vertes, pas de celles qui hésitent entre le bleu, le gris, oui je sais pas, peut-être, revenez voir demain. Non, simplement le vert intense des poisons, qui enivrait, torturait, tuait. Sa voix resta coincée dans sa gorge et il n'émit qu'un petit bruit trop ridicule pour être entendu à travers la musique. Il était paralysé, pas tant par la couleur des autres iris que ce qu'il devinait derrière elles, et les muscles du visage, et l'allure en général ; l'autre en face était un prédateur. Une, voire deux secondes de silence, le temps qu'une langue rouge nettoie les sucre rouge sur les lèvres incurvées.

    - Bon, écoute moi bien, morveux. J'vais pas passer ma soirée à...

Le reste se noya dans la chanson suivante et la musique, à la raison d'un mot mangé sur trois. Fane entendait encore la majorité du dialogue mais était incapable de faire les liens logiques entre les mots et les fragments de phrases. Les mains serrées autour de son verre vide, il battait des cils l'air incrédule, vaguement attentif par politesse, l'esprit se divertissant avec une dernière goutte de diabolo-cerise glissant le long de la paroi transparente jusqu'à ses doigts. La dernière phrase en revanche, prononcé dans une brève dépression sonore lui parvint intacte aux oreilles. La personne qu'il avait bousculé en partant du bar ? Il se détendit imperceptiblement. Okaaaay il ne s'agissait pas d'une sorte de taré, de serial killer, déséquilibré mental ou quoi que ce soit dans le genre. En revanche... Des excuses ? What ? Ses oreilles bougèrent doucement, derrière les boucles folles qui leur volaient la vedette. Il prit son verre entre deux doigts tâchés de sucre, le levant pour qu'il soit à la hauteur des yeux de la montagne qui lui faisait face, et agita sous son nez l'évidente absence de boisson.

    - Des excuses ? Je crois plutôt qu'on est quittes là.

Et sa voix n'avait pas du tout tremblé, il était fier de lui. Intérieurement. Et intérieurement toujours il flippait pas mal, même si son corps ne tremblait pas, même si ses yeux soutenaient les autres, sourcils froncés, provocation muette et qui se voulait aussi ferme qu'inébranlable. Dans sa tête il s'auto-réconfortait déjà. Si tu me touches je hurle. Parfaitement. Et il ne faisait peut-être pas deux mètres mais il savait se défendre, si si. Il ne savait pas encore comment mais il ne s'agissait là que d'un détail.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mar 4 Jan 2011 - 0:56

On pouvait parler dans le cas présent de jungle urbaine. Si, si! En l'occurrence, c'était le mignon petit faune versus gros matou sombre. Les yeux encore plus verts qu'à l'accoutumée à cause des lumières criantes, ce dernier dominait la scène en grondant. Quoi, il n'allait pas laisser un mioche lui taper sur les coussinets, non plus? Alors voilà, il était paré aux deux réactions habituelles dans ce genre de situation. Ou le demi-portion risquait grogner et vouloir castagner, ou il se mettrait probablement à chialer comme une lavette et appeler sa môman à la rescousse. Bon, on grossit un peu le trait, mais l'idée est là. Parce qu'attention! Ça a beau être petit, ça peut être vaguement dangereux! Y a qu'à voir Ginger, ce faune bouc taille lilliput qui compte dans la bande d'ami du fauve. Minuscule, complexé par son gabarit de nain de jardin XXS, il compense son manque de carrure par une "teignattitude" exacerbée. On l'a vu plus d'une fois mettre à bas un gars plus mastard que lui tellement il est mauvais et increvable. Le genre de parasite qui encaisse et riposte avec une énergie diabolique. Le genre de truc qui en remontrerait à un pitbull et ne lâche pas le morceau. Le genre de gars qu'Absinthe soupçonne volontier de survivre à un passage sous un bulldozer. Donc, fallait voir comment notre minus avec une bouille de faon énamouré et tout frais sorti du berceau allait réagir. Alors il fixe ce machin minus, attend de voir. Sauf que voilà, le "machin minus" ne réagit pas comme prévu. Au lieu de grogner ou larmoyer lamentablement, il se contente d'agiter comme une cloche le verre vide. Juste là, devant lui. Han? Quoi? Pas de tremblement ou de chouinement dans sa voix qui paraissait fluette au milieu du vacarme ambiant, mais pas d'animosité ou d'agressivité non plus. Ce petit gars se contentait juste de se tenir fermement sur ses deux sabots, exhibant sous son museau la preuve qu'il n'était pas le seul en faute. Ah ouais? Genre, il se pose en égale face à lui?

Ab' est carrément interloqué, et pris de cours. Il ne s'y attendait vraiment pas. Han, euh... Ouais. Puis, comme si son cerveau reconnectait, il sent que ça monte, bouillonne, crève d'envie d'éclater à l'air libre. C'est gros, c'est fort, et ça mérite de s'exprimer. Il le sent dans ses entrailles, puis dans sa gorge. Et enfin, Baoum! Ça surgit à l'air libre! Gueule béante, la voix grave qui porte malgré la musique qui tente de le noyer, le fauve ne prend même pas la peine de réprimer les spasmes qui le secouent vaguement durant quelques secondes. Pas plus qu'il ne cherche à diminuer les décibels, bien que moyennement élevés. Il se laisse aller, rit franchement et sans gêne. Oui, il rit. Ce petit gars lui en a bouché un coin, à réagir de la sorte. Un mioche pas plus haut que trois pommes, même pas un de type carnassier, et qui se pose là, devant lui, sans vouloir vouloir dominer mais visiblement sans se sentir en danger non plus.... Trop bon! Absinthe qui rit, c'est un son chaud et un peu rauque, franc et libre. Pas de ces petits couinements ridicules ni de ces éclats exubérants et trop bruyants. Pas non plus un rire de gorge ou nasillard, non. C'est plutôt grave, tranquille et énergique à la fois. Difficile à dire. Il rit, c'est tout. Un sacré morveux que j'ai dégotté là! Exit la mauvaise humeur, place à une panthère sociable ou presque, au sourire franc. C'est le gars des bons jours, la morosité et la fatigue de fin de journée se sont envolés avec la boisson de ce minus qui venait de marquer un point.


- Toi, t'as du cran! Tu m'plais, gamin!

Un big smile sur son visage, Absinthe se retourne ensuite vers le comptoirs, et commande au barman médusé une Maudite et un diabolo cerise, et qu'ça saute! C'est lui qui offre, pour une fois! Ce gamin a du culot et l'a bien fait rire, il mérite bien ça. Une tape amicale sur le dos du gosse, le fauve lui montre la boisson posée sur le bar, puis saisit la sienne pour laver le goût trop sucré qui hante son gosier. Ceux qui ont discrètement suivis l'affaire ne s'y trompent pas, le message est clair. Quelle que soit l'issu de cette rencontre atypique, pas touche au môme. Que celui-ci donne à nouveau envie de se faire niaker par le brun ou qu'au contraire tout se passe bien, le premier qui intervient la dedans se reçoit une châtaigne. Et les habitués le savent, il vaut mieux éviter ça. D'abord, parce que Absinthe sait cogner, ensuite parce que sa bande de potes risquent de s'en mêler de manière détournée, même si l'intéressé s'y oppose. Donc, on regarde juste. De toute façon, c'pas leur oignons. La panthère savoure une longue gorgée rafraichissante - enfin un truc buvable !- puis se tourne vers le morveux.

- J'mappelle Absinthe. Et toi, demi-portion?

Puis, après un instant de réflexion. Par pure curiosité sur cet étrange phénomène qui arborait encore ses taches de faon.

- Au fait, on ne t'a jamais dit que c'était dangereux, de jouer avec le feu comme ça?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mar 4 Jan 2011 - 19:17

Fane avait sursauté, peut-être esquissé un pas en arrière. Il ne s'y était pas attendu, à ce rire en éclats, si puissant qu'il couvrait la musique, même les basses momentanément. Il n'était pas totalement persuadé que ce soit bon pour lui. En même temps la voix n'était pas déraillante, fatiguée, ou quoi que ce soit. Il était à soixante-dix pour cent convaincu qu'il était face à une personne en bonne santé physique comme mentale. Et quelques mots, audibles malgré le bruit achevèrent de le rassurer. Il se força à ne pas sourire, même s'il commençait tout juste à appréhender le genre de personne qui se trouvait en face de lui, pas le genre de personne qu'on dénichait le plus fréquemment en boite, il le voyait mieux... en plein air et au soleil. Il se demandait si la politesse exigeait de lui de partir ou de rester encore un peu au vu de la situation quand il entendit qu'on lui commandait une boisson. Carrément cool. Et en même temps dangereux vu l'endroit où il était, mais il s'était déjà prouvé qu'il ne risquait rien côté prédateurs sexuels. Une petite tape dans son dos fit rebondir ses poumons contre sa cage thoracique, l'étouffant une seconde, mais il s'attacha à ne rien en laisser paraître. Il articula un « Merci » qu'il s'efforça de rendre audible et jeta un regard hargneux au tabouret. Pff. Et pour la deuxième fois choisit de ne pas l'affronter. Surtout que maintenant qu'il y avait plus ou moins quelqu'un à ses côtés -enfin qui avait échangé deux mots avec lui- ce n'était plus le moment de tenter une escalade aussi hasardeuse qu'anti-classe. Il posa son verre vide sur le comptoir, retournant son poignet et dardant une langue teintée de colorant rouge pour la débarrasser de la sensation poisseuse du sucre. Une nouvelle boisson fut bientôt poussée devant lui et il approcha lentement le verre de ses lèvres, dilatant doucement ses narines à l'affut d'une quelconque odeur suspecte. Il n'y avait rien évidement, rien que le sucre, l'arôme de cerise et les bulles, un mélange d'alcool, confus et lointain provenant en concert de bouteilles fermées, et l'odeur des personnes les plus proches. Il avala une gorgée avec reconnaissance et tendit l'oreille dans la direction du fauve.

    - Ça vous va bien. Je m'appelle Fane.

Le "vous" sonnait bizarre sur ses lèvres. Mais enfin il était plus grand, visiblement plus âgé... évidemment qu'il allait lui donner du vous. Jusqu'à contre-ordre. Bon en fait c'était surtout parce qu'il avait l'air plus âgé. Oui parce que s'il devait vouvoyer toute personne le dépassant d'un centimètre... Il haussa les sourcils dans son verre à la simple idée. En tout cas il ne répondait pas à "demi-portion". Avant peut-être, mais il s'était résigné depuis un moment. Qu'est-ce qu'il pouvait dire c'était vrai, il était petit pour son âge. Mais il s'en foutait, il grandirait un jour, il le fallait. Il deviendrait... Grand déjà, ce serait une victoire en soi, mais il rêvait d'une silhouette longiligne aux interminables cheveux noirs, comme tracée à l'encre de Chine. Non loin du bar l'entrée déversa un flot important de nouvelles personnes, qui, rituel oblige, se ruaient soit vers le bar, soit sur la piste. Dans le premier cas il n'était pas rare d'effleurer ou bousculer légèrement les clients déjà accoudés, qui en faisaient en général peu cas selon leur tolérance. Fane fut tiré de sa rêverie par un accident, banal en somme mais toujours très désagréable. Une main furtive qui avait surgi de la foule, avait suivie la rondeur de ses fesses du bout des doigts avant de se refermer sur sa queue fauve et blanche, puis disparaître. Un gros frisson le parcourant, hérissant ses cheveux à la base de sa nuque et tendant anxieusement ses oreilles. Il se retourna mais bien évidemment ne vit personne, juste une foule anonyme, aucune paire d'yeux ne le regardait. Légèrement perturbé, il revint à sa discussion avec Absinthe, se collant malgré lui un peu plus contre le bar.

    - Je ne crois pas risquer grand chose...

Réponse un peu évasive, un peu courte, comme s'il avait -à raison- la tête occupée par autre chose. Mais sinon il savait se défendre. Enfin en théorie. Il avait l'esprit belliqueux des gens de son âge mais pas les armes qui allaient avec, ses bois qui n'avaient jamais poussé. Être élevé depuis l'enfance par des parents qui réglaient tous leurs problèmes à coup de tête aidait aussi. Jusqu'ici Fane n'avait jamais eu à se battre sérieusement mais on avait instillé dans sa tête l'idée que le moment venu il saurait quoi faire. Alors il ne s'en faisait pas trop. Résistant à l'envie de jeter un nouveau coup d'oeil par dessus son épaule -au cas où- il lança un regard à son pourvoyeur de boisson.

    - Vous êtes là pour quoi ? Je vous imagine pas danser.

La question était posée avec une innocence évidente, à vrai la même que possédaient les enfants de moins de dix ans qui veulent sincèrement comprendre pourquoi le monsieur a les cheveux bleu ou les hanches trop larges. Bruit de paille au fond d'un verre. En d'autres occasions la même question posée par la même personne aurait plutôt signifié "Haha vieille loque !", mais là... non. On ne martyrisait que les proches, les personnes dont on peut prévoir les réactions, pas les parfaits inconnus de deux mètres qui découvraient leurs canines en feulant. Simple question de selection naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mar 4 Jan 2011 - 20:08

Le gamin est marrant : il a un tabouret à côté mais préfère ne pas s'assoir. Bon, ceci dit.... Vrai qu'il aurait semblé l'escalader. Boarf, au fond, le félin s'en moque. Le p'tit fait bien ce qu'il veut. Le vouvoiement, par contre, lui glace le sang. Quoi, j'fais si vieux que ça? Bah merde... Sirotant sa bière tranquillement (c'était tellement mieux que cette lavasse sucrée qu'il avait dut ingurgiter), il observa le gamin une fois encore. Cette fois, avec un regard neuf et curieux. Le tas de consommateur qui venait de débarquer dans la boite lui passa trois mille au dessus, et il nota simplement un brouhaha grandissant et un espace vital toujours plus restreint. Tché, voilà pourquoi il ne venait ici qu'à petite dose. Ou alors, il était vraiment vraiment désespéré au point de vouloir mourir. Des grand yeux plutôt jolis et à la teinte délicate, un air vif bien que peut être intimidé, ce gamin donne l'impression d'avoir dans les quatorze ans tout frais au grand maximum. Mais la manière dont il a fait face ne ressemble pas vraiment au genre de bêtises que peuvent débiter les ado en pleine crise. Alors quoi, il cache bien son jeu et s'hydrate à l'eau de jouvence 24/24h? Les petites tâches qui lui donnent cet air adorable du gosse à qui on donne le bon dieu sans confession ont pourtant l'air d'être bien déterminées à rester encore un bon moment. Si vraiment il a un peu plus, il doit en ramer un peu pour qu'on le prenne au sérieux. D'ailleurs, question débile mais... Comment il a fait pour entrer? Okay ils ne sont pas trop regardant, mais quand même! Pauvre petite chose... Mais passons, le jeunot a posé une question, va falloir y répondre. Par contre avant, régler un truc important.

- Enchanté, Fane. Hum, évite le vouvoiement, j'suis pas si vioque que ça... Et pour le purquoi de ma présence ici... J'avoue aussi me le demander en ce moment. J'suis juste coursier, en échange du taf ils me filent un verre ou deux en guise de pourboire. Mais là... Commence à y avoir du monde, de quoi devenir agoraphobe si c'est pas d'ja fait. Si t'es là, j'suppose que c'est parce que ça te plait, à toi, non? Cette foule et danser...

Le dos contre le bar, les coudes calés confortablement, Ab' observe les mouvement de foule. Pathétique, ça lui rappelait toujours les bancs de poissons. Hey, les gars! Y a de la place dans les océans, alors aérez vous un peu les méninges, ça vous f'ra pas d'mal! Après quelques instants ainsi, hop, on pivote! Retour au comptoir, à la bière avant qu'elle ne tiédisse, au mioche. Puis il repense à la question du petiot. Danser... Pourquoi les gens dansaient-ils? Pour la capoeira, le classique le rock... Okay, c'est un art de danser dans ces cas là. Mais en boite? Compacté comme des sardines en conserve? Quel intérêt? On se fait tripoter par tout le monde, avec tout juste la place pour se dandiner et secouer la tête... Encore heureux que le ridicule ne tue pas, il y aurait une hécatombe! Absinthe imaginait déjà les gros titres dans la presse... "Un groupe de danseurs foudroyés!",ou "Thématique été : comment danser sans danger!".... Lamentable.


- Hey, Fane, t'es tout seul au fait? En général, les gens viennent en meute... J'connais pas des masses de solitaires comme moi qui se pointent en solo dans le coin. Pis je te parle pas des pervers... Faut faire gaffe à eux.

Il ne peut pas s'en empêcher, et gronde un peu. Jette un coup d'œil dans le coin, par réflexe. Des obsédés, y en a partout. Le félin n'aime pas vraiment vraiment ces gars là. Ou plutôt, il ne les apprécie vraiment vraiment pas. Okay, open your mind, tolérance et tout, mais on parle de détraqué là. Ce genre de type qui fout le bronx et s'attaque à des plus faibles par esprit vicelard, ça le fout salement en boule. Genre ils se croient tout permis? Bande de malade dégénérés! Oui oui, s'il y a un truc (enfin, un des trucs) que la panthère ne supporte surtout pas, c'est ce genre de gars. Bon, heureusement, y en a pas de masses, mais faut avouer que la discothèque, c'est un terrain de chasse privilégié pour eux.... Un autre vague grondement lui échappe, et un frisson lui parcourt l'échine. Il n'aime pas la foule, ça le rend nerveux et lui tape sur le système. Bon, il parlote encore deux secondes avec ce gosse parce qu'il l'intéresse, et cassos! Le grand air lui manque, et ses roller le démangent. Trop de monde tue le monde. Un coup d'œil à son cadran de portable lui confirme tout cela. En plus, les autres doivent déjà être à l'Arche, il pourrait passer les voir... L'Arche, c'est le nom qu'ils ont donné à leur Q.G. Parce qu'ils sont tous différent et pourtant qu'ils cohabitent, c'est un joyeux melting pot qu'ils font à vivre ainsi tous ensemble. Bien sûr, ça pète de temps en temps (et Ginger est souvent, très souvent dans le tas qui cogne), mais dans l'ensemble ça se passe bien. Ils se comprennent, se tolèrent. Peu importe qui vient, tant que l'ambiance reste bonne en général, tout le monde est bienvenue. C'est un peu le Q.G porte ouverte, quoi.


Dernière édition par Absinthe Shanazar le Mar 8 Fév 2011 - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mar 4 Jan 2011 - 22:23

Là de passage à cause du travail en somme. C'était un oiseau bien plus rare que les clients occasionnels et les accoutumés. Petite victoire ? Hey chacun évitait la dépression comme il pouvait. Et il avait raison, la personne en face de lui ne dansait pas. De quoi songer en reprenant une gorgée de liquide à haute teneur de glucose. C'était triste quelque part, il se demandait ce que ça aurait donné. Peut-être un truc catastrophique, et voir un félin se ramasser était un spectacle rare. Il décrocha de la paille pour secouer la tête.

    - La foule non, j'aime pas trop c'est oppressant. Mais si la salle était vide ce serait pire tu vois. Mais danser oui c'est... cool.

Il avait hésité sur le mot à prononcer mais bon, comme Absinthe venait de le dire, il n'était pas si vieux, et s'il utilisait un vocabulaire différent et bien... il comprendrait toujours. Danser. Un sacré truc hein quand vous étiez munis de sabots. Étrangement on vous pardonnait encore moins que les autres quand vous marchiez sur un pied. Et puis question équilibre il fallait repasser un autre jour. De ce côté là Fane ne s'en sortait pas si mal, comme il n'avait jamais été nul en course de toutes les sortes. Il avait pris le temps d'apprendre à bouger, à défaut d'apprendre à danser, de faire des mouvements qui différaient un peu des autres, et qui bien que simples restaient jolis. Ça datait de l'époque où il venait dans ce genre d'endroit en espérant y trouver le prince charmant, c'était fini cette époque de folle espérance, frivolité et battement de coeur à chaque frôlement. Seize ans et déjà blasé, si ça ne méritait pas un autre diabolo-cerise ça...
Absinthe grognait de temps à autre, sans doute à cause de la foule qui se refermait, de l'envie qu'il devait avoir de partir. Les boîtes devaient être si étouffantes et glauques pour ceux qui n'aimaient pas. Srrrrr. Bruit de la paille qui essaie vainement d'aspirer du vide, Fane reposa son verre avec une petite moue. Deux verres, enfin un et demi et toujours personne en vue. Justement Ab en parlait.

    - Ma meute est en retard, et j'étais en avance. Enfin... Quand t'attends tout seul dans ce genre d'endroit tu te demande un peu pourquoi t'es venu. Et pour ce qui est des pervers (ses oreilles s'agitèrent nerveusement) je crois savoir qu'ils s'intéressent pas aux gens dans mon genre.

Il avait eu un contre-exemple il y avait précisément huit minutes treize, mais détail. Si ce type l'avait regardé en face avant il n'y aurait certainement pas eu de main baladeuse. Peut-être qu'en réfléchissant bien cela signifiait quelque part qu'il avait des fesses attirantes. Mh ? Des gens au fond en train de faire une choré en chantant "la positive attitude" ? Presque. Et alors ?
Ne t'en fais pas Fane, tu le trouvera un jour ton prince charmant, quelqu'un qui ne va pas tailler la route en te regardant dans les yeux. C'était quand la dernière fois qu'il avait embrassé quelqu'un déjà ? Ha oui. Quand il avait perdu un pari. Super.
Le poids sur une jambe, il tapotait doucement le sol d'un sabot, ce qui ne s'entendait absolument pas dans le bazard ambiant. C'est plus ou moins que qui causa sa perte. Quelqu'un passa un bras au dessus de lui, certainement pour atteindre le bar. Sauf qu'au lieu de partir vite fait bien gentiment la personne s'imposa, l'écrasant sans le voir apparemment -il ne fait que quinze centimètres de moins qu'elle au bas mot, l'éclipsant bientôt derrière un dos et une chute de rein savamment mise en valeur par un haut sans manches et un pantalon taille basse. Oh joie. Quelqu'un attiré par la beauté sauvage d'Absinthe. S'éclipser, ce serait peut-être bien. Après tout là il avait fini son verre, il pouvait discrètement les laisser "entre grands". Dommage pour lui, il n'était pas resté mentalement aussi jeune qu'il le paraissait physiquement. Il aurait pu considérer les parades amoureuse d'un air hautain et vaguement dégouté, comme lorsqu'il était enfant. Seulement en vrai les phéromones agissaient sur lui aussi, il crevait juste d'envie d'être comme tout le monde. Mais ça. Une queue tachetée vint danser sous ses yeux. Un autre grand félin semblerait-il. Il pourrait la tirer. Il en était là sa ses plan pour Rappeler son Existence au Monde quand ledit appendice, las d'onduler sous ses yeux lui épousseta le visage. Peut-être un incident, songea-t-il, mais ça recommença, encore, encore, et encore. On le jartait quoi en fait. Allez Fane, va jouer dans ta chambre, je voudrais faire un câlin à ton père. Et comme il aurait dit en version originale ; you're fu**ing kidding me ? Il se racontaient quoi d'abord, dans leur discussion interdite aux moins d'un mètre soixante ?

    - Heum... pardon ?

L'intrus se retourna vers lui, pas tant à cause de son aura charismatique qu'à cause de la queue qu'il avait -juste un peu- empoignée comme une anguille. Et Fane put se dire "guépard". A cause des traits noirs indélébiles sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mer 5 Jan 2011 - 18:35

Ainsi donc ils étaient deux à préférer l'air libre plutôt que de se confiner avec la foule? Pourtant, le morveux a dit attendre des amis ici. Venir en boite, juste pour danser? Pourquoi, alors qu'il y a tant d'espace en dehors pour ça? Décidément, la pression sociale et le besoin de reconnaissance n'ont décidément aucune limite... Absinthe réprouve ce genre de code social qui poussent les gens à se comporter d'une certaine manière afin d'avoir des bon retour de la part d'autrui. Esprit faible, craintif, qui nécessite la masse pour se sentir en sécurité. Tss, encore un truc de mouton... Ou d'herbivore en général, même. Quoi que, les lions cohabitaient bien ensemble, la plupart du temps, non? Ouais mais pas pareil : suffit de les voir s'entre déchirer quand ils sont en désaccord.... Rien à faire, un carnassier reste un carnassier : quelqu'un de plus indépendant, et avec plus de volonté que le reste. Enfin, le plus souvent. De la volonté, ce petit semblait en avoir pas mal, pourtant. Dans une autre vie, il aurait pu faire un bon félin... Peut-être. Mais qu'importe.

D'ailleurs, en parlant de félin... C'est quoi, ça? Le sourire de la panthère se volatilisa pour faire place à un masque hautement indifférent, sinon hautain. Un peu du genre : « Qui es-tu, larve ? ». Devant lui, le petit faune avait fait disparu au profit d'un BG, comme on dit de nos jours. Un Beau Gosse, mélange lamentable de tout ce que peut réunir le Fashion clinquant et le sacro-saint Blingbling. Sans oublier la petite touche de narcissique assurance que l'individu affichait. Comme si, parce qu'il plait aux mignonnets émotifs, il allait pouvoir satisfaire le brun. Tsh! Je ne me tape pas n'importe quoi, repasse plus tard!. Et en plus un guépard... Pourquoi un guépard, qu'avait-il fait de mal? Le coursier trouvait leur maquillage trop voyant, les déhanchés trop marqués... Et puis, vous avez déjà couché avec un guépard? C'est tellement sec et nerveux, comme physique, que ça en devient inconfortable. Lorsqu'il avait tenté, Absinthe avait eu le désagréable sentiment qu'il allait briser son partenaire en deux tant il paraissait frêle... Grand, oui. Solide, pas sûr. Et aucune endurance! Hum! Bref, quitte à se laisser aborder, autant que ce soit par un gaillard qui lui plaise davantage... Mais ce soir, la question ne se posait pas de toute façon : il discute avec le jeune faune, donc merci de nous foutre la paix. L'hôte forcé, de son côté, affiche avec vanité un corps certes fort agréable à regarder, mais proposé avec un peu trop d'insistance pour que le sombre mâle ait envie d'y gouter. Esprit de contradiction, quand tu nous tiens... Fane, de son côté, a été emporté comme un fétu de paille et renvoyé au loin. Pas si loin, remarque, Absinthe peut encore sentir son odeur, qui survit faiblement au fumet parfumé du dragueur.


-Hellow, je t'offre un verre? Ça fait un moment que je t'observe, et j'ai envie de te connaître davantage.

L'insistance avec laquelle ce dernier mot, ce susurrement de chaud lapin ( désolé pour les rongeurs) avec lequel il a été prononcé, tout cela en dit long. Bah alors mon coco, t'as les hormones qui te travaillent? Pauvre gars, s'il savait à quel point lui même est étranger à ce genre d'avance... Ouais, Ab' est vaguement coutumier de ce genre de situation -surtout en boite où ils ont tous le feu aux fesses. Du coup, il invente de nouvelles parades, innove dans le genre. Ou pas. Se prétendre casé? Bof, pas terrible, tromper son conjoint ne leur semble jamais grave. Dire qu'on est malade et que ça peut être dangereux ? Bin voyons, tout le monde sait que les maladies du genre sont monnaies courantes. Même menacer de castagner, faut bien choisir le gars : une fois, le fauve était tombé sur un masochiste.... Bonjour la scène! Moralité : dire le truc cash puis ignorer totalement l'autre est une solution plutôt potable dans le sens où le dragouilleur se sent généralement vexé et se barre. Sauf que là, problème : on avait affaire à un lourdingue persuadé d'être irrésistible, et qui risquait de s'accrocher dans tous les cas. Désolé morveux, mais tu vas me filer un coup de main, que tu le veuilles ou non. Il se lève et observe un quart de seconde son vis-à-vis, qui continue de se croire désirable. Pathétique. Puis, celui-ci se retourne brusquement et se met à regarder celui qu'il a envoyé au loin avec bien moins d'amabilité. La panthère réprime un sourire, amusé une fois encore de la réaction de celui-ci : pour bien faire valoir son existence, le voilà qui a empoigné la queue tacheté qui visiblement le titillait et toussote. J'arrive mon gars. Qui aide qui, au finale? Ab se lève, donc. Écarte fermement le tacheté, et retrouve le petit Fane englouti dans une foule toujours plus dense. Avec un sourire, il s'approche de lui et passe un bras autour des frêles épaules alors qu'il le ramène vers son tabouret. Enfin, son... Disons que c'était le sien même s'il n'était pas monté dessus, okay? Mode Protector : ON.

-Tu vas bien? Pas de casse?

Puis, il le saisit par la taille, le soulève sans trop de problème, et le pose sur le fameux siège. Pof! Ceci fait, c'est comme s'il réalisait enfin l'existence du Don Juan qu'il avait pourtant écarté quelques secondes plus tôt. Tiens, t'es encore là, toi? Une main toujours posée autour de la taille juvénile du jeune cerf comme si cela avait toujours été sa place, adossé au bar tout en restant contre son protégé, Absinthe saisit sa bière dont il boit une gorgé en toisant l'inconnu. Dégage, Casanova. T'es pas mon genre. Avec le plus grand naturel, il love sa longue queue noire autour de la jambe du Faune. Ses doigts frôlent la peau délicate, comme on touche un objet fragile mais précieux. Ce ne sont que des petits gestes, de petites choses que la plupart des gens ne verraient pas forcément. Mais lui, le tacheté, il le verra. Toutes ces petites attentions, ces mignonnes preuves de tendresse, elle lui sauteront aux yeux ça ne fait aucun doute. Tant mieux : c'est le but, justement.

-Tu m'offre un verre? Trop gentil, t'en paye aussi un à mon ami, alors?

Et le coup de grâce qui acheva le jaunâtre qui déjà perd de sa contenance. Adressé bien sûr à Fane auquel il était toujours collé, avec toujours ce mélange d'attitude protectrice et attentionnée. Tiens, il allait même se fendre d'un ronronnement, pour la peine! Absinthe sortait le grand jeu pour l'importun, et cela ne le gênait pas plus que ça : Show must go on!

- Tu veux boire quoi, my dear?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mer 5 Jan 2011 - 23:55

Même derrière un guépard d'un mètre quatre-vingt Absinthe se montra très visible quand il quitta son tabouret pour se dresser sur ses jambes. Fane hésita un instant à le héler, avant de se raviser. Ce n'était le problème de personne d'autre s'il se faisait oppresser par... ça. Il pourrait lui pincer les fesses ce serait drôle. Ouais, s'il se retournait son regard passerait loin au-dessus de sa tête, haha. Bon mieux valait partir peut-être...
Sauf que contre toute attente le félin vint dans sa direction, contournant ostensiblement la personne qui s'était incrustée à la sauvage. Il se retrouva juché sur un tabouret, retenant le coup de pied qu'il avait faillit envoyer comme réaction viscérale à tout contact trop prononcé au sein d'une boîte de nuit. Il n'était pas sûr de comprendre, il hocha doucement la tête pour montrer que tout allait bien pour lui, attendant la suite. Absinthe ne partit pas, restant même franchement collé à son dos, et un peu à son bras, chaleur évidente malgré quelques épaisseurs de vêtements. Le faon crispa ses doigts sur le rebord du fauteuil quand une nouvelle lanière de fourrure noire vint s'enrouler le long de sa jambe. Il se passait quoi là au juste ? Puis il leva les yeux, tomba sur la face décomposée du guépard et ne put s'empêcher de sourire. Ha ouais. Qui aurait cru que les vieux puissent être aussi drôles ? Il profita des doigts de la panthère contre sa joue pour se tourner dans sa direction et lui lancer un sourire enamouré digne des meilleures romances à l'eau de rose. Son expression racontait son histoire ; quelque soit la façon cet homme fort avait su le trouver et lui apporter une protection et une affection sans pareille, il nageait en plein premier amour, celui qui n'avait aucune désillusion, aucun désenchantement, et la personne qui était près de lui était son prince charmant, maintenant et pour toujours. Voilà on pouvait lire tout ça sur son visage traître. Un autre jour, dans d'autres circonstance il aurait été franchement triste pour l'autre grand félin qui semblait se décomposer sur place. Mais ce soir on lui avait posé un lapin, jeté au bar et tripoté les fesses, et sa patience avait des limites peu étendues. Ses oreilles s'agitèrent doucement, craignant un instant d'avoir mal entendu avec le bruit venant de la piste et des enceintes, mais non, c'était bien un ronronnement. C'était amusant, il sentait la vibration dans la cage thoracique d'Ab. Il aurait aimé pouvoir faire un bruit distinct lui aussi, enfin... Un bruit classe, pas des couinement par exemple. Et bramer c'était... Nan, c'était moche, définitivement. Son rôle le rappela bien vite, à coller sa joue contre le t-shirt sombre et battre des cils -trop exagéré non ?

    - Oh je prendrais bien un... un jus de mangue.

Il se tortilla sur son siège pour ne pas rire. Oh pour moi ce sera un coktail à la papaye s'il vous plaît ? Comment ? Pas de papaye ? Alors disons... Grenade ? Oui grenade c'est bien, vous n'avez pas non plus ? Premier amour, jeune garçon très policé; légèrement bobo sur les bords s'achetait des petits tailleurs sur mesure et des culottes en dentelle. Bon le fait était qu'il avait réellement des culottes en dentelle, mais pas que. Il avait aussi des vieux vestiges d'enfances non moins glorieux avec des petits motifs de fraise. Celle qui portait en ce moment ça devait être celle avec le chaton endormi et roulé en boule. Mais bon personne ne le saurait jamais, tant mieux. Balançant joyeusement ses sabots dans le vide, il adressa un sourire faussement chaleureux au pauvre guépard qui n'arrivait pas à quitter la place, s'accrochant à un bras d'Absinthe dans l'étreinte grandement menaçante du "petit ami mignon et candide qui étripait joyeusement ses rivaux quand son cher et tendre avec le dos tourné". Radical. L'autre marmonna quelque chose comme quoi désolé on l'attendait en fait. Royal. Fane le suivit des yeux, jusqu'à ce qu'il disparaisse au milieu des danseurs. Danse de la joie ! Intérieurement quand même, en présence de ses amis il aurait peut-être levé les bras et ondulé comme une algue. C'est dans l'air ! Et tout d'un coup le petit bobo naïf disparu, quand il leva les yeux vers Absinthe en se fendant d'un large sourire aux goût de malices.

    - T'es plutôt pas mal pour un vieux.

Ça y est c'était dit, n'empêche qu'il le pensait. Le pourcentage de chances de s'amuser autant avec un inconnu n'était à vrai dire pas très élevé. Ab lui tombait du ciel, peut-être que son karma d'asticot mort essayait de rectifier le tir pour aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Dim 9 Jan 2011 - 21:02

Oh... Mon... Dieu!! Ce gamin... Il a du potentiel ! Non seulement il n'a pas bronché ni tout fait capoter quand la panthère a commencé à jouer les amoureux transis, mais en plus il est allé jusqu'au bout! Et que je te fais un sourire énamouré, et que je tourne un visage béat, et que j'adopte des mimique niaises au possible... Il est même allé jusqu'à poser la tête contre son torse et lui agripper le bras. Pauvre Casanova, ça a du être un coup dur de se voir détrôné en beauté par un morveux niais au possible et avec une bouille de gosses... Il est parti sans demander son reste. L'orgueil à dut en prendre un sacré coup... Justement, le gosse, puisqu'on en parle, c'est pas un compliment foireux qu'il vient de lui faire, là? "T'es plutôt pas mal pour un vieux."... Ça le tue sur place, le pauvre félin. J'fais si papy que ça?. Sa longue queue se désolidarise de la jambe du faune, et fait quelques battement nerveux alors qu'il marmonne un vague grommellement en guise de réponse. Puis, lui même s'écarte après avoir fini sa bière, mais pas avant. Faut pas perdre ses priorités de vue : la bière tiède, c'est infect!. Après avoir posé la bouteille vide, et forçant les quelques paumés agglutinés au comptoir à s'écarter, il étire longuement ses bras avec un autre grognement, cette fois de plaisir. Jouant de ses doigts qu'il tire à leur maximum avec délectation tout en faisant le gros dos pour délier celui-ci, puis des épaules... Qu'est-ce que ça fait du bien! Par contre, là, la boite qui se remplissait.. Il arrivait à saturation!

- Bon, j'en ai marre de ce monde, je sors. Tu veux venir? Le temps que tes amis arrivent? 'Fin bon, j'te force pas, fais comme tu veux.

Le petit fera ce qu'il voudra, mais lui, il trisse! Négligemment, il règle leurs deux consommations. Laisse le barman garder la monnaie pour la peine. Un verre offert, la suite on trinque, normal. Alors il fraye son chemin à travers la foule, esquive les clients, roule à petit pas. Dur dur de se retourner pour voir si le morveux suit, ça sera la surprise une fois dehors. De toute façon, sa vie ne s'écroulera pas s'il en vient pas. Chacun son chemin... Même s'il est vrai que ce petit gars l'intrigue. Au fond, on pourrait même dire qu'il y a un vague début de franche sympathie pour lui. Alors qu'il ne le connais pas. Et que c'est un morveux. Tché! J'deviens sentimentale... S'ils s'en rendaient compte, Ginger, Doyle et Seymour allaient bien se payer sa tronche. Suffira qu'ils ne le voient pas... Ouais mais non, ils le connaissent bien : ils le verront, c'est sûr. Bah, au fond j'm'en fous... Après avoir tracé son chemin jusqu'à la sortie, à laquelle il n'est pas parvenu aussi vite qu'il l'aurait souhaité, mais pas grave. Au moins, il y était. Alors qu'il respire avec satisfaction l'air frais de l'extérieur, une vibration se fait sentir dans sa poche arrière. Vibreur court. Texto. Une clope et j'look ça.. Puis, une fois la cigarette allumé et fichée au bec, le voilà qui jette un coup d'œil à son téléphone. Comme il s'en doutait, le texto vient de Doyle. L'ours lui signale simplement qu'à l'Arche, ils ont enfin ravitaillé le fridge en boisson de tout genre, le truc parfait pour se rafraichir. Intéressant... Et tentant.

- Bon, bah go l'Arche!

Et le morveux il était là ou pas au final? Hmm, il allait lui laisser le temps de venir jusqu'à ce qu'il ai finit sa clope. Une fois qu'elle serait fini, let's go! Avec ou sans faon sur les pattes. En y repensant, c'était déjà pas mal étonnant qu'il veuille l'y emmener : les gens qu'il avait invité à l'arche se comptaient sur les doigts d'une main. Et encore, il restait de la place! En fait... Y en avait eu que deux. Deux ex (si on peut parler d'ex...) qui au final étaient devenu des amis en plus d'être des amants. Complémentarité, en somme. Sauf que là... Non, c'était pas vraiment comme ces deux là. Ni du genre d'Ethan, ce grand loup dont les yeux hors normes avaient attirés l'attention de la panthère, ni celui de Kev', petite mangouste mais qui ne manquait pas de répondant... Ni le même genre de relation! J'touche pas franchement aux mineurs de toute façon, mais les autres truffes je les entend déjà avec leurs conneries... Shit!Fumant tranquillement sa cigarette et le regarde se perdant dans les méandre de la fumée bleuté, Absinthe songeait à ces deux là, et un peu aux autres... Y a de la matière!

(Petit post désolée >>)


Dernière édition par Absinthe Shanazar le Dim 13 Mar 2011 - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Sam 15 Jan 2011 - 23:39

Le (grand) fauve était occupé à finir son verre. Fane suivit des yeux la longue tige de fourrure épaisse, comme fasciné par sa capacité à onduler. C'était autre chose que... Enfin. Différent de ce qu'il avait lui. Mouvement dédaigneux de ses oreilles. Non non sa petite touffe de poils blancs et fauve était très bien là où elle était, si quelqu'un entendait ses pensées il devait plutôt se concentrer sur sa taille de nain à faire évoluer. Non mais sans blague. Dieu, si tu es dans ma tête, fuck you. Nouveau haussement de sourcils en lapant les dernières gouttes sur les contours de son verre, il écoutait vaguement le bruit discret de quelques vertèbres qui craquaient doucement à proximité de ses oreilles. Ce qui l'amena sur un débat passionnant, ce genre de bruit était-il affecté par la qualité de la chair qui l'entourait ? Un tel craquement aurait-il était plus sec chez quelqu'un de tout maigre et osseux ? Il en était persuadé.
Un nouveau client s'installa au bar à ses côtés, poussant ses jambes sans vergogne en prétendant ne pas le voir. Fane pivota sur son tabouret, posant son verre sur le bar dans un petit bruit sec quand Absinthe marmonna quelque chose, à propos de sortir comprit-il. Sortir. En réflexe, sa main glissa doucement dans sa poche, attrapant son téléphone. Petit carré de lumière, on lui signalait deux appels manqués et un message. Comme quoi ils étaient vraiment des lâcheurs. Le petit groupe semblait avoir préféré le bar fourni de la maison d'un certain Keele plutôt que de le rejoindre. Bien sûr il était invité à les rejoindre, seulement il n'avait aucune idée de qui était ce type, encore moins d'où il habitait. Et puis sérieusement... Il avait assez fait d'efforts pour eux ce soir. Quand il releva les yeux, Absinthe était parti. Il lui fallut une seconde pour évaluer quelle situation entre le suivre et rester encore serait la plus avantageuse. Et rapidement il sauta à bas de son perchoir et profita du sillon laissé par le grand félin pour atteindre la sortie. L'air frais le cueillit, lui mordit les joues et lui chatouilla la gorge, picotant ses poumons comme s'il respirait du soda. L'autre était deux pas devant lui, un cylindre de nicotine entre les lèvres et les yeux sur son téléphone lui aussi. Peut-être qu'on l'apellait. Si lui s'en allait, allait-il rentrer ou s'aventurer tout seul en boite ? Soirée pourrie ou soirée pourrie ? Mh attend j'hésite.
Il attendit à distance que l'autre range son cellulaire, profitant simplement du froid. Les rires vieux de quelques minutes à peine lui semblaient déjà bien loin. Peut-être allait-il rentrer chez lui, habillé pour rien, et tracer de grandes lignes à l'encre dans des carnets. De longs traits d'encre noire, à n'en plus finir à déborder sur ses murs et sur ses meubles, comme une promesse.

« So
Sleep, sugar, let your dreams flood in,
Like waves of sweet fire, you're safe within
»

Léger bruit de sabots sur l'aspahalte, et les mains nouées derrière le dos, il se pencha en avant en direction d'Absinthe. Il allait lui manquer, lui et ses grimaces doucement dédaigneuses. C'était une belle rencontre à garder en mémoire.

    - Tu vas rentrer ? Mes amis ont décidés de ne pas venir alors on pourrait... faire un bout de chemin ensemble, improvisa-t-il avec un naturel qui le surprenait lui-même, Tu pars dans quelle direction ?

La même que la sienne ou approximativement il espérait. Marcher c'était cool. Marcher la nuit, avec quelqu'un cela s'entend, était presque deux fois plus cool. Pas à cause du cadre pseudo romantique instauré par la lune blafarde et les étoiles froides et lointaines, mais à cause de la nuit, du manque de gens, de yeux pour regarder.

(moi aussiiii 8D)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Dim 16 Jan 2011 - 0:49

Bleue, cette fumée dans laquelle le fauve perdait son regard. Noire, la nuit qui doucement les avait enveloppée, tel un cocon protecteur. Comme la plupart des félins, Absinthe aime cette ambiance particulière, ce doux velouté de l'animation urbaine qui, comme pour respecter ces délicates lumières parsemées par les lampadaires, ne se résume qu'à quelques fenêtres éclairées et des silhouettes tapies dans l'ombre. Si Ab' aime la nuit, cet éclairage néons de boite de nuit, il le trouve sale. Oui, sale. Tout est jaune, à cause de lui, et pisseux comme cet endroit dans lequel il est décidément trop resté. Derrière lui, deux sabots heurtent le pavé, signalent une autre présence. Tiens, alors il est venu? Clope au bec et un fin sourire aux lèvres, le voilà qui se tourne vers le petit faune. Pauvre gars, lâché par ses propres amis... Mais étaient-ce des amis? À l'invitation de marcher un bout de chemin ensemble, la panthère sourit franchement : et s'il l'emmenait à l'Arche? Allez, avoue que t'en a envie mon p'tit père... Faudra juste faire gaffe à Ginger, il va être deg' qu'une autre faune soit moins crack nain que lui. Allez, c'est décidé, il l'invite! Sauf qu'évidemment, c'est une invitation à la féline : ça va vite!

- Bah si ça te tente, j't'invite à l'arche. C'est notre Q.G, avec des potes. C'est confortable, et y a du ravitaillement. À toi de voir. Ah, c'est vers la lisière du quartier Ouest, donc si tu viens, bien sûr j'te ramène pour être sûr que t'as pas d'emmerde. Normal.

Puis, un rapide coup d'œil à ce faon taille crevette lui dit que même s'il est 23h, ou peut être à cause de ça, il va le raccompagner un bout. Histoire de contrer la sélection naturelle, en gros. Pis ce p'tit gars là, il l'avait bien fait rire, il méritait bien ça. Par contre, comme le coursier n'a pas envie de faire un détour, il n'en fera mention que ci le jeunot décline son invit'. Un pas, deux pas, Absinthe a déjà roulé au niveau du bambin et se retint de lui passer la main dans les cheveux. Ouais, non, il a une gueule de gosse, mais faut pas abusey... Valait mieux garder ça pour Ginger Hein mon chou, que t'es trop choupi? Mais vui, j't'assure, le plus mignon des demi portions! <3. Voir la mine rageuse du bouc de poche monter, voir le décalage entre cette gueule d'ange aux traits délicats, à la bouche pulpeuse pour laquelle plus d'un se serait damné, cette peau délicate et diaphane... Et en face les "'Tain, ferme là, l'chaton attardé ! T'veux que j'te file du lait et une pelote, aussi? J'vais t'faire gouter la confiture de dent, ouais!"... C'était à la fois déroutant et surréaliste, si on n'était pas habitué. Et plutôt amusant quand on le connait. Surtout pour Seymour, qui est un vrai géant inatteignable pour le faune. Il ne faut pas croire la légende : David ne faisait pas tomber Goliath, ou si peu...

- Bon, Fane. Tu fais quoi, du coup?

Hop hop hop, on s'décide? Moisir devant cette boite où les pochtrons qui se font jeter y laissent au fil des jours trop de traces olfactives, ça allait finir par lui donner la gerbe. Inutile de faire comme eux, il a sa dignité. Et faim. Ça lui vient comme ça, d'un coup, il a les crocs, le grand mâle. En même temps, cet idiot n'a pas mangé depuis midi, et encore un pauv' sandwich miteux! Pourquoi est-ce que la clope ne suffit pas? Tché! Bref, dans tous les cas, il allait falloir trouver un truc à grailler, au moins de quoi tenir jusqu'à l'arche. Ouais, quand Absinthe a faim, faut qu'il soit rassasié, et vite. Sinon, il devient bougon, hérisse le poil, se met en mode chieur. Bon, alors, y a quoi d'ouvert dans le coin? La tête haute, humant l'air, un joyeux fumet titille ses narines. Viande! Ouais, Viande avec un grand V. Toujours. À un pâté de maison, y a cette salamandre qui fait des grillades... Han, il l'avait presque zappé!

- Bon, t'fais quoi alors? S'tu veux, le temps que tu te décides, tu m'accompagnes ? J'vais juste m'acheter de quoi croquer un bout, j'ai les crocs!

Et vu son appétit soudain, s'il ne donne pas une réponse dans la minute qui suit, faudra qu'il le suive de lui même! Il a trop faim pour poireauter des plombes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fane Hartell
♣ Hybride Cerf ♣
Teardrop Lollipop

avatar

Date d'inscription : 14/12/2010

Nombre de messages : 56
Muffins Muffins : 10

Rapport
Age: 16 ans
Orientation sexuelle: Ambivalent
Compagnon:

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mer 2 Fév 2011 - 22:54

Le faune avait doucement sursauté. Il ne s'était pas attendu à se faire inviter nulle part. Ce ne serait pas dangereux ? Pas qu'Absinthe lui inspirait une méfiance particulière mais en tant qu'enfant on lui avait simplement apprit à se méfier de... Et bien de toute proposition en fait. Tu veux un bonbon ? Un verre ? Un câlin ? Le tout était de dépister dans quelle offre se cachait une menace, prévoir, anticiper, ne pas être surpris. Tout aussi désespéré qu'il était, le viol ne le tentait pas, et finir dans un carton et être vendu et expédié à l'autre bout du monde pour faire Dieu sait quoi, très peu pour lui non plus.

    - Bon, Fane. Tu fais quoi, du coup?

Nouveau sursaut. Objectivement, où que le fauve aille, ce serait infiniment plus cool que rester dans le froid. Ou seul alors qu'il aurait du être en pleine fête, comme un adolescent normal. Il piétina nerveusement l'asphalte et à la troisième demande il répondit précipitamment « Je viens !». Peut-être un peu trop précipitamment, un peu trop, pendant une seconde, comme un enfant qui ne voulait pas être laissé seul. Et il trottina rapidement jusqu'aux côtés d'Absinthe, plus près, pour signifier que c'était « quand tu veux, où tu veux ». Il pénétra dans le mince écran de fumée que se fabriquait la panthère, cligna des yeux un instant, et toucha du doigt la possibilité de se prendre à manger lui aussi, pas parce qu'il avait faim, seulement parce qu'il avait envie. Et aussi que sociologiquement imiter son interlocuteur le mettait en confiance, mais qui était-il pour le savoir autrement qu'inconsciemment ?
Parfums de rue et viande. Néons d'une enseigne. Il admira discrètement les écailles luisantes sur le bras du gérant, caché sans difficulté derrière Ab' et le manque de luminosité. Il envisagea d'un regard les différent snacks proposés. La viande c'était avec Parcimonie chez eux, le fumet en pleine nuit ne l'appétissait pas plus que ça. Ha par contre...
Une fois la commande d'Ab passé il se désolidarisa de son dos, étirant sa colonne vertébrale au maximum pour poser sa main sur le présentoir en verre et attirer l'attention du vendeur.

    - Et pour moi ce serait une crêpe à la confiture s'il vous plaît. Framboise. Oui merci.

Et hop. Crèpe crèèèèèpe. Ca le changeait, chez eux c'était à peine une fois par an pour la chandeleur. Marian était plutôt fan du genre fruits et verdures mélangées de façon originales, oui pourquoi pas. Fane le soupçonnait de tout faire pour conserver son sex-appeal. Ce qui marchait marchait parfaitement bien, il était d'ailleurs mortifié de le savoir. Bientôt quelques pièces changèrent de main et on lui tendit sa douceur dans un triangle de carton blanc. Le fauve récupéra sa pitance et ils étaient parés pour leur marche. Quelques pas plus loin, après avoir mordu dans la pâte et la confiture, s'être déjà barbouillé le coin de la bouche de sucre concentré, il demanda en mâchonnant.

    - C'est où l'arche ? On va loin ?

Oui sa prononciation était parfaite, dans sa famille on avait développé le don de parler avec divers objets coincés dans la joue ; nourriture, brosse à dents, crayons, bonbons, trucs divers... Il n'avait pas l'air anxieux que ça vis à vis de la distance en fait, semblait juste vouloir se faire une idée. Bin tiens. Un cervidé qui supporterait pas les petites ballades. Pas qu'il était le plus endurant de touuuuus mais quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe Shanazar
♣ Hybride Panthère ♣
Coursier tout terrain, à vot' service!

avatar

Date d'inscription : 12/12/2010

Nombre de messages : 57
Muffins Muffins : 35

Rapport
Age: 20
Orientation sexuelle: Seme
Compagnon: Rien de fixe

MessageSujet: Re: Anamorphosis   Mar 8 Fév 2011 - 22:20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anamorphosis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anamorphosis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Quartier Est :: La Boîte de Nuit "L'Éclate"-
Sauter vers: