AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gabriel Golding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Golding
♤ Rebelle Vipère ♤
Étudiant

avatar

Date d'inscription : 05/03/2009

Nombre de messages : 80
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 19 ans
Orientation sexuelle:
Compagnon: None

MessageSujet: Gabriel Golding   Jeu 5 Mar 2009 - 11:56

Généralités


Nom : Golding
Prénom : Gabriel
Âge : 19ans
Race : Hybride vipère
Profession :Étudiant
Sexualité : Absente
Don : Une capacité à "voir" dans le noir avec sa langue (il détecte chaleur et mouvement, ce qui lui offre un genre d'infra-vision).

Description


Physique :
1m75, pas plus d’une cinquantaine de kilo. Gabriel est mince, très mince et léger. Sans être pour autant réellement maigre. Les os fins, semblerait il. Cette silhouette déliée et souple est celle d’un humain ordinaire, tant qu’on n’y regarde pas d’un peu plus près. Il fait jeune, dans son allure déliée, dans sa démarche souple. Il fera beaucoup plus âgé dès qu’on s’intéressera à son air froid et fermé. De plus près, il y a son visage. Un visage fin, lui aussi, glabre, lisse et pâle, encadré de longues boucles châtain et couleur d’ambre. Un nez droit, des lèvres minces des pommettes hautes. Et puis les yeux… Des yeux en amande d’un vert hypnotique, mais surtout des yeux fendus de très minces pupilles verticales. Et puis son sourire. Rien de bien exceptionnel tant que ses lèvres restent collées l’une à l’autre. En dévoilant ses dents, elles dévoilent surtout deux crochets acérés. Qu’on se rassure, Gabriel n’est pas venimeux. Même si parfois il s’amuse à le faire croire. Enfin, sa langue, fourchue, est pourvue des capteurs sensoriels de ses ancêtres reptiles, lui permettant de « voir » par infra-vision, lorsqu’il est plongé dans l’obscurité. Au toucher, Gabriel est également plus froid qu’un humain normal, sa température corporelle avoisinant les 34°C. Pour récupérer les quelques degrés indispensables au fonctionnement de sa partie d’ADN humain, il doit compenser par des expositions au soleil fréquente. Autant dire que l’hiver ne lui réussit pas et le met dangereusement en état de fragilité.
Dans le monde des humains, Gabriel passerait pour cette créature légendaire qu'est le vampire. Ce qu'il n'est pas... A moins que les légendes de vampire ce soient formées à partir d'être comme lui.
Il se montre froid et hautain, le visage généralement fermé et impénétrable, une façade de jeune homme intouchable, insensible et parfaitement maître de ses émotions.
Enfin, il est à noté que s'il relève ses manches, on peut constater que les bras du jeune homme sont constellés de petites cicatrices blanches, allant par paire. Ce sont les marques de ses propres crochets.

Morale :
S’il a un physique digne de l’archange dont il porte le nom, côté moral et psychologique, les choses vont autrement. Gabriel est un garçon d’une grande fragilité et d’une grande sensibilité. Contrôler ses émotions et son ressenti est pour lui de l’ordre du combat quotidien contre lui-même. En réaction, il fuit totalement les sentiments, et se cache derrière une façade de froideur dûment construite depuis des années, et aujourd’hui très au point. Révolté contre le monde clos dans lequel il existe, Gabriel ne vit que pour s’en échapper et fera tout ce qui est en son pouvoir pour sortir de ce lieu où il se sent enfermé, des silences, des mensonges qui bercent ce qui l’entoure. A tel point que s’il y arrivait, s’il atteignait son objectif, il s’effondrerait probablement, puisqu’il n’aurait plus aucun but à sa vie. Mais ça, il ne s’en rend pas compte, obnubilé qu’il est par cette recherche, cette soif de liberté et de vérité. Ni bon, ni mauvais, il obéit à son éthique propre, parfois dépourvue de moral. Il n’a pas réellement toujours les notions du bien et du mal. Lunatique, il se laisse emporter par ses désirs de l’instant, par ses impulsions. Il pourra être adorablement gentil et compréhensif, puis, l’heure qui suit, devenir un véritable monstre froid et calculateur, blessant et destructeur. Il a un besoin viscéral de se contrôler, puisque justement, il n’a aucun contrôle sur lui-même. Ce qui le rend instable, irritable et en profonde détresse psychologique. Certains scientifiques pensent que cette instabilité est due à un bug génétique ou un rejet inconscient de son côté animal par l’humain et vice versa. De fait, Gabriel ne se sent pas entier. Il a souvent l’impression d’avoir perdu un morceau de lui-même, un morceau qu’il ne cesse de chercher et qui motive son obsession pour la rébellion. Cette rébellion qu’il fait d’ailleurs pour lui-même. Il se fiche pas mal d’être suivi ou non dans son idée, il n’a pas l’âme d’un sauveur de l’humanité (ou en l’occurrence des hybride). Aussi se montre t il relativement discret, ne tenant pas à se faire entraver dans ses recherches.
Niveau relations sociales, Gariel est un échec complet. Il n’a ni amis, ni amours. Son caractère trop changeant est à l’origine de l’absence des premiers. Quant à l’amour, il n’y croit tout simplement pas. Pour lui, il s’agit de quelque chose de vaguement romancé, sans intérêt. Ou bassement hormonal et biologique. Or sa biologie étant le fruit de manipulations qui lui pourrissent l’existence, il la rejette farouchement. Associé à sa fuite des sentiments… Il est seul et compte bien le rester.
A noter enfin que Gabriel est un élément particulièrement brillant. Quoique d’un quotient intellectuel plutôt commun, son travail acharné faisait de lui un des meilleurs élèves du lycée, et à présent un étudiant très méritant et extrêmement bien noté. En réalité tout ce temps passé pour ses études et en bibliothèque lui sert également de couverture pour ses recherches sur ses origines et ses moyens de s’échapper. Le déranger en plein travail est le meilleurs moyen de s’attirer ses foudres. Et le jeune homme n’est pas tendre. Menteur, manipulateur et fourbe, il s’arrange très souvent pour trouver –le- point faible de sa « proie » et peut se montrer d’une extrême cruauté physique ou surtout morale.

Histoire :
« C’est pas possible ! ça fait déjà la troisième fois cette semaine ! Mais qu’est ce qu’il a ce gosse ?! »
La question si violemment posée, c’était celle que tous se posaient devant le petit corps étendu sur le lit blanc. Une aiguille en intraveineuse le reliait à une poche de sang. Autour de ses bras, des bandages serrés rougissaient peu à peu. Le gamin sur le lit devait avoir cinq ans, tout au plus. Un visage d’ange, mais très pâle. Un peu trop.
« Heureusement, il n’est pas venimeux… »
« Pas encore. Ça peut venir avec l’âge. Et là, rien ne dit qu’il survivra. Il est tout de même à moitié humain ! »
« Pas besoin d’attendre qu’il s’empoisonne pour ça. S’il continue sur la même lancée, nous ne pourront pas continuer à le transfuser. Il a perdu énormément de sang, cette fois ci. Qu’est ce qui cloche, chez lui ? »
« Je crois qu’il fait un rejet… »
« Mais tout fonctionne au niveau biologique. »
« Non, pas ça. Un rejet psychologique. L’humain refuse le reptile. A moins que ça ne soit l’inverse.
« Et que peut on faire ? »
« Rien. Le surveiller. On va le garder en observation. »

*
* *

Onze ans. Gabriel venait d’avoir onze ans. Sa vie avait été l’hôpital depuis aussi loin qu’il se souvienne. Les infirmiers qui s’occupaient de lui disaient qu’il aurait une famille, dehors. Aujourd’hui, il devrait sortir de ce cocon blanc. La vie à l’hôpital n’avait pas été facile. Le garçon s’était toujours senti mal dans sa peau, mal dans sa tête. On avait mis à sa disposition une pièce exagérément chauffée pour pallier à son sang froid. Dehors il devrait compenser par lui-même avec le soleil. Il avait des difficulté d’élocution, aussi, liées à sa langue fourchue. Il en souffrait beaucoup dans sa confiance en lui. Il commençait doucement à surpasser ce problème à force d’exercices rigoureux et contraignant. Il fuyait les autres enfants qu’il pouvait rencontrer. De toute façon les autres ne restaient pas. Lui, il restait. Six longues années, il était resté. Six longues années dans une bulle. Et maintenant ils voulaient le mettre dehors. Les scientifiques humains avaient donné le feu vert pour sa sortie. Pour eux, Gabriel n’était plus en danger, même s’il restait instable, et donc à surveiller.
L’enfant releva sa manche, révélant une multitude de couple de petites cicatrices blanches. Les traces de ses propres crochets. Rapprochant son avant bras de sa bouche, il étira les lèvres, puis mordit dans la chair, perçant la peau. Le sang lui emplit la bouche. Il ferma les yeux.
« Gabriel ! »
L’interpellé sursauté puis lâcha sa prise sur son bras. Des gouttes carmins tâchaient le draps blanc, tandis que l’infirmier, un hybride raton laveur, lui lançait un regard courroucé.
« Qu’est ce qu’on t’a déjà dit ?! », sermonna t il tout en bandant la blessure.
« Qu’il ne fallait pas… »
Depuis tout petit, le garçon se mordait pour contrôler ses émotions. La douleur, le goût du sang, tout ça le faisait revenir sur terre quand il se sentait dépassé, submerger. Avant, il ne contrôlait pas la morsure, il y allait trop profondément, perdait trop de sang. C’était d’ailleurs la raison de son admission à l’hôpital. A présent, les blessures étaient plus superficielle. A terme, il devait apprendre à arrêter totalement. Du moins en théorie. Gabriel ne voulait pas renoncer à cela. Il en avait besoin. Viscéralement besoin. Surtout maintenant qu’il allait sortir. Le monde dehors lui faisait un peu peur.

*
* *

Quinze ans. Gabriel était sorti de l’hôpital pour entrer pleinement dans la petite cité des hybrides. Toujours aussi instable et lunatique, il restait en retrait des autres enfants. Et ceux-ci le lui le lui rendaient bien. Il ne s’y sentait pas à sa place. Il s’y sentait à l’étroit, enfermé. Ce monde qui l’entourait ne lui plaisait pas. Il sentait au plus profond de lui-même que quelque chose clochait, quelque chose n’était pas naturel. Le déclic s’était produit en apprenant à maîtriser son infra-vision. Elle ne fonctionnait pas toujours. Parfois impeccable, parfois brouillée, parfois inexistante. Pour quelques chose de normal et génétique, ça aurait du fonctionner toujours pareil. Or ce n’était pas le cas et il voulait en trouver les raison. Un an plus tôt, il avait commencé ses recherches. Il voulait comprendre. Quand il interrogeait son « père » (tuteur, eut été un terme plus approprié tant les deux étaient à des années lumières d’une relation parent-enfant), il n’obtenait aucune réponse qui le satisfasse. Alors il avait décidé de comprendre par lui-même. Et ce qu’il avait découvert et comprit avait allumé en lui un feu de colère noire, une révolte qui ne s’éteindrait plus. En outre, il lui restait des flashs de souvenirs et de discussions. Celles qui avaient lieu autour de lui, lorsqu'il avait cinq ans, plongé dans un semi-coma. Vu son état, c'était des humains qui s'étaient occupé de lui, à l'époque. Il n'aurait pas du s'en souvenir. Et d'ailleurs ces fragment de souvenirs le perturbaient énormément, parce qu'il n'arrivait ni à les recomposer, ni à leur donner un sens. Ils étaient là. Tout ce dont il était sûr c'était qu'il y avait un message à comprendre. Un message qui lui échappait. A force de poser des questions, de rôder, Gabriel avait attiré l'attention de rebelles plus âgés que lui, plus prudents aussi. Le remue-ménage de l'adolescent menaçait la discrétion de leurs réseaux et de leurs recherches pour échapper aux humains. Ils avaient dès lors deux solutions ; le faire taire, ou lui apporter des réponses en espérant qu'il décide de les aider. Après de longues délibérations, quelques uns de ces rebelles prirent Gabriel sous leur aile. Littéralement, puisqu'il s'agissait de deux hybrides vautours. Ils lui apprirent ce qu'il voulait savoir. Il lui apprirent aussi qu'il fallait se taire. Ces deux personnes sont les seules desquelles il se soit jamais senti un tout petit peu proche, et compris. Mais tout était faux, tout était mensonge, il le savait désormais. Il en avait eu l'intuition, il venait d'en avoir la certitude. Il n’aurait jamais du être. Il était une expérience, un cobaye. Une expérience ratée, qui plus est, il en était sûr. S’il avait été réussi, il ne se sentirait pas aussi « morcelé », aussi peu entier, aussi mal. Non, il serait comme tous les autres, en paix avec sa double ascendance. Mais il ne l’était pas. Et ça le rongeait de l’intérieur.

*
* *

Dix sept ans. Gabriel sortait du lycée, diplômé et félicité par les jurys. Sans fierté aucune. Il s’était énormément assombri. Il était devenu froid et calculateur, agressif, parfois. Fragile et très doux à d’autres. Toujours malheureux. Mais porté par cette volonté farouche de sortir du système. Diplôme en main, il ne savait pas que faire. Il s’est alors inscrit à l’université, désireux de continuer à avoir accès aux bibliothèques en toute discrétion. Filière ; biologie. C’est avec un sourire carnassier qu’il avait rempli sa demande d’admission et qu’il avait reçu une réponse positive. C’est avec la même hargne qu’il suivait les cours et décrochait ses notes. Il sortirait. Il devait sortir. Il avait besoin de sortir. Et il leur ferait payer. En paix avec lui-même, il ne l’était toujours pas. Sauf par très brefs instants, dans ses élans de fureur et de colère. Etrangement, dans ces moments là, il se sentait fort et entier. L’hôpital, il y retournait de temps en temps. En hiver, lorsque l’absence de chaleur menaçait de le faire entrer en hypothermie. Le moins souvent possible. Paradoxalement, si son corps était froid, ses cellules n’étaient pas parvenues à s’adapter pour se contenter de cette température, ce qui était plutôt handicapant par moment. Mais renforçait son impression d’être une expérience ratée. Et la volonté de se rebeller contre tous les mensonges qu’on entendait lui faire gober.

Aujourd’hui, il a dix neuf ans, troisième année de licence en biologie, toujours dans le même état d’esprit.


Vous


Pseudo : Yamaël
Age : 19ans, pareil
Comment vous avez découvert le forum : Top site
Code : Code Validé par Sidney


Dernière édition par Gabriel Golding le Jeu 5 Mar 2009 - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizon.over-blog.net
Sidney Lisherness
♣ Hybride Chauve Souris ♣
Lycéen

avatar

Date d'inscription : 25/02/2009

Nombre de messages : 117
Muffins Muffins : 15

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon:

MessageSujet: Re: Gabriel Golding   Jeu 5 Mar 2009 - 15:13

    Je ne vois presque rien à redire, une très jolie fiche, quelques fautes d'inattention mais rien de bien grave n.n
    En revanche, j'aimerai que tu précises quelque chose, notamment le fait qu'il soit devenu un rebelle. Comment a-t-il découvert que les hybrides n'étaient que des expériences faites par les humains ? Il est certain qu'aucun livre ne parle de ça, ou alors des ouvrages clandestins qui circulent justement grâce aux rebelles. De même, je voudrai simplement préciser que quand tu dis :

    Citation :
    Les scientifiques humains avaient donné le feu vert pour sa sortie. Pour eux, Gabriel n’était plus en danger, même s’il restait instable, et donc à surveiller.

    Gabriel ne peut pas être au courant de cela, enfin, je pense qu'il s'agit d'un point de vue omniscient, mais je voudrai juste préciser n.n

    J'attends ces petites précisions pour te valider <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kima-chan.livejournal.com/
Gabriel Golding
♤ Rebelle Vipère ♤
Étudiant

avatar

Date d'inscription : 05/03/2009

Nombre de messages : 80
Muffins Muffins : 9

Rapport
Age: 19 ans
Orientation sexuelle:
Compagnon: None

MessageSujet: Re: Gabriel Golding   Jeu 5 Mar 2009 - 15:30

Oui, bien sûr, le point de vue est omniscient. A part quelques flash qu'il ne comprend pas, Gabriel n'a aucune connaissance du rôle des humains dans son hospitalisation.
J'ai placé les rajouts en italique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horizon.over-blog.net
Sidney Lisherness
♣ Hybride Chauve Souris ♣
Lycéen

avatar

Date d'inscription : 25/02/2009

Nombre de messages : 117
Muffins Muffins : 15

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon:

MessageSujet: Re: Gabriel Golding   Jeu 5 Mar 2009 - 15:33

    Très sympathique et très plausible, j'aime beaucoup. Y compris les deux hybrides vautours x)
    Et j'ai aussi vu que décidément, c'est une mode de jouer avec les mots du code du règlement ? n.n
    Validé bien sûr, tu peux commencer à RPeuter !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kima-chan.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gabriel Golding   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel Golding
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Fiches d'Identités :: Hybrides-
Sauter vers: