AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Sam 26 Déc 2009 - 14:37

    Les premiers rayons de soleil se glissèrent dans la chambre, passant entre les interstices des volets de bois colorés, chassant les dernières ombres de la nuit qui s’étaient installées là ; curieux de tout, ils illuminèrent progressivement la chambre, caressant de leur douce chaleur les meubles présents dans la pièce : armoires, commodes, bureau, tables de nuit, se glissant sur le tapis qui couvrait une petite partie du parquet noir puis sur les draps clairs sous lesquels on pouvait tenter d’apercevoir une silhouette endormie, sans aucun doute recroquevillée sur elle-même.
    En réalité, cette silhouette appartenait à deux personnes différentes mais si proches dans le grand lit qu’il fallait s’approcher de très près pour le deviner ; le grand loup blanc dormait profondément, ses bras protecteurs entourant la silhouette chétive du petit bélier. Le tableau était touchant, mignon, adorable, beau, sublime… Bref, les deux êtres qui auraient très bien pu être l’origine de la fable « Le loup et l’agneau » de J. De La Fontaine dormaient à poings fermés, bien heureux de se servir de la chaleur de l’autre pour ne pas perdre la sienne.
    Et les longs bras rayonnant du soleil étaient trop faibles pour tenter de les réveiller.
    Sur la petite table de nuit en bois de chêne, un radioréveil holographique affichait l’heure en bleu sur le plafond blanc : 8 :30 AM

    La vie d’écrivain était une vie libre et tranquille si on oubliait parfois le côté « date limite », date, bien évidemment, à laquelle il fallait avoir rendu le manuscrit sous peine de voir son éditeur lui faire passer un sale quart d’heure. Ainsi, les grasses matinées n’étaient-elles pas rares dans la maison des Whiston. Et comme le maître des lieux était un peu fainéant sur les bords, il n’était pas rare que Jezy se réveille le premier et doive patienter ou bien le réveiller pour avoir son petit déjeuner.
    Bien sûr, dit comme cela, tous les jours pouvaient paraitre mornes et répétitifs ce qui était loin d’être le cas, car sous ses airs tranquilles, le jeune trentenaire savait réserver plus d’une surprise à son petit protéger lorsqu’il s’agissait de l’amuser. Bien sûr, avoir trouvé Jezekel et l’avoir éduqué n’était pas de son seul fait ; il avait fallu engager une personne bienveillante qui aurait plus de métier dans le domaine de l’éducation. Ainsi l’agneau avait-il un précepteur qui venait régulièrement – le programme était établi chaque trimestre – le visiter et lui enseigner de nouvelle chose. Pendant ce temps, l’écrivain en profitait pour sortir faire des courses ou d’autres choses qu’il ne pouvait se permettre en présence de son protégé. Mais ses absences n’étaient jamais bien longues et au final, Jezy n’était jamais seul. Ou si rarement que cela revenait à rien.

    L’heure passait, le temps filait et le soleil continuait sa course dans le ciel d’hiver, jouant à cache-cache avec quelques gros nuages qui jonchaient le ciel, occupaient la majeure partie de l’horizon ; un vent léger mais froid soufflait entre les arbres de la ville et il fallait s’emmitoufler dans de lourds mentaux bien chauds si on ne voulait pas attraper froid à sortir par ce temps. Par contraste, bien que la cheminée se soit éteinte depuis longtemps, au milieu de la nuit, il faisait bon vivre dans la maisonnette. Et sous la couette, les dormeurs qu’ils étaient ne manquaient pas de chaleur.
    En général, lorsque le petit bélier passait la nuit avec son tuteur, celui-ci ne bougeait pas beaucoup dans son sommeil, se contentant de le serrer contre lui, posant son menton dans sa tignasse claire aux mèches éparses ; et ses rêves étaient bien plus paisibles que lorsqu’il se trouvait être seul. Au fond, Chris avait autant besoin de son enfant que ce dernier était dépendant de lui ; et, avouons-le franchement, il était presque heureux de savoir que Jezekel ne pouvait vivre sans lui. Ca lui donnait une raison de vivre pleinement sa vie, sans jamais se lasser, sans jamais s’ennuyer et de ne plus penser à des souvenirs bien plus tristes qui parsemaient sa vie. Ou qui croisaient celle de Jezy.

    Un peu plus loin, au centre-ville, la cloche sonna ; un son puissant qui résonnait entre les différents bâtiments et parvenaient jusqu'à eux dans un bruit cependant presque étouffé. Dix coups.
    A présent, 10:00 Am avait été annoncé.

Revenir en haut Aller en bas
Jezekel
♣ Hybride Bélier ♣
Choupinou

avatar

Date d'inscription : 06/12/2009

Nombre de messages : 10
Muffins Muffins : 5

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon: de vie, Christopher...

MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Sam 26 Déc 2009 - 17:05

    Alors que le soleil commençait à envahir la pièce, petit à petit, le petit ange blond ne bougea pas d'un pouce pour autant. Tout comme il lui était assez difficile de s'endormir, il avait aussi beaucoup de mal à se réveiller. Enfin, à se réveiller tôt du moins. Et heureusement, il n'était pas obligé de se lever aux aurores. Au contraire, il était persuadé que s'il voulait rester toute la journée au lit, il pourrait. Tant que ce n'était pas un jour où son précepteur devait venir, et que ça ne se reproduisait pas tout le temps, nul doute que son « tuteur » le laisserait faire. La question était plus de savoir ce qu'il ne le laisserait pas faire... Malgré tout, l'hybride bélier était bien trop naïf et innocent pour profiter de cela ou même pour s'en rendre compte. Il agissait sans trop se poser de questions et était bien heureux comme cela...

    Mais même s'il avait tendance à faire la grasse matinée, tout avec une fin. Et puis, son estomac commençait à se rappeler à lui. Comme quoi, s'il y avait une chose qui n'avait pas nécessité beaucoup de temps d'adaptation, c'était bien le fait d'avoir trois repas par jour et de pouvoir manger à peu près tout ce qu'il voulait. De toutes manières, tout ce qu'il demandait, c'était de ne pas avoir de viande. Après des années de vie avec une meute de loups, cela n'avait pas changé. Son corps ne semblait pas accepter ce genre de choses de toutes façons.

    C'est pourquoi, alors qu'il rêvait tranquillement d'une clairière dans laquelle il courrait avec une meute de loup, s'arrêtait pour manger des baies ou pour jouer avec les autres loups, il put voir l'image devenir de plus en plus flou puis disparaître. Une fois l'image complètement disparu, ses sens purent se concentrer de nouveau sur la réalité et non plus ses rêves. Il entendit le clocher, sonner dix coups – même s'il ne réalisa pas vraiment le nombre, et la respiration de Christopher, qui fut suffisante pour l'apaiser. Effectivement, depuis qu'il vivait la seule personne à pouvoir calmer ses angoisses était son gardien. Et au vu de leur nombre, il valait mieux qu'il soit là. Cela lui permis d'oublier quelques – courts – instants sa faim. Mais vraiment, il était temps de se lever. Il commença alors à bouger légèrement pour dégourdir ses muscles et s'étirer. Il entreprit ensuite de se redresser mais tout en douceur. Les premières fois, il s'était levé assez brusquement, donnant ainsi des coups de corne à son tuteur un peu trop près. Maintenant il faisait attention pour éviter de nombreuses bosses à Christopher.

    Une fois assis, il se frotta un moment les yeux pour qu'ils s'habituent à la lumière et enlever le sommeil qui persistait encore un peu. Il resta un moment immobile, profitant de la lumière du soleil. Et puis, il décida qu'il était vraiment, vraiment temps de manger, et donc de réveiller l'hybride loup. Hors de question de manger tout seul. Enfin, en tous cas, pas pour le petit déjeuner. Si c'était un petit creux dans la nuit, il se levait sans réveiller son tuteur et allait manger un bout avant de revenir. Mais là, le réveil lui disait bien qu'il était plus que temps de se lever et de s'activer un peu. Vêtu d'une chemise de Christopher – donc dix fois trop grande – pour simple pyjama par dessus un boxer, il s'étira longuement, laissant à peine apparaître la peau claire de ses cuisses. Puis il entreprit de réveiller le loup. Une main sur l'épaule pour le secouer avec douceur, tout en murmurant son prénom. Comme la plupart du temps ça ne suffisait pas, il soulevait la couette, laissant l'air plus frais de la pièce se rappeler à Christopher.


    « Chris... J'ai faim. Allez, on s'lève ? »


    Une légère moue aux lèvres, il continuait à secouer le ronchon. En plus, sa vessie commençait aussi à se rappeler à l'ordre. Il soupira en voyant que son tuteur semblait vouloir rester au lit et se leva pour aller se soulager et se laver les mains. En espérant que son absence secoue Christopher...


Dernière édition par Jezekel Whiston le Jeu 18 Nov 2010 - 15:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Sam 26 Déc 2009 - 17:29

    En effet, il était bien dur de réveiller le loup, dormant comme un bien heureux contre lui, sous les draps, sa respiration restant lente, signe que son sommeil était encore lourd malgré l’heure tardive. Un sourire niais, à la limite de la perversion – mais ce genre de chose n’avaient pas encore été enseignées à l’agneau – étiraient ses lèvres pâles entrouvertes, laissant apparaître très légèrement ses longs crocs canins.
    Les petites mains le secouant ne suffisaient pas à le réveiller, bien au contraire, il soupira de bonheur dans son sommeil comme si Jezy massait cette même épaules et que ça lui faisait un bien fou. En réalité, le rêve dans lequel il était plongé était bien trop agréable pour qu’il accepte d’en sortir pour le simple fait de devoir nourrir l’enfant. Cruelle réalité sur les réveils difficiles du loups blanc. Ainsi, dans la fausse réalité de son sommeil, le loup s’amusait-il à des jeux d’adultes, auxquels il ne s’était pas intéressé depuis plusieurs mois déjà et son corps semblait ne plus supporter cela au point de lui faire entrevoir ses désirs pour le frustrer un peu plus et lui dire d’activer la chose.
    Mais tout cela n’était qu’un rêve… Et lorsque Jezekel eut quitté le lit pour aller se soulager dans les toilettes, laissant un vide froid contre lui, l’air ambiant pénétrant sous les draps à sa place, laissant sa peau frissonner, il se recroquevilla un peu plus sur lui en gémissant

    « Froid… »

    Son sommeil se brisait doucement. Et dans un était de demi-réveil il tendit un bras et tâtonna la place vide pour tenter de trouver le bélier et de le ramener contre lui pour récupérer de la chaleur et de se rendormir plus profondément. Ne tâtant que le vide, il finit par ouvrir les yeux. Ne voyant rien de plus que sa solitude, il se redressa d’un coup, inquièt.

    « Jezekel ?… Jezekel ?! »

    Jusqu’à ce que le bruit de la chasse suivit de l’eau coulant dans un lavabo ne lui indique que le jeune garçon n’avait pas disparu, qu’il s’était simplement levé. Se laissant de nouveau tomber dans les draps, comme un sac à patates, il soupira de soulagement, passant une main griffue sur son visage pour tenter d’en enlever la fatigue comme lorsque le bélier s’était frotté les yeux. Il s’étira de tout son long, sa queue touffue venant s’enrouler sur ses cuisses puis il se releva doucement et s’assit au bord du lit, étouffant un bâillement dans le creux de sa main, avant de soupirer de nouveau et de se tourner vers le réveil. Hm… Il aurait bien dormi une demi-heure de plus, mais bon, puisque son protégé ne voulait plus dormir, autant se lever.
    Glissant ses pieds dans ses chausson, il alla ouvrir la fenêtre, puis les volets. Le vent froid l’accueillit à bras ouvert, caressant sa peau nu, le faisant frissonner. Il referma bien vite la fenêtre et, se grattant la tête d’un geste nonchalant, il se dirigea vers la cuisine.
    En chemin, il croisa son petit protégé, glissant une main dans sa chevelure blonde il lui fit un sourire. Un sourire de loup. Alors même qu’il était étrangement doux. Comme toujours avec lui en fait.


    « Bonjour… Que veux-tu manger ? »

    En réalité, les trois repas de la journée était rarement à heure fixe. On mangeait quand le bélier signifiait qu’il commençait à avoir faim. Alors seulement, le loup consentait à se mettre au fourneau. Il n’était pas un piètre cuisinier mais il n’était pas un vrai cordon bleu non plus. Pour lui, la cuisine, c’était comme les livres : il fallait de l’imagination et de l’instinct. Pas de recette, donc, dans la maison et il lui arrivait parfois de marier des aliments qui n’étaient pas du tout fait pour aller ensemble… Comme il était capable de simplement faire des pommes de terre sautées avec de la salade et un morceau de bœuf pour lui. Jamais pour l’adolescent ; il avait vite appris que son régime restait exclusivement végétariens. Et il n’avait pas la moindre envie de le rendre malade. Ah ça non !

Revenir en haut Aller en bas
Jezekel
♣ Hybride Bélier ♣
Choupinou

avatar

Date d'inscription : 06/12/2009

Nombre de messages : 10
Muffins Muffins : 5

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon: de vie, Christopher...

MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Sam 26 Déc 2009 - 19:26

    Des toilettes, Jezekel entendit la voix de l'hybride loup l'appeler, avec inquiétude. Il fit exprès de faire couler de l'eau et de se laver les mains à ce moment là, pour qu'il sache qu'il était à côté. C'était à peu près la seule parade qu'il avait trouvé pour réveiller Christopher quand ce dernier était vraiment réticent. Se lever et attendre qu'il en fasse de même. Une fois son affaire termina, l'hybride bélier sortit des toilettes pour rejoindre le loup qui n'était pas bien loin. Il sourit à la main dans ses cheveux et vint se blottir contre le torse chaud de son tuteur en guise de câlin du matin. Même si maintenant il comprenait ce qu'on lui disait et qu'il savait parler, il restait un fervent amateur du langage corporel. Et les câlins en faisaient plus que partie. Il finit par se reculer un peu mais resta tout de même assez proche de Christopher.

    « B'jour... Mmh. Carottes. Crues, s'il te plaît... »

    En effet, pour Jezekel, ce n'était pas parce que c'était le matin qu'il ne pouvait pas manger comme aux autres moments de la journée. Pour lui, le petit déjeuner était pareil que le déjeuner ou le souper. Même si, évidemment, il mangeait moins au premier. Un léger sourire aux lèvres, il entoura ses bras autour d'un bras de Christopher pour le suivre – et l'entraîner à la fois – dans la cuisine en marchant sur la pointe des pieds. Ce qui pouvait paraître étrange, pour quelqu'un qui n'avait appris à marcher que depuis deux ans. Mais en fait, il avait tellement l'habitude de rester sur la pointe des pieds quand il marchait à quatre pattes que pour lui, c'était la même chose une fois sur ses deux jambes. Et puis, ça lui permettait de voir un peu plus loin, d'être un peu plus haut, et de toucher un peu moins le sol froid. Parce qu'il avait toujours les jambes et les pieds nus. Après quelques instants de réflexion il décida que ce n'était pas si chouette de marcher pieds nus sur le sol froid. Une moue aux lèvres, il se détacha de Christopher pour aller vers la chambre.

    « Chaussettes... »

    Un petit mot, mais qui expliquait tout. Il était rare que Jezekel parte sans rien dire, même si c'était pour dix secondes, même si c'était juste à l'autre bout de la pièce. Il expliquait toujours ce qu'il faisait mais n'aimait pas dire des choses inutiles alors, un seul mot résumait assez bien les choses selon lui. Il alla donc tranquillement dans sa chambre, ouvrit le tiroir où était rangé tout ses sous-vêtements et enfila une paire de chaussettes plutôt hautes, s'arrêtant juste en dessous du genoux. De quoi lui tenir assez chaud étant donné qu'il n'avait pas de pantalons. Et il préférait ne pas en avoir à dire vrai. D'accord il aimait bien avoir chaud, contrairement à son état parfois déplorable quand il vivait encore dans la forêt, mais pour autant, il se trouvait extrêmement inconfortable quand il était trop vêtu. Une fois habillé, il rejoignit Christopher dans la cuisine, revenant se coller contre lui mais en faisant attention à ne pas le gêner. Il attendit sagement que l'hybride loup finisse, ou lui demande de l'aide, auquel cas il était toujours prêt à lui donner un coup de main. Et puis, il trouvait ça marrant, de se servir de ses mains de cette façon alors qu'avant, elles ne lui servaient pratiquement qu'à marcher.

    En le voyant préparer les carottes il eut une idée. Ou plutôt une envie, un peu subite mais bon. Ça n'empêchait pas que ça le taraudait. Il glissa ses bras autour du torse de Christopher pour un câlin. Bizarrement, ses demandes étaient toujours mieux acceptées quand il les faisait pendant un câlin.


    « ... J'peux avoir du chocolat... ? S'il te plaît... »

    Sans oublier d'être poli. Si le concept avait été étrange et un peu difficile au début, depuis qu'il savait à quoi ça correspondait et combien c'était important, il n'oubliait jamais ce genre de choses. Mais quelque part, même s'il savait que Christopher avait du mal à lui dire non, il avait un doute quant au chocolat. Il savait que ce n'était pas bon d'en manger trop, même s'il ne comprenait toujours pas trop pourquoi...


Dernière édition par Jezekel Whiston le Jeu 18 Nov 2010 - 15:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Sam 26 Déc 2009 - 20:17

    Evidemment, le matin – comme le reste de la journée d’ailleurs – avait sa dose de câlins, de gestes tendres et affectueux entre les deux protagonistes, venant cependant essentiellement de Jezekel qui semblait avoir un besoin d’affection énorme. Ce qui était bien loin d’embêter ou d’exaspérer Christopher car il avait également beaucoup d’amour à donner. Ainsi, tous ces bons sentiments allaient à son petit bélier tout mignon et trop adorable pour qu’on puisse lui dire non. Oui, les « non » sortant de la bouche du loup à l’intention de l’agneau étaient des faits extrêmement rares. En général, c’était pour répondre à des questions ou alors quand l’heure ne correspondait pas aux attentes de son protégés.
    Pas encore tout à fait réveiller, la tête dans les choux pour encore de longues minutes, il se gratta de nouveau la tête, ses cheveux éparses et emmêlés lui donnant un air aussi sauvage que lorsqu’il avait trouvé son protégé ; il étouffa un nouveau bâillement – le matin, c’était toujours comme ça – alors qu’il écoutait d’une oreille attentive – la-dites oreille orientée dans la direction de l’agneau – les demandes de ce dernier.
    Lorsque le jeune homme eut annoncé ce qu’il voulait au petit déjeuner, Chris lui fit un sourire et acquiesça pour lui signifier qu’il n’y avait aucun problème. Il posa un baiser sur son front après en avoir enlevé les mèches. Baiser du matin chagrin comme disait la comptine. Et bien, faux, car dans leur cas, baiser du matin était plutôt égale à câlin. Bien que l’hybride loup ne pouvait pas toujours répondre aux attentes de son protégé en matière de tendresse.
    Il se dirigea donc dans la cuisine, Jezy pendu à l’un de ses bras avant qu’il ne s’en aille en décrétant qu’il lui fallait des chaussettes. Attendri, le loup le regarda sortir de la pièce puis il alla chercher des carottes dans le frigo, ainsi qu’une planche et un couteau. Ce n’est pas parce qu’il les voulait crues que Chris les lui donnerait simplement sorti du frigo. Non, même pour la plus simple des demandes, il lui fallait faire des fantaisies.
    Ainsi, ses carottes, une fois épluchées, finirent-elles par faire de grands sourires dans l’assiette du petit bélier. Oui bon, il n’était plus un enfant puisqu’il avait déjà dix-sept ans mais pour Chris, il n’y avait pas d’âge pour apprécier ce genre de facétie !
    Soudain, il sentit les bras menue entourer son torse toujours nu et il s’arrêta , levant légèrement les bras, observant l’adorable bouille de l’adolescent.

    « Du chocolat ? Avec tes carottes ?… Ma foi, deux choses sucrées doivent s’accorder… Hm… Au pire, on mangera le déjeuner plus tard, ce n’est pas comme si nous étions spécialement pressés aujourd’hui… Soit. Je te prépare ça. Tu saurais m’attraper le chocolat s’il te plait ? »

    Là où Jezekel économisait ses mots, Christopher usait des siens sans compter. Tant de mots, encore simples certes, pour, cependant, dire si peu de chose. Bon, avouez qu’un « oui, attrape-moi le chocolat s’il te plait » aurait suffit. Et bien non, monsieur l’écrivain parlait pour ne rien dire. Enfin si. Enfin bref, il passa de nouveau sa main dans la chevelure du bélier puis il le laissa aller chercher l’aliment demandé pendant qu’il posait l’assiette de carotte sur la petite table de la cuisine et sortait le lait et un bol d’un autre placard, non loin du plan de travail où se trouvaient la planche et le couteau sale qui lui avaient servi pour les carottes. Pour lui, chocolat au petit déjeuner signifiait « chocolat chaud », un bol de lait cacao en gros… Même qu’il essayait de s’imaginer quelles goûts pouvaient bien avoir des carottes trempées dans une telle mixture… Et que, sur le moment, il ne put s’empêcher de grimacer. Mais bon, pourquoi pas si c’était là, le désir de son choupinou.
    Ce ne fut que lorsque ce dernier revint, que le loup se rendit compte de son erreur : l'adolescent ne voulait pas un bol de lait chocolaté, il voulait simplement des carrés de chocolat avec ses carottes.


    "Euh... Excuse-moi, j'avais mal compris ta demande ! ><" Quatre carrés, pas plus par contre"

    Il lui fit un câlin pour s'excuser de son crétinisme flagrant puis il lui sourit alors qu'il rangeait le lait. Il se prépara alors un café "bonne maman" pour tenter de se réveiller un peu plus !

Revenir en haut Aller en bas
Jezekel
♣ Hybride Bélier ♣
Choupinou

avatar

Date d'inscription : 06/12/2009

Nombre de messages : 10
Muffins Muffins : 5

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon: de vie, Christopher...

MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Dim 27 Déc 2009 - 0:12

    Le sourire sur le visage de Jezekel s'agrandit en entendant l'hybride loup l'autoriser à prendre du chocolat. Il était effectivement rare qu'il lui dise non, mais malgré tout, le bélier ne prenait jamais rien pour acquis et préférait toujours demander, sans être sûr qu'on lui dise oui. Comme cela, en plus, il était heureux à chaque fois qu'on acceptait ses requêtes et jamais déçu. L'agneau se mit sur la pointe des pieds – enfin, plus que d'habitude – pour embrasser la joue de Christopher en guise de merci. Toujours à utiliser les gestes plutôt que les mots quand il le pouvait. Par contre, il ne comprenait pas vraiment ce que son tuteur avait à « préparer » mais après tout, il avait toujours plein d'idées de décoration, préparation ou autre alors peut-être comptait-il faire un mélange ? Pour autant, ça semblait assez étrange aux yeux de Jezekel de mélanger carottes et chocolat. Il en avait demandé pour le dessert. Enfin, principalement. Il ne dirait pas non à manger un carreau en attendant que Christopher finisse de préparer son petit déjeuner...

    Toujours est-il qu'il partit chercher le chocolat dans le placard, sortant la tablette qui s'était dissimulée derrière une boîte de conserve. Une fois son trésor dans les mains il le ramena à Christopher qui visiblement était assez étonné. Oh. Il avait compris autre chose. Bah non, pas un chocolat chaud avec des carottes, c'était bizarre. Il sourit quand l'hybride loup lui fit un câlin pour s'excuser et il se blottit avec plaisir dans les bras de son tuteur. Bon, quatre carrés, ça lui allait, c'était largement suffisant pour satisfaire sa gourmandise. Une fois relâché, il déchira avec minutie le papier d'aluminium pour casser un carré et croquer dedans. Hm. S'il y avait bien un aliment qu'il avait découvert depuis qu'il n'était plus dans la forêt et dont il ne pouvait plus se passer, c'était le chocolat. C'était tellement sucré et différent de ce qu'il connaissait, c'était juste super. Une fois que Christopher eut terminé de préparer son café, Jezekel s'assit à la table de la cuisine, devant son assiette de carottes, posant la tablette de chocolat.

    Il sourit en voyant la préparation faite par le loup de ses carottes et les mangea avec plaisir. Il pouvait manger tellement de choses différentes maintenant qu'il était avec Christopher, il n'en revenait toujours pas. Mais une chose était sûre, il adorait ça. Après avoir dévoré ses carottes – il avait vraiment faim – il entreprit de retourner vers la tablette de chocolat. Il avait encore trois carreaux à manger. En glissant un dans sa bouche, il le laissa fondre lentement, tout à fait patient. Avant de manger le troisième, il tendit la tablette vers son tuteur, appuyé d'un :


    « Tu veux ? »

    En bon esprit de membre d'une meute, Jezekel n'oubliait jamais les autres, surtout quand il s'agissait de Christopher. Et lui aussi avait le droit au chocolat, surtout qu'il était en quelques sortes « l'alpha » de la meute. Et le fait qu'ils ne soient que deux n'était pas important et n'empêchait pas l'agneau de voir les choses de cette façon. Laissant la tablette de côté, il se leva pour prendre un verre dans le placard avant de se diriger vers l'évier, pour le remplir. Fut un temps, il n'aurait même pas fait ce geste simple sans en demander la permission au préalable, mais maintenant, il avait compris qu'il pouvait boire et aller au toilette sans toujours demander. Malgré tout, il revint s'asseoir à table pour boire le dit verre.

    Ça aussi, ça avait été dur, de s'habituer à s'asseoir sur une chaise, à se tenir le dos droit. Mais maintenant cela faisait partie du quotidien de Jezekel. Même s'il appréciait des fois de s'asseoir par terre à côté de la cheminée, pour se réchauffer, pour lire ou autre. Gigotant un peu sur sa chaise, il releva les yeux vers Christopher.


    « Y a quoi aujourd'hui ? »

    Ah, l'emploi du temps. Il demandait pratiquement tous les matins, pour la simple et bonne raison qu'il avait beaucoup de mal à tenir compte du changement de jours, et de ce qui était prévu pour certains. Il fallait généralement que Christopher lui rappelle les choses le matin, même s'il lui avait déjà dit la veille. Il avait tendance à ne pas faire le rapprochement entre ce qui était dit et le moment où cela devait se passer...


Dernière édition par Jezekel Whiston le Jeu 18 Nov 2010 - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Jeu 31 Déc 2009 - 14:19

[non, ne désespère pas, la réponse arrive x'3 ]

    Son café prêt, il lâcha un léger soupir devant la bêtise dont il avait fait preuve ; c’est vrai, après tout, quelle idée il avait eut de penser que son jeune protégé voulait tremper ses carottes dans son chocolat chaud comme s’il s’était agis de pain beurré et confiture. Ou d’un croissant. Ou… Bref, tout autre chose que l’on trempe habituellement dans son bol le matin ! Il vint s’asseoir en face de lui, légèrement en colère contre lui-même, son propre bol fumant et remplissant la pièce d’une douce odeur amère, celle de sa boisson. Il eut à peine le temps de boire une gorgée brûlante que le bélier lui faisait sa proposition.
    Chocolat. En réalité, rien que ce mot le faisait frémir. Parce que, même s’il y avait toujours eut du chocolat dans la maison, Christopher détestait ça ; d’ailleurs, il n’avait jamais compris ce que son père trouvait de bon à cette chose dont les enfants raffolaient. La dernière fois qu’il en avait ingurgité, il y avait très longtemps de cela, il s’était trouvé malade comme un chien : nausées, fièvres, crampes d’estomac, etc. Alors depuis, il n’en mangeait plus. Et comme d’habitude lorsqu’on lui en proposait, il refusa poliment, décrétant que l’agneau devait en profiter pendant qu’il y en avait encore, que c’était sa part, qu’il ne voulait pas lui voler le pain de la bouche. Il prit alors une seconde gorgée de café, conscient qu’en refusant la proposition généreuse du petit, il l’avait sans doute attristé ; mais c’était bien le seul aliment qu’il ne pouvait vraiment pas manger. Même pas à cause du goût, juste à cause de son estomac qui faisait des siennes.
    Et cela lui rappela de douloureux souvenirs.

    Flash-back.

    « Christopher ! Maintenant que tu à cinq ans, je pense que tu es assez grand pour manger du chocolat !
    - Du chocolat ?! C’est vrai papa, je vais pouvoir manger du chocolat ?!
    - Oui mon garçon et je suis sûr que tu aimeras ça. Tous les enfants aiment le chocolat ! C’est sucré et en même temps légèrement amer ; il en existe tellement de sorte qu’il y en a pour tous les goût : du plus simple au plus complexe, en passant par le plus sucré ou le plus amer, celui fourni de blé ou de noisette, de menthe ou de framboise. Il n’appartiendra qu’à toi d’y goûter et de trouver celui que tu préfèrera manger !
    - Oh… ! *-* »

    Son père se mit à rire devant ses yeux qui voyaient les étoiles et il alla chercher une tablette de chocolat au lait, du chocolat tout simple, celui de la définition du petit dictionnaire. Il revint alors que le petit loup s’était assis à table, la bouche entrouverte, l’air rêveur comme lors de ses si nombreuses absences. D’ailleurs, à cause de ça, il n’avait pas de très bonnes appréciations de la part de sa maitresse parce qu’il n’écoutait pas grand-chose de ce qu’elle disait, préférant regarder le ciel par la fenêtre de la salle de classe !
    Mais lorsqu’il entendit les bruits de pas, ses oreilles de loups se dressèrent sur sa tête et il tourna la tête vers le vieux chien. Celui-ci lui tendit la tablette, le mettant cependant en garde.


    « Ne mange pas tout d’un coup ! Tu risquerais d’être malade… »

    Et il avait acquiescé, ouvrant la tablette avec la même délicatesse dont l’agneau avait fait preuve… Il avait mordu dans le premier carré, l’avait laissé fondre comme il l’avait fait, lentement. Puis il avait recommencé. Mais à peine avait-il finit le premier carré qu’il fut pris de vives douleurs d’estomac.
    S’en était suivi une journée entière au toilette, le teint encore plus pâle que d’habitude et de la fièvre. Emmené d’urgence à l’hôpital les médecins avaient posé rapidement leur diagnostique : c’était une allergie très virulente. Il ne fallait plus qu’il touche au chocolat.


    Flash-back


    Depuis, il n’avait plus touché à un seul carré de sa vie, alors même qu’il avait trouvé ça si bon, si gouteux, si délicieux ! Mais raisonnable et se souvenant encore de ces douloureuses crampes d’estomac, il s’était fait une raison.
    La tasse de café fut vite vide et lorsque Jezekel lui demanda l’emploie du temps, il se pencha en arrière, attrapant son agenda sur le bar tout proche. L’ouvrant à la date d’aujourd’hui, il énonça calmement.


    « Ce matin repos, jeu ou tout autre activité que tu désirera, rien n’est prévu. Cet après midi, ton précepteur arrive à 14h30 et te fera travailler les langues et les mathématiques. Il partira vers 16h30. Pendant ce temps, j’irai faire des courses éventuelles. Je serai surement de retour avant son départ. Pour ensuite, je te propose de regarder un film que j’irai louer un peu plus tôt. Le voisin doit passer m’apporter des graines aussi en vue du printemps prochain pour le jardin… Je crois que tout cela passera vite. Des réclamations ? »

    Il avait demandé ça après un clin d’œil, lui signifiant qu’il pouvait demander ce qu’il souhaitait sans gêne. Journée banale d’un quotidien devenue banale. Il aurait aussi les heures du soir, alors que son enfant dormirait déjà, à consacrer à la fin du livre qu’il était en train d’écrire car la date de rendu du manuscrit était pour bientôt. Et il n’avait aucune envie d’entendre son éditeur lui crier dessus et s’affoler dans toute la maison.

Revenir en haut Aller en bas
Jezekel
♣ Hybride Bélier ♣
Choupinou

avatar

Date d'inscription : 06/12/2009

Nombre de messages : 10
Muffins Muffins : 5

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon: de vie, Christopher...

MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Dim 3 Jan 2010 - 17:16

    Jezekel se renfrogna à peine au refus de son tuteur quand il lui proposa un carreau de chocolat. Il ne compris pas vraiment les paroles de Christopher, « lui voler le pain de la bouche » ? Quel rapport avec son chocolat ? Et puis, il savait bien que Christopher volait pas, puisque c'était lui qui proposait. Peut-être ça voulait dire qu'il pouvait manger son chocolat avec du pain ? Mais il savait déjà ça, il préférait juste profiter du goût, seul. Enfin, même si cela l'attrista au début, il était finalement plus perplexe que chagrin. Enfin, cela ne l'empêcha pas de croquer dans son troisième morceau de chocolat, et ce, à pleines dents et avec un plaisir non feint. Il reposa la tablette, décidant qu'il en avait assez mangé pour l'instant et qu'il verrait plus tard pour son dernier carreau de chocolat. Après avoir demandé l'emploi du temps de la journée au loup, il se leva pour s'approcher de lui et se glisser derrière pour lire par dessus son épaule. Enfin, « lire ». Pour regarder l'agenda en même temps que le programme de la journée était annoncé.

    Oh, son précepteur allait venir ? Il eut une légère moue à cette nouvelle. Il aimait bien apprendre mais des fois c'était vraiment trop compliqué pour lui. Pour lui, en savoir plus sur sa langue et comment parler l'intéressait toujours puisque cela lui permettait de communiquer vraiment avec Christopher qui ne comprenait pas le « langage » des animaux, des loups, l'unique manière de communiquer dont il se servait avant de rencontrer Christopher. Mais il devait admettre que la langue était beaucoup plus intéressante et amusante puisqu'elle lui permettait de dire et d'exprimer pleins de choses en plus ! Par contre, les mathématiques, il ne comprenait vraiment pas à quoi cela pourrait lui servir. Les chiffres, il comprenait, compter et savoir faire quelques opérations c'était important. Mais maintenant ils voyaient la géométrie et il ne comprenait pas pourquoi il devait apprendre ce qu'était une droite ou un rond. Déjà, à dire vrai, il avait eu du mal à comprendre le concept, qui était tout à fait inexistant dans la nature et donc, étranger à Jezekel. Si ça n'existait pas dans la forêt – la nature donc – quel intérêt d'apprendre cela ? L'agneau soupira mais n'exprima aucune plainte. Si c'était pour faire plaisir à Christopher il le faisait de toutes manières, et puis ce n'était pas si terrible que cela. Et son précepteur était gentil même si pas autant que le loup.

    Enfin, ce qui le dérangeait le plus dans la venu de son professeur, c'était que pratiquement à chaque fois, Christopher s'en allait en même temps. Il comprenait qu'il doive partir mais ce n'était pas pour autant qu'il appréciait cela, bien au contraire. Et il espérait bien qu'il reviendrait avant que le précepteur ne parte, il n'avait vraiment aucune envie d'attendre tout seul dans le grand appartement, rien que l'idée suffisait à le mettre mal à l'aise. Assez mal pour qu'il ait envie d'un câlin – enfin, il n'avait pas besoin d'être mal pour en avoir envie... Il s'approcha un peu plus de son tuteur pour se glisser sur ses genoux cette fois-ci et se blottir contre son torse en fermant les yeux, appuyé d'un simple :


    « Câlin... »

    Il resta un moment ainsi, le temps pour lui d'être à nouveau calme. Assez pour réfléchir à l'emploi du temps énoncé. Bon, rien de prévu pour le matin, c'était rassurant. Et il pouvait décider de ce qu'il voulait faire. Mh. Il aurait bien dit un film, mais s'il était prévu qu'ils en regardent un dans l'après-midi, ça faisait beaucoup... Il n'avait pas non plus envie de bouger dans tous les sens, il voulait rester au calme avec le loup. Après quelques instants de réflexion – alors qu'il était toujours blottit contre lui – il redressa les yeux vers le visage de Christopher. Il se mordilla un moment la lèvre, un peu nerveusement, avant de reprendre.

    « Sur le canapé, tu racontes une histoire ? »

    Ah, les histoires, Jezekel en raffolait comme un enfant de six ans. Que son tuteur les invente ou les lise, il aimait ça. Surtout que l'écrivain avait assez d'imagination et était assez doué pour faire réellement croire l'histoire au bélier, qui était bon public. Il sursautait aux bons moments et riait quand il le fallait. Et puis cela leur permettait vraiment de rester tous les deux, sur le canapé, au calme...


Dernière édition par Jezekel Whiston le Jeu 18 Nov 2010 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Sam 13 Fév 2010 - 16:12

    A la suite de l’énonciation du programme de la journée, pendant que l’agneau assimilait tout ce qu’il allait devoir faire, il était parti dans ses pensées, réfléchissant à ce qu’il lui fallait acheter pour remplir les placards qui commençaient sérieusement à se faire vides, aussi bien en produits céréaliers qu’en produits frais ou d’entretiens. La maison était grande et il ne fallait pas lésiner sur les produits de qualités – donc en général chers – pour l’entretenir au mieux. Quand à la nourriture, il mangeait comme quatre et Jezekel, malgré son régime végétarien n’était pas vraiment en reste non plus. Et vu qu’il ne rechignait pas à cuisiner…
    Une masse légère et chaleureuse sur ses genoux le ramena à la réalité et il ferma sa bouche entrouverte, baissant la tête pour regarder son petit protéger se presser contre lui en demandant un câlin. Il glissa une main dans la chevelure claire du bélier, son autre main glissant dans son dos, avant de laisser tomber sa tête contre la sienne pour lui donner ce qu’il voulait. Il aimait ces moments délicats remplis de tendresse même si peu de gens étaient apte à comprendre le lien qui les unissait. Lui-même ne savait pas le définir ; pour lui Jezekel n’était pas son fils, peut-être plus son petit frère, un petit frère qu’il voulait chérir et à qui il voulait toujours donner le sourire. Même s’il ne pouvait pas forcément se le permettre. Il pouvait bien lui offrir tout ce qu’il voulait, on n’achète pas tout avec de l’argent et il doutait fortement que ce soit ce que l’agneau voulait. Il ne semblait pas attendre le plus grand des conforts de sa part, juste une présence rassurante et aimante.
    Enfin, c’est ainsi que le loup la définissait, ses doigts caressant d’un geste rassurant et machinal ses cheveux, s’y glissant avec délicatesse, s’amusant à s’emmêler dans les boucles soyeuses alors qu’il regardait le visage paisible de son jeune protégé, se promettant une fois de plus de faire en sorte qu’il ne soit plus jamais malheureux ; il savait que la mort de la meute qui l’avait depuis toujours élevé l’avait profondément touché et Christopher voulait éviter toutes nouvelles du même genre pour le bélier.
    Il était prêt à repartir dans sa rêverie, serrant toujours le petit corps frêle contre le sien lorsque celui-ci leva la tête pour le regarder, en se mordant la lèvre nerveusement. Levant un sourcil interrogateur, le loup attendit la suite des évènements pour comprendre ce qui rendait le petit être comme ça. En entendant sa question, il eut un grand sourire, arrêtant de caresser ses cheveux, répondant doucement.


    « Mais bien sur, avec plaisir. Je t’ai déjà raconté… Hm… L’histoire du petit chaperon rouge ? »


    Lorsqu’il s’agissait de raconter des histoires, le loup était très fort ; parce qu’il était écrivain sans aucun doute, qu’il avait toujours aimer la magie, les voyages qui se dégageaient des livres, des mots et phrases. Pour lui, il n’y avait pas de meilleur professeur pour apprendre la vie qu’un bon livre, surtout lorsque les histoires narrées étaient des contes. Récits moralisateurs et aux sens cachés, très peu des contes en circulation étaient réellement adressés à des enfants ; si on analysait correctement les œuvres des conteurs, que l’on cherchait les ironies, les petits détails, on pouvait vite se rendre compte que ces histoires étaient très sombres, voire carrément glauque.
    Pourtant, ils se finissaient tous bien ; enfin façon de parler, car – continuons de parler d’analyse – quelle « princesse
    ° » d’aujourd’hui réussirait à rencontrer le prince charmant et à vivre heureux avec lui jusqu’à la fin de ses jours, franchement ?! Le prince n’a de charmant que ce qu’on veut bien lui donner, tout en oubliant ses défauts.
    Mais peu importe, les contes étaient parfaits pour faire rêver Jezekel et Christopher n’hésitait pas à en user pour faire naître les étoiles de la curiosité et du rêve dans ses yeux.
    Alors, se saisissant de ses hanches avec délicatesse, il souleva le corps léger et le posa à côté de lui, se levant tout en indiquant.


    « Rangeons tout cela dans le lave-vaisselle puis allons nous installer dans le canapé. »

    Le rangement fut rapide : bols et autres vaisselles dans Rapahël – surnom affectueux du Lave-vaisselle – les boites en tout genre et le chocolat dans les placards ; après tout, à deux c’était facile et efficace. Et puis ils filèrent dans le salon, s’installant sur le divan confortablement. Le loup n’avait pas besoin de livre, il connaissait l’histoire par cœur. Enfin la version réécrite par les hommes pour les hybrides du moins. Il attendit que Jezy soit prêt puis il commença, sa voix clair et masculine résonnant dans la pièce.

    « Il était une fois, au pays des contes, un petit agneau très sage et tout mignon qui vivait seul au bord du village avec son père bélier. Celui-ci, très bon couturier, lui avait confectionner un chaperon rouge ; ce petit garçon, le plus mignon de tout le village, avait un grand père bélier qui vivait seul dans la forêt. Son père le chargea alors de lui apporter une bouteille de vin et une galette qu’il venait de finir de cuir.
    - Mais bien sûr papa, répondit l’adorable enfant. Et il s’en alla, vêtu de son vêtement rouge, son panier d’osier sur le bras, ignorant que compère le lion, le ventre vide, cherchait de quoi manger…
    Ô, bien sûr, son père avait déjà mit l’agneau en garde contre ce danger, lui rappelant de ne jamais quitter le chemin, le lion ne s’en approchant pas. Et pourtant, il eut suffit qu’un papillon magnifique, tel une fée, passa devant son nez, pour qu’il en oublie sa mission et le suive en sautillant
    - attends-moi beau papillon ! Attends-moi donc ! criait l’enfant et il ne vit pas la crinière dorée entre les arbre, et les yeux rieurs qui l’épiaient…


    La voix de Chrisopher avait baissé, prenant une intensité plus dramatique sur la fin, captivant l’enfant du mieux qu’il le pouvait, ajoutant parfois des gestes à ses paroles pour imiter l’enfant sautillant gaiment sur le chemin ou le lion qui l’épiait, le père et tout ça tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Jezekel
♣ Hybride Bélier ♣
Choupinou

avatar

Date d'inscription : 06/12/2009

Nombre de messages : 10
Muffins Muffins : 5

Rapport
Age: 17 ans
Orientation sexuelle: Uke
Compagnon: de vie, Christopher...

MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   Dim 6 Juin 2010 - 22:33

    [Excuse-moi encore >.<]

    Jezekel se redressa un peu plus encore quand le loup sembla accepter de lui raconter une histoire. Pas qu'il ait vraiment craint que ce dernier refuse, si on y réfléchissait bien, rares étaient les fois où l'écrivain devait refuser quelque chose au bélier. Si, peut-être quand ce dernier se plaignait de son départ chez son éditeur ou pour faire des courses par exemple. Mais Jezekel commençait à comprendre pourquoi il ne pouvait pas rester cloitré dans l'appartement, alors de plus en plus, il ne rechignait plus. Pourtant cela ne l'empêchait pas de se sentir triste quand Christopher n'était pas là – quand bien même ce dernier s'arrangeait pour ne jamais laisser le blondinet seul. Ce n'était pas la même chose si ce n'était pas le loup. Ses pensées revinrent rapidement vers l'histoire qu'il allait lui raconter quand Christopher lui parla d'un nouveau conte. Tout impatient d'entendre cela, il commençait à gigoter sur les genoux avant d'être gentiment déposé à côté. Il allait se précipiter sur le canapé quand on le rappela à l'ordre pour débarrasser la table.

    Il rangea alors sagement sa chaise avant de récupérer quelques pièces de vaisselles et d'aller les poser aussi sur ce cher Raphaël. Il n'avait d'ailleurs toujours pas compris pourquoi on donnait un nom supplémentaire - « lave-vaisselle » suffisait bien, non - à un objet qui n'était pas vivant. Déjà, ça avait été difficile de découvrir tous les mots pour tous les objets qui entouraient son nouveau quotidien. Mais jamais il n'aurait pensé à donner un nom à un arbre alors que ces derniers étaient bel et bien vivants ! Pourtant, une fois toute la vaisselle bien rangée à l'intérieur du dit Raphaël, le petit blond ne s'attarda pas plus longtemps sur de telles pensées. C'était le moment tant attendu de l'histoire et Jezekel était bien pressé d'entendre cette dernière. Il suivit son tuteur jusqu'au canapé et s'allongea dessus, déposant sa tête sur les genoux de Christopher, comme il avait l'habitude de faire. Au début, il s'était mis sur le côté mais il avait bien vite compris que c'était une mauvaise idée, à moins qu'il n'ait l'intention de transpercer les cuisses du loup avec ses cornes. Alors il se contentait de s'allonger sur le dos, et puis, comme ça, il pouvait le regarder pendant qu'il lui contait des histoires toutes plus intéressantes les unes que les autres.

    Jezekel n'eut aucun mal à s'identifier au petit agneau qui allait visiter son grand-père. Il sursauta un peu à la mention du lion et fronça les sourcils. Ce n'était pas possible qu'il mange l'agneau hein ? Après tout, les lions étaient de la même famille que les chats, aucune raison qu'ils soient méchants. Encore moins envers un petit agneau qui allait simplement voir un parent. Mais quand Christopher raconta que l'agneau s'écarta du chemin, épié par le lion, le petit blond se redressa.


    « Mais c'pas possible qu'il mange l'agneau ! Parce que le lion l'est gentil... »

    Ah, oui, peut-être était-il important de préciser que Jezekel avait la fâcheuse tendance à décider des fins des histoires qu'on lui racontait, ou alors à bouder si le conte ne se terminait pas comme il le voulait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm in Heaven when you kiss me || Jezekel ♥ ||
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HIGHWAY TO HEAVEN &#9829; welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» We are lost somewhere between Heaven and Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animalia Kingdom :: Sujets-
Sauter vers: